Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Comparaison de deux techniques chirurgicales dans le traitement de la paralysie du muscle oblique supérieur - 08/03/08

Doi : JFO-04-2005-28-4-0181-5512-101019-200503675 

O. Genevois [1],

R. Beaumont [1],

A. Retout [1],

J.-C. Quintyn [2]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Comparaison de deux techniques chirurgicales dans le traitement de la paralysie du muscle oblique supérieur

But : Cette étude a pour objectif de comparer deux techniques chirurgicales dans le traitement de la paralysie de l’oblique supérieur.

Patients et méthode : L’étude rétrospective a porté sur 32 patients opérés à Rouen pour une paralysie de l’oblique supérieur. Les 17 patients composant le groupe 1 ont été opérés par renforcement de l’oblique supérieur ; les patients du groupe 2 ont été opérés par affaiblissement des antagonistes. Le suivi était de un an et portait sur le torticolis, la diplopie, la déviation verticale et la cyclotorsion.

Résultats : Les résultats fonctionnels, portant sur la présence ou non d’une diplopie et d’un torticolis ainsi que sur un bilan orthoptique, étaient bons pour les deux groupes, mais meilleurs pour le premier groupe. Seuls 12,5 % des patients ont dû être réopérés. La cyclotorsion était passée de 1,69° en pré-opératoire à 0,19° en postopératoire pour le groupe 1, alors que pour le groupe 2, elle était passée de 1,79° à 0,83°. En revanche, la déviation verticale avait diminué davantage dans le groupe 2, passant à 2,1 dioptries contre 3,5 dioptries pour le groupe 1 alors qu’elles étaient respectivement de 18 et 21 dioptries en pré-opératoire.

Discussion-conclusion : Seul le renforcement de l’oblique supérieur permet de corriger correctement la cyclotorsion source majeure d’asthénopie et de diplopie, ceci malgré une correction souvent insuffisante de la hauteur, mais qui est le plus souvent bien tolérée cliniquement. Nous proposons dans un premier temps un renforcement de l’oblique supérieur plutôt qu’un affaiblissement des muscles hyperactifs et nous associons à distance, en cas de hauteur importante en postopératoire, un geste sur l’un des muscles hyperactifs.

Abstract

Comparison of two surgical techniques for the treatment of superior oblique palsy

Aim: To compare two surgical techniques for the treatment of superior oblique palsy.

Patients and methods: Retrospective study involving 32 patients operated on at the Rouen Teaching Hospital for superior oblique palsy. Group 1 patients were treated by surgical reinforcement of the superior oblique muscle and group 2 patients were treated by surgical loosening (or weakening) of the antagonist muscles. One-year follow-up explored head tilt, diplopia, vertical deviation and cyclotorsion.

Results: Functional results (presence of diplopia or stiff neck) were positive in both groups but better in group 1. Only 12.5% of patients required a second operation. Cyclotorsion amounted to less than 2% in group 1 and was still greater than 8% in group 2; on the other hand, vertical deviation had improved more in group 2, where it decreased to 2.1 diopters versus 3.1 in group 1.

Discussion and conclusion: Only reinforcing the superior oblique adequately corrects cyclotorsion, which is the main cause of asthenopia and diplopia, despite an often insufficient height correction that is otherwise clinically well tolerated. We suggest reinforcing the superior oblique as a first intent rather than weakening hyperactive muscles, and in case of excessive postoperative height, we would carry out additional treatment of one of the hyperactive muscles later.


Mots clés : Oblique supérieur , cyclotorsion , strabisme , chirurgie

Keywords: Superior oblique , cyclotorsion , surgery , strabismus


Plan



© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 28 - N° 4

P. 355-362 - avril 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Analyse du segment antérieur de l’œil avec un tomographe à cohérence optique
  • G. Baikoff, E. Lutun, C. Ferraz, J. Wei
| Article suivant Article suivant
  • Traitement des décollements de la rétine par déchirure géante : résultats de l’échange perfluorocarbones liquides-silicone avec indentation circulaire
  • R. Zhioua, I. Malek, L. Kria, A. Ouertani

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.