Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Hyponatrémie - 08/07/16

[1-1326]  - Doi : 10.1016/S1634-6939(16)55740-8 
A. Passeron  : Praticien hospitalier
 Service de médecine interne, Hôpital européen Georges-Pompidou, AP-HP, 20, rue Leblanc, 75015 Paris, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 2

Résumé

L'hyponatrémie est un trouble hydroélectrolytique très fréquent, parfois silencieux, pouvant être le premier signe d'une maladie néoplasique ou un marqueur de gravité dans l'insuffisance cardiaque et la cirrhose décompensée. L'identification de la cause de l'hyponatrémie est indispensable à une prise en charge adaptée reposant sur une démarche physiopathologique systématique. Il convient de confirmer l'hypo-osmolarité plasmatique, d'évaluer la réponse rénale avec l'osmolarité urinaire et d'apprécier le volume extracellulaire en s'aidant de la natriurèse. Cette analyse permet de distinguer les hyponatrémies par intoxication à l'eau avec réponse rénale normale de celles liées à la sécrétion d'hormone antidiurétique soit par stimulus volémique, soit par sécrétion inadéquate. Le recours aux solutés hypertoniques (sérum salé à 3 %) doit être restreint aux hyponatrémies aiguës (moins de 48 heures) ayant des signes de souffrances cérébrales ; leur prise en charge est alors une urgence. En cas d'hyponatrémie chronique peu ou pas symptomatique, la correction doit être prudente pour éviter le risque de myélinolyse centropontine et doit s'adapter au mécanisme retenu : apport sodé ou restriction hydrique. Une classe thérapeutique d'inhibiteurs des récepteurs V2 de l'hormone antidiurétique des cellules tubulaires rénales (vaptan) a obtenu une autorisation de mise sur le marché pour le traitement des hyponatrémies par sécrétion inadéquate d'hormone antidiurétique. La place de ces molécules aquarétiques dans l'arsenal thérapeutique reste à définir, en particulier l'impact sur la morbi-mortalité.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Hyponatrémie, Hormone antidiurétique ou vasopressine, Antagoniste des récepteurs de l'HAD, SIADH


Plan


© 2016  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Hypokaliémie
  • E. Vidal-Petiot, H. Ayari, M. Flamant
| Article suivant Article suivant
  • Hyperkaliémie
  • M. Flamant, H. Boulanger

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.