Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Neurorétinite à Bartonella henselae : maladie des griffes du chat - 08/03/08

Doi : JFO-03-2004-27-3-0181-5512-101019-ART9 

A. Donnio,

C. Buestel,

E. Ventura,

H. Merle

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Neurorétinite à Bartonella henselae : maladie des griffes du chat

Nous rapportons un cas de neurorétinite stellaire unilatérale à Bartonella henselae , principal agent étiologique de la maladie des griffes du chat. Un jeune garçon de 11 ans consulte pour une baisse d'acuité visuelle gauche, évoluant depuis deux semaines, dans un contexte d'altération de l'état général. L'interrogatoire retrouve la notion d'une griffure de chaton à l'avant-bras droit deux mois auparavant. L'examen clinique met en évidence à gauche une acuité visuelle chiffrée à « compte les doigts » à 30 centimètres non améliorable, ainsi qu'un oedème papillaire hémorragique. Devant cet aspect de neurorétinite, un traitement par rifampicine et doxycycline est instauré pendant un mois. Le bilan biologique entrepris retrouve effectivement une séroconversion en immunoglobulines G anti- Bartonella henselae , avec disparition des immunoglobulines M sur trois prélèvements successifs. Les autres étiologies de neurorétinite sont éliminées par les examens biologiques. L'analyse du sérum du chat révèle la présence d'anticorps anti- Bartonella henselae , et anti- Bartonella clarridgeiae . Les consultations de contrôle montrent une disparition progressive de l'oedème papillaire, avec amélioration concomitante de l'acuité visuelle, qui se stabilise finalement à 5/10 e Parinaud 4 en cinq mois. L'intérêt de cette observation réside essentiellement dans le rappel de l'existence de cette affection souvent méconnue parmi les étiologies de neurorétinite, afin d'en améliorer la prise en charge, le pronostic fonctionnel dépendant en effet fortement de la rapidité d'instauration du traitement.

Abstract

Cat-scratch disease neuroretinitis

We report a case of cat-scratch disease neuroretinitis for which systemic and ocular investigations proved the responsibility of Bartonella henselae. An 11-year-old boy was referred to the hospital in November 2002 for severe visual loss in the left eye over the preceding 2 weeks. At the same time, he also developed a flu-like illness. The best corrected acuity in the left eye was counting fingers at 30 cm. Posterior segment examination on the left eye showed an optic disk edema with papillary and peripapillary hemorrhages and serous retinal detachment, mild vitreous inflammation, and two little perivascular white spots. The medical history was unremarkable except for a cat scratch on his left forearm 2 months before. Four weeks of antibiotic therapy including oral rifampin and doxycycline was used. Bartonella henselae immunoglobulin M were first detected with Bartonella henselae immunoglobulin G testing negative at this time. A 3-week serum showed immunoglobulin M seroreversion, while Bartonella henselae immunoglobulin G appeared. Other causes of optic disk edema with macular star were excluded by biological data. Bartonella antibodies to both Bartonella henselae and Bartonella clarridgeiae were detected in the cat. Ophthalmic follow-up showed progressive resorption of the neuroretinitis and the visual acuity increased to 5/10. The significance of this case report lies in the reminder that this pathology can be the cause of neuroretinitis; the prognosis can be improved by earlier treatment.


Mots clés : Neurorétinite , Bartonella henselae , maladie des griffes du chat

Keywords: Neuroretinitis , Bartonella henselae , cat-scratch disease


Plan



© 2004 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 27 - N° 3

P. 285-290 - mars 2004 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Pseudo-kératocône et rosacée oculaire
  • F. Stoesser, D. Lévy, S. Moalic, J. Colin
| Article suivant Article suivant
  • Thérapie photodynamique et DMLA : arguments pratiques sur la base de cas cliniques pour retraiter ou surveiller lors du suivi
  • T. Desmettre, G. Quentel, M. Benchaboune, S.-Y. Cohen, S. Mordon, A. Gaudric

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.