Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Vitrectomie endoscopique 20 Ga dans les endophtalmies sévères : série de 18 cas et revue de la littérature - 08/12/15

Doi : 10.1016/j.jfo.2015.07.005 
D. Martiano a, , b , G. L’helgoualc’h a, B. Cochener a, b
a Service d’ophtalmologie, hôpital Morvan, CHRU de Brest, 2, avenue Foch, 29200 Brest, France 
b Unité Inserm UMR 1101, laboratoire de traitement de l’information médicale (LaTIM), CHRU Morvan, 2, avenue Foch, 29200 Brest, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Objectif

Rapporter à la lumière des cas traités dans notre série, la place de la vitrectomie assistée par endoscope dans les endophtalmies sévères. Et comparer les résultats obtenus selon deux modes de présentation clinique différents.

Patients et méthodes

Étude de cas rétrospective, monocentrique, incluant l’ensemble des patients ayant bénéficié d’une vitrectomie endoscopique 20gauges (Endo Optiks E4 system), pour endophtalmie sévère. Nous avons étudié pour chaque patient l’étiologie, l’indication opératoire, l’acuité visuelle pré et postopératoire, les facteurs de comorbidité ainsi que les complications postopératoires et les éventuelles procédures additionnelles. Nous avons constitué deux groupes selon le mode de présentation initial. Les résultats ont été comparés en termes de complications et de pronostic visuel à ceux retrouvés dans la littérature.

Résultats

Dix-huit patients ont été inclus, d’âge moyen 62±19ans. Huit patients présentaient des critères d’endophtalmie sévère d’emblée (groupe 1) et 10 patients ont été vitrectomisés pour évolution jugée insuffisante malgré un traitement bien conduit (groupe 2). Il n’a pas été retrouvé de différence statistiquement significative entre les deux groupes (p=0,55). L’endophtalmie est survenue après injections intravitréennes (n=4), après corps étranger intraoculaire (n=2), après chirurgie de la cataracte (n=5), dans les suites d’une trabéculectomie (n=2), après pelage de membrane épirétinienne (n=3), 1 cas à point de départ cornéen et 1 cas de leptospirose endogène. Le suivi moyen était de 13,7 mois. La technique chirurgicale employée était une vitrectomie complète 20Ga sous contrôle visuel endoscopique. La durée opératoire moyenne était de 70±27minutes. Les prélèvements ont permis d’identifier le germe en cause dans 72 % des cas, parmi lesquels 77 % étaient des bactéries Gram positif. L’infection fut contrôlée dans la majorité des cas (89 %) et ces patients ont recouvré une acuité visuelle utile.

Conclusion

L’apport de l’endoscopie en ophtalmologie a fait ses preuves il y a 30ans, mais sa miniaturisation renforce l’engouement général actuel. La vitrectomie assistée par endoscopie est une indication de premier choix pour les cas où l’accès visuel est rendu difficile par trouble des milieux. Cette série de cas d’endophtalmies en est une belle illustration et les résultats anatomiques et fonctionnels sont encourageants mais il faut garder à l’esprit le pronostic sombre de cette complication.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Objective

To report the anatomical and functional outcomes after endoscopy-guided vitrectomy in a series of cases of severe endophthalmitis. Also to identify and compare the outcomes of two different modes of clinical presentation.

Patients and methods

Retrospective case study, single center; all patients who underwent endoscopic 20Ga vitrectomy (Endo optiks E4 system) for severe endophthalmitis were included. For each case, data were recorded for: etiology, surgical indication, preoperative and postoperative visual acuity, comorbidity factors and postoperative complications, and whether any additional surgery was performed. Two groups were distinguished according to their initial mode of presentation; results were then compared in terms of complications and visual prognosis to those found in the literature.

Results

Eighteen patients were included, with mean age 62±19years. Severe endophthalmitis was initially obvious for 8 cases (group 1). For 10 cases, disease progression had been considered unfavorable despite adequate medical treatment (group 2). There was no statistically significant difference between the two groups (P=0.55). Endophthalmitis occurred: after intravitreal injections (4 cases), after intraocular foreign body (n=2), after cataract surgery (n=5), following a trabeculectomy (n=2), after epiretinal membrane peeling (n=3), 1 case caused by a corneal infection and 1 case of endogenous leptospirosis. Mean follow-up was 13.7months. The surgical technique was a complete 20Ga vitrectomy under endoscopic visual control. The mean operative time was 70±27minutes. The causative organism was identified in 72% of cases in vitreous humor samples, among which 77% were gram-positive organisms. The infection was controlled in 89% of cases, and these patients have recovered useful visual acuity.

Conclusion

The value of endoscopic visualization in ophthalmology has been proven for 30 S. aureus years, but its miniaturization enhances the current enthusiasm for the use of this instrumentation. When visualization is compromised, endoscopic guided vitrectomy is very useful and may assist the surgeon in the management of these difficult cases. Our anatomical and functional outcomes are encouraging, but we must keep in mind the poor long-term prognosis of severe endophthalmitis.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Endoscopie, Endophtalmie, Vitrectomie, Vitré, Rétine, Infection oculaire

Keywords : Endoscopy, Endophthalmitis, Vitrectomy, Vitreous, Retina, Eye infection


Plan


© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 38 - N° 10

P. 941-949 - décembre 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Refractive errors and refractive development in premature infants
  • O. Ozdemir, Z. Ozen Tunay, D. Erginturk Acar, U. Acar
| Article suivant Article suivant
  • Les kystes dermoïdes orbitopalpébraux : étude clinique et résultats thérapeutiques
  • L. Knani, F. Gatfaoui, F. Krifa, H. Mahjoub, N. Daldoul, F. Ben Hadj Hamida

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.