Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

FACTEURS ASSOCIÉS AUX INFECTIONS NOSOCOMIALES À BACILLES GRAM NÉGATIFS RÉSISTANTS EN NÉONATOLOGIE - 09/03/08

Doi : JGYN-05-2005-34-3-C1-0368-2315-101019-200503589 

Gay Sébastien [1],

Labenne Marc [1],

Ferdinus Cyril [2],

Gouyon Jean-Bernard [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

La prescription d’antibiotiques à large spectre devant toute suspicion d’infection néonatale peut être lourde de conséquences écologiques et sélectionner des bacilles à Gram négatif résistants (BGNR) à de nombreux antibiotiques, potentiellement responsables d’infections nosocomiales sévères chez le nouveau-né.

Objectif. Étude rétrospective cas-témoins pour déterminer les facteurs de risque des infections nosocomiales à BGNR chez le nouveau-né.

Méthode. Les résultats des prélèvements bactériologiques réalisés au CHU de Dijon entre janvier 2000 et décembre 2003 chez des enfants de moins de 2 mois ont été revus. Les prélèvements positifs à BGNR (Enterobacter, Klebsiella, Citrobacter, Serratia, Morganella, Pseudomonas, Stenotrophomonas et Acinetobacter) ont été sélectionnés. Des informations exhaustives, anamnestiques, cliniques, biologiques et bactériologiques, ont été recueillies pour chacun des enfants. Les nouveau-nés ayant une infection nosocomiale à BGNR probable ou certaine (enfants hospitalisés depuis plus de 48 heures) ont constitué le groupe des cas. Chaque cas a été apparié à deux témoins sur la date de naissance, le sexe, le terme et le poids de naissance. Les deux groupes ont été comparés, à la date du diagnostic des cas, pour les facteurs de risques suivants : pathologies maternelles, antibiothérapie anténatale, état du nouveau-né à la naissance, traitements médicamenteux, ventilation mécanique, cathéter central, chirurgie et évolution.

Résultats. Durant la période de l’étude, 141 BGNR ont été isolés ; 116 enfants ont été exclus car porteurs d’un BGNR dans le cadre d’une colonisation ou d’une infection materno-fœtale précoce ou tardive (définitions ANAES). Vingt-cinq nouveau-nés, présentant une infection nosocomiale probable ou certaine, ont été retenus dans le groupe des cas et appariés à 50 témoins. Les enfants étaient nés à 31  5 SA avec un poids de 1 700  1 100 g. L’âge au diagnostic des cas était de 22,3  12,6 jours. Les infections les plus fréquentes étaient des pneumopathies liées à la ventilation mécanique (15 cas), des septicémies liées au cathéter (4 cas) et des entérocolites ulcéro-nécrosantes (3 cas). La comparaison entre les 2 groupes n’a pas mis en évidence de différence significative pour les pathologies maternelles, l’antibiothérapie anténatale, le mode d’accouchement, l’état du nouveau-né à la naissance, la ventilation mécanique et la présence d’un cathéter central. Comparativement aux témoins, les enfants infectés à BGNR ont reçu plus d’anti-acides (50 % versus 25 %, p ≪ 0,01) et plus de jours d’antibiotiques entre le jour de naissance et le jour du diagnostic de l’infection (15,9  11,3 jours versus 10,1  8,8 jours (p ≪ 0,05). L’évolution était plus souvent défavorable (décès et/ou dysplasie bronchopulmonaire et/ou leucomalacie périventriculaire) en cas d’infection à BGNR (54 % versus 20 % chez les témoins, p ≪ 0,01).

Conclusion. Une réduction du taux d’infections nosocomiales à BGNR par des stratégies réduisant les durées d’antibiothérapie et/ou restreignant l’administration d’anti-acides, reste à évaluer.




© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 3-C1

P. 286 - mai 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • APPLICATION D’UN PROTOCOLE DE PRÉVENTION DE L’INFECTION MATERNO-FŒTALE À STREPTOCOQUE BÊTA HÉMOLYTIQUE AU SEIN DU RÉSEAU PÉRINATAL AURORE
  • Dupont Corinne, Touzet Sandrine, Dupuis Olivier, Cao Danièle, Putet Guy, Julien-Prunaret Véronique, Audra Philippe, Rudigoz René-Charles
| Article suivant Article suivant
  • ÉPIDÉMIE D’INFECTIONS NOSOCOMIALES À PSEUDOMONAS PICKETTII DANS UNE UNITÉ DE RÉANIMATION NÉONATALE À PARTIR D’INCUBATEURS
  • Brayer Claire, Dupuy Laurence, Ramful Duk, Sampériz Sylvain, Pilorget Henry, Rajaofera Isabelle, Attali Tania, Alessandri Jean-Luc

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.