Article

PDF
Access to the PDF text
Advertising


Free Article !

Option Bio
Volume 20, n° 423
page 4 (février 2009)
Doi : 10.1016/S0992-5945(09)70137-0
Actualités

Top 5 des virus de piscine !
 

Jack Breuil
© www.jim.fr 

Ils ont cherché partout : dans Google , Medline , Pubmed , le MMWR des Centers for Diseases Control (CDC) (qui collectent toutes les données de surveillance envoyées sur une base de volontariat, donc incomplète), Science Direct et même LexisNexis database pour les articles grand public. Leur but ? Identifier les virus responsables d’infections humaines des eaux récréationnelles, évaluer leurs fréquences relatives, les pathologies dont ils sont responsables et chez qui. Une étude dont il ressort que les piscines seraient à risque particulier, puisqu’elles sont en cause, à elles seules, dans la moitié des épisodes détectés, devant les lacs et mares (40 %) et beaucoup plus accessoirement les rivières. Voilà donc le top 5 des virus de loisirs hydriques !

Norovirus. Ils sont à eux seuls à l’origine de 45 % des épidémies. Ces virus, responsables de 23 millions de gastro-entérites (GE) annuelles aux États-Unis, ont été sous-estimés, car de diagnostic difficile. Responsables de vomissements en jets et de diarrhées aiguës mais brèves (24-72 heures), ils sont extrêmement contagieux et ne procurent qu’une immunité temporaire. Toutes les eaux sont concernées, jusque, et y compris, les fontaines rafraîchissantes des villes touristiques. Ils semblent en nette augmentation, et ce, indépendamment des nouvelles techniques de diagnostic rapide d’aujourd’hui.
Adénovirus. Un quart des cas. À côté des habituelles GE, les adénovirus de type 3, 4 et 7 sont responsables d’épidémies de conjonctivite et de fièvres pharyngoconjonctivales essentiellement transmises en piscine, même dans des pays à forte hygiène comme l’Australie.
Écho et Coxsackie virus (18 et 5 % des cas respectivement). Des micro-organismes ingérés qui se multiplient dans la gorge et le tractus digestif et sont éliminés par les fèces. Ils sont responsables de conjonctivites, de GE et d’infections respiratoires, mais peuvent aussi déterminer des méningites, paralysies, myocardites et syndromes pied-main-bouche. Une épidémie due à un lac pollué a été rapportée en France en 1974.
Hépatite A. Plus rare, mais peut-être sous estimée du fait d’une incubation de 2 à 6 semaines. Aucun cas d’hépatite E directement lié à une eau récréationnelle n’a été publié.




Michal Miasko - Fotolia.com

On remarquera pour finir que les bactéries et protozoaires ne faisaient pas partie de la recherche menée ici, alors que, comme les auteurs prennent la précaution de le remarquer dans un chapitre spécifique, ils sont systématiquement majoritaires dans les relevés des CDC. La large part des protozoaires serait due à leur résistance naturelle à la chloration : un phénomène que, justement, on retrouve avec les norovirus qui, sans atteindre les mêmes niveaux, sont beaucoup moins sensibles que les autres virus et donc plus capables de “profiter” de la moindre défaillance des systèmes de décontamination des eaux. Les enfants représentent à eux seuls la moitié des malades concernés, un chiffre disproportionné pour les auteurs qui y voient la conséquence d’un système immunitaire naïf et de signes cliniques plus marqués et durables. Est citée pour l’exemple une épidémie à Échovirus 30 débutée dans une piscine correctement chlorée… mais surpeuplée, et dans laquelle deux gamins avaient largement vomi. Les nageurs adultes sont aussi un groupe à risque, et souffrent de trois pathologies rapportées principales, des GE, des atteintes respiratoires et de la sphère œil-nez-oreille.

Top of the page
Source

Sinclair RG, and al. Viruses in recreational water-borne disease outbreaks : a review Journal of Applied Microbiology 2009 ; May.


Top of the page

© 2009  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.© 2009  Michal Miasko - Fotolia.com. Published by Elsevier Masson SAS@@#104157@@
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline
@@#110903@@