Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prescriptions et administrations inappropriées de médicaments dans dix établissements alsaciens d’hébergement pour personnes âgées dépendantes – France - 09/04/16

Doi : 10.1016/j.respe.2015.12.016 
A. Rousseau a, M.C. Rybarczyk-Vigouret a, T. Vogel b, P.-O. Lang c, B. Michel a, d,
a OMEDIT d’Alsace, 67084 Strasbourg, France 
b Pôle de gériatrie, hôpitaux universitaires de Strasbourg, 67000 Strasbourg, France 
c Service de gériatrie et de réadaptation gériatrique, centre hospitalier universitaire vaudois, 1011 Lausanne, Suisse 
d Service de pharmacie, hôpitaux universitaires de Strasbourg, laboratoire HuManiS (EA 7308), faculté de pharmacie, université de Strasbourg, 67091 Strasbourg, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Position du problème

La prescription médicamenteuse dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes est un processus parfois complexe. Nous dressons ici un état des lieux des pratiques de prescription et d’administration des médicaments dans un panel d’établissements alsaciens afin de proposer des pistes d’amélioration.

Méthodes

Étude prospective réalisée sur un échantillon de 10 établissements en relation avec des pharmacies d’officines. Les pratiques de prescription ont été décrites à partir du repérage de médicaments potentiellement inappropriés, d’associations de médicaments contre-indiquées ou potentiellement inappropriées. Les modalités d’écrasement et d’ouverture des médicaments per os ont été appréciées, les coûts de traitement journaliers calculés.

Résultats

Au total, 284 résidents ont été inclus (âge moyen : 87,1±5,6ans). Le nombre moyen de médicaments par résident a été de 8,1±4,0 (coût journalier : 4,19±5,21€). En moyenne, 1,5±1,4 médicaments par prescription étaient des médicaments potentiellement inappropriés (coût journalier : 0,49±0,76€). Les associations contre-indiquées ont concerné 8 % des prescriptions et impliquaient des médicaments potentiellement inappropriés dans 60 % des cas. Les associations inappropriées concernaient majoritairement des médicaments du système nerveux. Trente-trois résidents prenaient plus de deux psychotropes ; 23 avaient plus d’une benzodiazépine. Concernant l’administration de médicaments, les pratiques différaient selon les établissements. L’écrasement ou l’ouverture des médicaments était retrouvé dans huit structures. Cela touchait 20 résidents (7 %) et concernait 69 médicaments. Dans 50 % des établissements, la décision d’écraser était prise par les soignants, sans avis du médecin ou du pharmacien. Cette manipulation galénique était non conforme dans 57 % des cas (n=39 médicaments). L’analyse de ces données a conduit à proposer des actions d’amélioration.

Conclusion

Cette étude a identifié des pratiques inappropriées. Des outils de repérage et de maîtrise des pratiques cliniques pourraient être exploités par les médecins, les équipes soignantes et les pharmaciens dans le cadre d’approches coordonnées pluridisciplinaires.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Background

Medication care is a complicated process in nursing homes. The aim of the study was to offer an overview of inappropriate medication prescription and administration practices in nursing homes in Alsace in order to propose improvement actions to remedy the weaknesses identified.

Methods

This study was conducted prospectively in 10 nursing homes under contract with community pharmacies in Alsace. The practices of prescription were examined to determine the prevalence of potentially inappropriate medications, inappropriate and contraindicated medication associations. Crushing and opening practices were also assessed, daily treatment costs were calculated.

Results

Two hundred and eighty-four residents were included (age: 87.1±5.6years). The average number of drugs per resident was 8.1±4.0 (daily treatment cost: 4.19±5.21€). On average, 1.5 drugs±1.4 per prescription were considered as potentially inappropriate (daily treatment cost: 0.49±0.76€). The contraindication associations concerned 8 % of prescriptions and involved potentially inappropriate drugs in 60 % of cases. Inappropriate associations mainly concerned nervous system drugs. Thirty-three residents were taking more than 2 psychotropic drugs; 23 had more than one benzodiazepine. Regarding drug administration, practices differed from one nursing home to another. Crushing was performed in 8 nursing homes. It concerned 20 residents (7 %) and 69 drugs. In 50 %, the crushing decision was made by nurses without physician or pharmacist supervision. Fifty-seven percent of crushed drugs had a formulation which did not allow crushing (n=39 drugs). The analysis of those items led to the proposal of improvement actions.

Conclusion

This study pointed out inappropriate medication practices. Tracking tools for inappropriate clinical practices could be operated by physicians, pharmacists and nursing teams through coordinated multidisciplinary approaches.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Personne âgée, Établissement médico-social, Médicaments potentiellement inappropriés, Médicament écrasé

Keywords : Elderly, Nursing homes, Potentially inappropriate medication, Crushed drug


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 64 - N° 2

P. 95-101 - avril 2016 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Accès aux soins et à la prévention des personnes en situation de handicap en France : une exploitation de l’enquête Handicap-Santé-Ménages
  • S. Pichetti, A. Penneau, P. Lengagne, C. Sermet
| Article suivant Article suivant
  • Cancer incidence in France over the 1980–2012 period: Hematological malignancies
  • S. Le Guyader-Peyrou, A. Belot, M. Maynadié, F. Binder-Foucard, L. Remontet, X. Troussard, N. Bossard, A. Monnereau, the French network of cancer registries (Francim)

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.