Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prise en charge diagnostique et thérapeutique du syndrome de Vogt-Koyanagi-Harada - 08/03/08

Doi : JFO-01-2005-28-1-0181-5512-101019-ART02 

V. Touitou [1],

C. Escande [1],

B. Bodaghi [1],

N. Cassoux [1],

B. Wechsler [2],

C. Lemaitre [1],

T.H.C. Tran [1],

C. Fardeau [1],

J.-C. Piette [2],

P. LeHoang [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Prise en charge diagnostique et thérapeutique du syndrome de Vogt-Koyanagi-Harada

Introduction : Analyse diagnostique des uvéites associées au syndrome de Vogt-Koyanagi-Harada, à la lumière des critères internationaux et évaluation de la stratégie thérapeutique.

Patients et méthodes : Les patients pris en charge entre janvier 2001 et mars 2003 pour une suspicion de syndrome de Vogt-Koyanagi-Harada ont bénéficié d’un bilan orienté afin d’évaluer l’atteinte oculaire et extra-oculaire de la maladie. Les critères diagnostiques de 1978 et les critères révisés en 2001 ont ensuite été utilisés pour chacun des patients. Une corticothérapie systémique a été proposée dans la plupart des cas. Lorsque celle-ci n’a pas permis de contrôler l’inflammation, un traitement immunosuppresseur a été initié.

Résultats : Nous avons inclus 22 patients. L’âge moyen était de 33,5 ans (15-49 ans). L’intensité de l’uvéite postérieure, observée chez 20 patients, dépendait du stade de la maladie. Une segmentite antérieure était associée chez 11 patients. L’atteinte neurologique était présente chez 12 patients et les manifestations dermatologiques étaient observées chez 14 patients. Cinq patients, présentant rétrospectivement un syndrome de Vogt-Koyanagi-Harada confirmé, ne répondaient pas aux critères diagnostiques de 1978, et trois patients ne répondaient pas aux critères de 2001. La corticothérapie a permis le contrôle de l’inflammation chez 19 patients. Trois patients corticodépendants à fortes doses ont bénéficié d’un traitement immunomodulateur (azathioprine, cyclophosphamide, interféron-alpha). Au décours de la période de suivi, l’inflammation a été contrôlée dans tous les cas.

Discussion : La révision des critères diagnostiques du syndrome de Vogt-Koyanagi-Harada a permis d’affiner la prise en charge des patients mais il reste cependant difficile de rendre compte de la variabilité de la symptomatologie clinique au cours du temps. Les corticoïdes, utilisés à fortes doses précocement, permettent de réduire la durée des poussées et la survenue de récidives. L’interféron-α serait une alternative séduisante aux immunosuppresseurs mais des études complémentaires sont nécessaires avant toute conclusion ultérieure.

Abstract

Diagnostic and therapeutic management of Vogt-Koyanagi-Harada syndrome

Purpose: To determine the most efficient diagnostic tools in Vogt-Koyanagi-Harada syndrome, taking into account the international diagnostic criteria, and to evaluate the therapeutic management of these patients.

Patients and methods: This study examined patients with a suspicion of VKH syndrome who presented between January 2001 and March 2003, including ocular and extraocular evaluation of the disease at the time of diagnosis. Each patient was classified according to the 1978 international diagnostic criteria and the revised 2001 criteria. In most cases, intravenous steroid pulses were administered. Immunosuppressors were initiated when inflammation was not controlled with steroids.

Results: Twenty-two patients were included. The mean age was 33.5 years (range, 15-49 years). Posterior segment involvement, which was observed in 21 patients, depended on the stage of the disease. Anterior segment inflammation was associated in eleven cases. Neurologic symptoms, including meningitis, cerebrospinal fluid lymphocytic pleocytosis, tinnitus, or hearing loss were observed in 12 patients. Fourteen patients had dermatologic signs. Five patients who developed VKH syndrome did not meet the 1978 criteria, and three patients did not meet the 2001 revised criteria. In 19 cases, intraocular inflammation was controlled with corticosteroids. In three cases, corticosteroids could not be discontinued. These patients were treated with immunosuppressive molecules: azathioprine, cyclophosphamide, interferon alpha. At the end of the follow-up period, inflammation was controlled in all patients.

Discussion: Revision of the diagnostic criteria provides a more subtle diagnosis of VKH syndrome. However, it is difficult to consider the variability of clinical symptoms during the duration of disease. Corticosteroids must be used at appropriate dosages, followed by slow tapering over 6 months. This attitude seems to reduce the duration of ocular inflammation and decreases the frequency of recurrence. The use of immunomodulating drugs could be reduced by early and appropriate use of systemic steroids. Interferon alpha seems to be a promising alternative in corticoresistant or corticodependent forms of the disease, but further controlled studies are required.


Mots clés : Angiographie rétinienne , corticothérapie systémique , décollement séreux rétinien , immunosuppresseurs , ponction lombaire , uvéites , vitiligo

Keywords: Corticosteroids , ICG angiography , immunosuppressors , interferon alpha , lumbar puncture , serous retinal detachment , uveitis , vitiligo


Plan



© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 1

P. 9-16 - janvier 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Remerciements aux experts
| Article suivant Article suivant
  • Intérêt de la microscopie confocale in vitro dans l’étude des membranes épirétiniennes et des membranes limitantes internes après chirurgie maculaire
  • F. Dubreuil, M. Ullern, P. Lozato, S. Rodrigues-Grillon, C. Baudouin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.