Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Ostéoradionécrose et ostéonécrose des maxillaires aux bisphosphonates - 23/12/16

[28-005-G-10]  - Doi : 10.1016/S0000-0000(10)51606-1 
S. Salino a, , A.-G. Bodard a, Q. Timour b
a Unité d'odontologie, Centre anticancéreux Léon Bérard, 28, rue Laennec, 69373 Lyon cedex, France 
b Laboratoire de pharmacologie médicale (INSERM ERI 22), Université Claude Bernard - Centre régional de pharmacovigilance, 69000 Lyon, France 

Auteur correspondant.

Article en cours de réactualisation

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 12
Iconographies 6
Vidéos 0
Autres 2

Résumé

Les étiologies des nécroses osseuses des maxillaires peuvent être multiples. L'ostéoradionécrose (ORN) et l'ostéonécrose des maxillaires (ONM) aux bisphosphonates (BP) sont les plus fréquentes. L'ORN est connue depuis presque un siècle. Elle se présente sous forme d'un os « dévitalisé » exposé à travers la peau ou la muqueuse au sein d'un territoire irradié chez un patient traité pour un cancer, avec absence de cicatrisation après une période de plusieurs mois. Elle intéresse plus fréquemment la mandibule que le maxillaire, peut être spontanée, mais survient le plus souvent après un traumatisme (avulsion dentaire). Elle peut évoluer jusqu'à la fracture osseuse. Son incidence a nettement diminué au cours des trente dernières années, essentiellement grâce à la mise en place de mesures préventives (technique d'irradiation, fluorothérapie). La physiopathologie des ORN repose sur des phénomènes d'hypoxie, d'hypocellularité, d'hypovascularisation et de fibroatrophie. La prise en charge est conservatrice pour les stades précoces et beaucoup plus invasive dans les stades avancés. L'ostéonécrose des maxillaires (ONM) en rapport avec un traitement par BP est une entité clinique individualisée beaucoup plus récemment que l'ORN. Les BP sont des molécules prescrites en oncologie et pour certaines pathologies bénignes (ostéoporose, maladie de Paget, etc.). L'ONM est une exposition osseuse localisée dans la région maxillofaciale (os avasculaire, atone, nécrotique), persistant au-delà de 8 semaines après identification et instauration d'un traitement adéquat, chez un patient traité ou ayant été traité par BP et sans antécédent d'irradiation craniofaciale. L'atteinte osseuse est souvent très mal délimitée, contrairement à l'ORN. Il s'agit d'une complication concernant presque exclusivement les patients bénéficiant de BP par voie intraveineuse pour des pathologies malignes. L'incidence des ONM dans ce contexte est de l'ordre de 1 % à 12 %. L'ONM résulte d'une perturbation de l'activité ostéoclastique due à l'imprégnation osseuse par les BP, mais la physiopathologie de la maladie est mal connue. Elle est souvent associée à un geste invasif (avulsion dentaire), sans qu'il soit systématiquement possible de savoir si le geste est la cause de l'ONM ou s'il ne fait que révéler une ONM sous-jacente. Il n'existe pas de consensus quant à la prise en charge qui est plus ou moins invasive selon les stades et les auteurs. En l'absence de traitement curatif probant de l'ONM, les efforts doivent être orientés sur la prévention.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Ostéoradionécrose, Irradiation cervicofaciale, Fluorothérapie, Ostéonécrose aux bisphosphonates, Mise en état buccodentaire, Hygiène buccodentaire


Plan


 Cet article a fait l'objet d'une prépublication en ligne : l'année du copyright peut donc être antérieure à celle de la mise à jour à laquelle il est intégré.


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Conduite à tenir face à un patient à risque hémorragique
  • P. Larras, V. Ahossi, M. Freysz
| Article suivant Article suivant
  • Le patient immunodéprimé
  • J.-M. Robert, S. Vichova, B. Delannoy, T. Quadiri, J.-J. Lehot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.