Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pourquoi dépister le cancer du poumon chez les artériopathes ? - 22/11/15

Doi : 10.1016/j.jmv.2015.07.001 
M. Lederlin a, J. Trédaniel b, P. Priollet c,
a Service des urgences, centre hospitalier de Rambouillet, 5, rue Pierre-et-Marie-Curie, 78120 Rambouillet, France 
b Service d’oncologie thoracique, groupe hospitalier Paris Saint-Joseph, 185, rue Raymond-Losserand, 75014 Paris, France 
c Service de médecine vasculaire, groupe hospitalier Paris Saint-Joseph, 185, rue Raymond-Losserand, 75014 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le cancer du poumon est la première cause de mortalité par cancer en France. Ce mauvais pronostic s’explique par un diagnostic fait à un stade métastatique chez la moitié des patients. Le tabac est le facteur de risque principal du cancer du poumon mais aussi l’un des principaux facteurs de risque de l’artériopathie. Une revue de la littérature montre une fréquence du cancer du poumon chez les patients ayant une artériopathie comprise entre 2,3 et 19 %. Lorsque le cancer est détecté après traitement de l’artériopathie, il est plus souvent à un stade avancé. Au contraire lorsqu’il est recherché concomitamment à la prise en charge de l’artériopathie, il est plus souvent reconnu à un stade précoce. Il n’existe pas de recommandation spécifique pour le dépistage du cancer du poumon chez les artériopathes. Cependant pour les fumeurs remplissant les critères définis par le National Lung Screening Trial (NLST), un dépistage individuel peut être proposé. Il repose sur la réalisation annuelle d’un scanner thoracique faible dose. Ce dépistage présente deux inconvénients : le nombre élevé de faux positifs et l’irradiation induite par le cumul des examens. La méthode ISET, sous réserve d’une validation multicentrique, permettrait de repérer les cellules tumorales circulantes sur une simple prise de sang chez des sujets n’ayant pas encore de tumeur radiologiquement reconnaissable. On pourrait envisager qu’un dépistage du cancer du poumon par recherche de cellules tumorales associé à un scanner faible dose soit proposé aux patients artériopathes répondant aux critères d’inclusion/exclusion de l’essai NLST.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Lung cancer remains the leading cause of cancer death in France. Such a prognosis is explained by late diagnosis at a metastatic stage for half of the patients. Tobacco is the main risk factor for lung cancer, as it is for peripheral arterial disease. A review of literature shows that between 2.3% and 19% of patients with arterial disease also have lung cancer. When lung cancer is detected after treatment of arterial disease, it is at an advanced stage. But it can be diagnosed at an early stage when it is searched simultaneously with arterial disease treatment. There is no recommendation for lung cancer screening specifically for patients with arterial disease. However individual screening based on an annual low-dose chest scan is proposed for smokers meeting the criteria defined by the study of the National Lung Screening Trial (NLST). Such screening has two disadvantages : the high number of false positives and the irradiation induced by the accumulation of examinations. The ISET method would alternatively help to identify circulating tumor cells on a simple blood test for subjects not yet at solid tumor stage, provided this method be subject to multicentric validation. Thus one could consider that the management of a patient with arterial disease meeting NLST criteria should be accompanied with screening for lung cancer by searching for tumor cells associated with low-dose scanner.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Artériopathie, Cancer du poumon, Dépistage, Scanner faiblement irradiant, Cellules tumorales circulantes

Keywords : Peripheral arterial disease, Lung cancer, Screening, Low-dose scan, Circulating tumor cells


Plan


© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 40 - N° 6

P. 359-364 - décembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les syndromes myéloprolifératifs d’expression vasculaire à numération normale : comment les explorer ?
  • C. Fourgeaud, W. El Nemer, U. Michon Pasturel, S. Bonhomme, A. Brignier, I. Lazareth, P. Priollet
| Article suivant Article suivant
  • Utilisation du fondaparinux 2,5 mg pour la prévention des évènements thromboemboliques veineux en médecine générale. ArchiMed Ville
  • I. Mahé, J.-P. Daurès, D. Pouchain, I. Quéré, C. Aubin, J. Doussaint, S. Schück, C. Leroyer

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.