Article

PDF
Access to the PDF text
Advertising


Free Article !

Journal de radiologie
Vol 79, N° 6  - juin 1998
p. 566
Doi : JR-06-1998-79-6-0221-0363-101019-ART77
FAITS CLINIQUES

AIR EPIDURAL APRES TRAUMATISME FERME DU THORAX
 

O Delval, P Fossati, L Tailboux, B Mouillet, JB Tallon et P Vandermarcq
AIR +PIDURAL APRES TRAUMATISME FERM+ DU THORAX

J Radiol 1998; 79 : 566-568

© Editions françaises de radiologie, Paris, 1998.

FAIT CLINIQUE

JR 555

O Delval (3), P Fossati (2), L Tailboux (3), B Mouillet (1),

JB Tallon (1) et P Vandermarcq (3)

ABSTRACT

Epidural air after benign chest trauma

We report a rare case of spontaneous pneumorachis (epidural air in the spinal canal)after benign chest trauma without rib fracture or pneumothorax.

Key words:

Epidural air. Spinal canal. CTscan.

J Radiol 1998;79:566-8.

R+SUM+

Nous rapportons un cas rare de pneumorachis (air épidural dans le canal rachidien)spontané après traumatisme bénin du thorax sans fracture de côte ni pneumothorax.

Mots-clés :

Air épidural. Canal rachidien. Tomodensitométrie.

INTRODUCTION

Si la présence de bulles d'air est possible lors d'injections épidurales (1, 2), ladécouverte d'air ou de gaz épidural collecté dans le canal rachidien (aussi appelépneumorachis) est une entité rare. Nous rapportons un cas de pneumorachis diagnostiquépar tomodensitométrie après traumatisme fermé du thorax.

OBSERVATION

Un jeune homme de 16 ans, sans antécédent, était hospitalisé pour dyspnée desurvenue brutale après chute de sa hauteur &laqno; à plat dos +. L'examen cliniqueà l'admission retrouvait une crépitation neigeuse cervicale sans signe auscultatoirepatent. L'examen neurologique était parfaitement normal et le restera durant toutel'hospitalisation. Les radiographies sans préparation retrouvaient un pneumomédiastinsous la forme d'une clarté aérique linéaire bordant l'aorte thoracique

(fig. 1).

Elles objectivaient également l'intégrité de l'ensemble du rachis et l'absence defracture de côte sur le gril costal. Une exploration tomodensitométrique thoracique

(fig.2)

réalisée en urgence, confirmait l'existence d'un important pneumomédiastin sanspneumothorax, et objectivait l'emphysème sous-cutané bi-axillaire. De plus, deshypodensités franches (–700 UH) étaient mises en évidence

(fig. 3)

correspondant à de l'air épidural collecté le long du canal rachidien.

Les fibroscopies oesophagienne et bronchique ne montraient aucune brèche causale et lemécanisme de rupture alvéolaire par hyperpression thoracique à glotte fermée(Valsalva) provoquée par la chute était retenu. Une antibiothérapie systématique futinstaurée pendant 8 jours.

Le patient, totalement asymptomatique après 48 heures d'hospitalisation, bénéficiaitle sixième jour d'un contrôle tomodensitométrique montrant une nette régression dupneumomédiastin avec persistance d'air épidural

(fig. 4)

. Les contrôlescliniques, notamment pneumologique et neurologique, ainsi que les clichés pulmonairesréalisés à distance du traumatisme, ne retrouvaient aucune anomalie. Il n'a pas étéeffectué de contrôle tomodensitométrique.

DISCUSSION

La moelle épinière et les espaces sous-arachnoïdiens sont recouverts de dure-mèreet ne contiennent pas d'air ou de gaz. La présence d'air épidural (aussi appelépneumorachis) est une entité rare et habituellement découverte de façon fortuite auscanner. L'air dans le canal rachidien a le plus souvent une origine locorégionale,&laqno; intrinsèque + au rachis par production locale de gaz ou plus rarement uneorigine &laqno; extrinsèque + par migration d'air comme dans notre observation.

Hormis les rares abcès épiduraux survenant essentiellement chez des patientsdiabétiques (3) ou ayant une maladie de Crohn (19), les pneumorachis d'origineintrinsèque sont dus à des fissurations discales induites par des mouvements de flexionet d'extension du rachis combinés au phénomène de vide discal (22 ). Ils sontgénéralement asymptomatiques (4) mais ils ont parfois été décrits comme responsablesde radiculalgies (23). Ils ne doivent pas être confondus avec une hernie discalelatérale à contenu aérique (26). Une ponction-aspiration percutanée guidée sousscanner (24) peut parfois être proposée et soulager rapidement les patients. En cas derécidive, seule l'intervention chirurgicale est curative (23).

L'origine extrinsèque des pneumorachis par migration d'air est un mécanisme plusrare. L'air peut provenir du médiastin comme dans notre observation. Le mécanismehabituel réside en une augmentation brutale de la pression alvéolaire avec rupture desalvéoles pulmonaires et migration d'air le long des axes bronchovasculaires jusqu'aumédiastin (6). L'air accumulé dans le médiastin peut ensuite séparer la plèvremédiastinale de l'aorte et la plèvre pariétale du rachis pour pénétrer dans l'espaceépidural par les trous de conjugaison (7). Toute cause de pneumomédiastin peut ainsiengendrer un pneumorachis : crises d'asthme (7-9), sonde d'intubation (10, 11), voire desefforts importants de vomissement (12). Il s'agit, à notre connaissance, du premier casrapporté de pneumorachis par traumatisme bénin du thorax à glotte fermée (Valsalva)qui, contrairement à la littérature, ne comportait ni pneumothorax ni fracture de côtes(13, 14, 27). La persistance d'air épidural sans signe clinique associé, six joursaprès le traumatisme, n'apparaît pas exceptionnelle (25). Les autres cas de pneumorachispar migration d'air sont iatrogènes par anesthésie épidurale (2) parfois responsablesd'une compression radiculaire, les traumatismes majeurs thoraciques avec pneumothorax (13,14, 20), pelviens (15, 18) ou cranio-faciaux (16). La fistule broncho-pleuro-épiduraleaprès radiothérapie (17) et l'infection des cranioplasties acryliques (21) sontexceptionnelles.

CONCLUSION

Le pneumorachis est une entité rare. L'air épidural peut avoir une origineintrinsèque par production locale de gaz ou une origine extrinsèque par migration d'airà travers les trous de conjugaison comme dans notre observation. Il estexceptionnellement symptomatique sous la forme d'une compression mono ou multiradiculaireet peut parfois bénéficier d'un traitement percutané sous contrôletomodensitométrique.

(1) Service de Radiologie, CH Angoulème

(2) Service de Radiologie, CHU Lille

(3) Service de Radiologie A, La Milétrie, BP 577, 86021 Poitiers

Correspondance : O Delval

Fig. 1 :

Le cliché de thorax montre un pneumomédiastin (têtes de flèche).

Fig. 1 :

Plain film shows pneumomediastinum (arrowheads).

Fig. 2 :

Le scanner retrouve le pneumomédiastin, l'emphysème sous-cutané, et montre de l'airépidural dans le canal vertébral.

Fig. 2 :

CT scan finds mediastinal and subcutaneous emphysema, and epidural air within thevertebral canal.

Fig. 3 :

Reconstruction sagittale montrant de l'air épidural le long du canal vertébral.

Fig. 3 :

Longitudinal reformat CT scan of the spinal canal demonstrating epidural air.

Fig. 4 :

Le scanner de contrôle montre une persistance d'air épidural dans le canal rachidien(flèche).

Fig. 4 :

CT scan on the 6th day shows epidural air still present in the spinal canal (arrow).

Références

1. Miguel R, Morse S, Murtagh R. Epidural air associated with multiradicular syndrome.Anesth Analg 1991;73:92-4.
2. Kennedy TM, Ullman DA, Harte FA, Saberski LR, Greenhouse BB. Lumbar root compressionsecondary to epidural air. Anesth Analg 1988;67:1184-6.
3. Kirzner H, Oh YK, Lee SH. Intraspinal air : a CT finding of epidural abcess. AJR1988;151:1217-8.
4. Gebarski SS, Gebarski SG, Gabrielsen TO, Knake JE, Latack JT, Yang PJ. Gas as a mass: a symptomatic spinal canalicular collection. J Comput Assist Tomogr 1984;8:145-6.
5. Ford LT, Gilula LA, Murphy WA, Gado M. Analysis of gas in vacuum lumbar disc. AJR1977;128:1056-7.
6. Macklin CC. Transport of air along sheats of pulmonic blood vessels from alveoli tomediastinum. Arch Intern Med 1939;64:913-26.
7. Tsuji H, Takazakura E, Terada Y, Makino H, Yasuda A, Oiko Y. CT demonstration ofspinal epidural emphysema complicating bronchial asthma and violent coughing. J ComputAssist Tomogr 1989;1:38-9.
8. Drevenlegas A, Kalaitzoglou I, Petridis A. Pneumorrhachis associated withspontaneous pneumomediastinum. Eur J Radiol 1994;18:122-3.
9. Karitsubata Y, Inatsu H, Karitsubata S, Watanabe K. CT manifestation of intraspinalair associated with pneumomediastinum. Acta Radiol 1994;35:305-6.
10. Schneider LJ, Haller JO, Cao H. CT recognition of spinal epidural air after chesttube placement. Pediatr Radiol 1995;25:228.
11. Defouilloy C, Galy C, Lobjoie E, Strunski V, Ossart M. Epidural pneumatosis : abenign complication of benign pneumomediastinum. Eur J Radiol 1995;8: 1806-7.
12. Balachandran S, Guinto FC, Goodman P, Cavallo FM. Epidural pneumatosis associatedwith spontaneous pneumomediastinum. AJNR 1993;14:271-2.
13. Willing SJ. Epidural pneumatosis : a benign entity in trauma patients. AJNR1991;12:345.
14. Katz DS, Groskin SA, Wasenko JJ. Pneumorachis and pneumocephalus caused bypneumothorax and multiple thoracic vertebral fractures. Clin Imag 1994;18:85-7.
15. Chimon JL, Cantos EL. CT recognition of spinal epidural air after pelvic trauma. JComput Assist Tomogr 1990;14:795-6.
16. Newbold RG,Wiener MD, Vogler JB, Martinez S. Traumatic pneumorrhachis. AJR1987;148:615-6.
17. Gonzales GR, Payne R, Portenoy RK, Foley KM. Epidural air from abronchopleural-epidural-cutaneous fistula producing reversible myelopathy andradiculopathy symptoms. Neurology 1994; 44:2409-10.
18. Silver SF, Nadel HR, Flodmark O. Pneumorrhachis after jejunal entrapment caused bya fracture dislocation of the lumbar spine. AJR 1988;150:1129-30.
19. Burke V, Mall JC. Epidural gas : an unusual complication of Crohn disease. AJNR1984;5:105-6.
20. Kapur A, Sandhu S. Epidural pneumatosis : not necessarily benign. AJNR1994;15:195-6.
21. Benzel EC, Thammavaram K, Kesterson L. The diagnosis of infections associated withacrilyc cranioplasties. Neuroradiol 1990;32:151-3.
22. Godart J, Bonneville JF, Czorny A, Jacquet G, El Mohamad R. Symptomatic lumbarintraspinal air bubbles about 5 cases. Rachis 1995;7:103-7.
23. Bosser V, Dietemann JL, Warter JM, Granel de Solignac M, Beaujeux R, Buchheit F. L5radicular pain related to lumbar extradural gas-containig pseudocyst. Role of CT-guidedaspiration. Neuroradiol 1990;31:552-3.
24. Demierre B, Ramadan A, Hauser H, Reverdin A, Rilliet B, Berney J. Radicularcompression due to lumbar intraspinal gas pseudocyst : cases report. Neurosurg1988;22:731-3.
25. Chiba Y, Kakuta H. Massive subcutaneous emphysema, pneumomediastinum, and spinalepidural emphysema as complications of violent coughing : a case report. Aurus NasusLarynx 1995;22:205-8.
26. Cheng TM, Link MJ, Onofrio BM. Pneumatic nerve root compression : epidural gas inassociation with lateral disc herniation. Report of two cases. J Neurosurg 1994;81:453-8.
27. Khodadadyan C, Hofmann R, Neumann K, Südkamp NP. Unrecognized pneumothorax as acause of intraspinal air. Spine 1995;20:838-40.




© 1998 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline