Médecine

Paramédical

Autres domaines


Suscribirse

Enquête nationale auprès des anesthésistes-réanimateurs sur la gestion péri-opératoire du splénectomisé - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.739 
L. Rousseau , O. Mimoz, B. Debaene, C. Dahyot-Fizelier
 Anesthésie-réanimation, CHU, Poitiers, France 

Auteur correspondant.

Resumen

Introduction

Chaque année en France, 6000 à 9000 patients sont splénectomisés ou embolisés. L’asplénie les expose à des risques infectieux [1] augmentant leur morbi-mortalité, ce qui nécessite une prise en charge spécifique. Malgré l’existence de recommandations, la méconnaissance des praticiens [2] concernant cette prévention péri-opératoire est fréquente, mais aucune donnée française n’existe. L’objectif de ce questionnaire était d’évaluer les connaissances des médecins anesthésistes-réanimateurs (MAR) sur la gestion péri-opératoire des splénectomisés en France.

Patient et méthodes

Un questionnaire informatique, comprenant 7 questions descriptives et 19 questions évaluatives, portant sur les connaissances et les pratiques de la gestion péri-opératoire du patient splénectomisé a été envoyé par courriel par la SFAR aux MAR inscrits. Les statistiques sont descriptives.

Résultats

En 4 semaines, 545 réponses ont été enregistrées. Les deux classes d’âges les plus représentées parmi les MAR répondants sont les plus de 50ans (39 %) et les 30–40ans (30 %) ; 70 % d’entre eux sont des praticiens non universitaires et 58 % exercent en centre hospitalier universitaire. La quasi-totalité des MAR (99 %) connaissent le risque majoré d’infection à pneumocoque. En revanche, 25 et 40 % ne connaissent pas le risque infectieux par Haemophilus influenzae et méningocoque, respectivement. Ainsi, 98 % des MAR vaccinent leurs patients : contre pneumocoque dans 100 % des cas, contre Haemophilus et méningocoque dans seulement 74 et 66 % des cas, respectivement. Seuls 7 % les vaccinent contre la grippe. Environ la moitié des MAR réalisent la vaccination dans le délai recommandé de 14 à 45jours, avant une splénectomie programmée (54 %) ou après en cas d’urgence (56 %). Une antibioprophylaxie est prescrite par 89 % des MAR, pour une durée de 2ans dans seulement deux tiers des cas. L’oracilline, recommandée, est utilisée dans trois quarts des cas, suivie par l’amoxicilline. Seuls 30 % ont un protocole de service pour la prise en charge du patient splénectomisé. Quatre-vingt-sept pour cent des MAR informent leurs patients du risque infectieux lié à la splénectomie, essentiellement par oral, avec remise d’une information écrite ou d’une carte de splénectomisé dans seulement 21 et 28 % des cas, respectivement.

Discussion

Il s’agit de la première enquête nationale française évaluant les connaissances et pratiques des MAR sur la gestion péri-opératoire des patients splénectomisés. Les résultats sont proches de celle de Bridgen portant sur des médecins généralistes [2]. Malgré l’existence d’une mise au point récente [3], notre enquête montre que des efforts restent nécessaires pour améliorer les pratiques, notamment concernant les vaccinations, insuffisantes contre Haemophilus, méningocoque et la grippe, avec des délais non respectés en cas de splénectomie en urgence. L’information écrite fait également défaut. Ainsi, la mise en place de protocole de service intégrant une check-list pourrait permettre d’améliorer cette prévention.

El texto completo de este artículo está disponible en PDF.

Esquema


© 2014  Publicado por Elsevier Masson SAS.
Añadir a mi biblioteca Eliminar de mi biblioteca Imprimir
Exportación

    Exportación citas

  • Fichero

  • Contenido

Vol 33 - N° S2

P. A66-A67 - septembre 2014 Regresar al número
Artículo precedente Artículo precedente
  • Chute majeure et précoce du débit sanguin et de la fonction hépatique au cours de la CHIP (chimiothérapie hyperthermique intra-péritonéale) à ventre fermé
  • S. Dupont, P. Masouye
| Artículo siguiente Artículo siguiente
  • Étude du profil thromboélastographique en transplantation rein-pancréas
  • M. Clerc, M. Page, L. Rugeri, R. Ecochard, C.-E. Ber, J. Crozon, T. Rimmelé

Bienvenido a EM-consulte, la referencia de los profesionales de la salud.
El acceso al texto completo de este artículo requiere una suscripción.

¿Ya suscrito a @@106933@@ revista ?

Mi cuenta


Declaración CNIL

EM-CONSULTE.COM se declara a la CNIL, la declaración N º 1286925.

En virtud de la Ley N º 78-17 del 6 de enero de 1978, relativa a las computadoras, archivos y libertades, usted tiene el derecho de oposición (art.26 de la ley), el acceso (art.34 a 38 Ley), y correcta (artículo 36 de la ley) los datos que le conciernen. Por lo tanto, usted puede pedir que se corrija, complementado, clarificado, actualizado o suprimido información sobre usted que son inexactos, incompletos, engañosos, obsoletos o cuya recogida o de conservación o uso está prohibido.
La información personal sobre los visitantes de nuestro sitio, incluyendo su identidad, son confidenciales.
El jefe del sitio en el honor se compromete a respetar la confidencialidad de los requisitos legales aplicables en Francia y no de revelar dicha información a terceros.