Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prise en charge médicale et surveillance de la dissection aortique de type B - 19/03/18

Doi : 10.1016/j.jdmv.2017.12.043 
G. Sarlon-Bartoli 1, , M. Bartoli, R. Soler, P. Amabile, P.-E. Magnan
 HTA, UMRS 1076, médecine vasculaire, CHU de Timone, 264, rue Saint-Pierre, 13385 Marseille cedex 05, France 

Auteur correspondant.

Résumé

La dissection aortique de type B à la phase aiguë est grevée d’une mortalité sévère en l’absence de prise en charge adaptée. La base de la thérapeutique de la dissection aortique B non compliquée repose sur l’administration intraveineuse en urgence de bêta-bloquants pour réduire la fréquence cardiaque et la pression artérielle systolique vers 100–120mmHg. Les thérapeutiques adjuvantes à instaurer sont le traitement antalgique et la surveillance en soins intensifs avec monitorage de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque. Une surveillance clinique et radiologique très rapprochée doit être organisée toutes les 48–72heures pour détecter les complications aiguës à type de rupture et/ou de malperfusion. Les malperfusions sont présentes dans environ 30 % des dissections aortiques aiguës. Ces complications peuvent toucher les artères digestives, les artères rénales, les artères des membres inférieurs. La cause de la malperfusion peut être par un mécanisme dynamique et/ou statique. La malperfusion d’origine statique est liée à l’extension de flap intimal vers l’artère collatérale comme une sténose anatomique. La complication dynamique est liée à une compression dynamique du vrai chenal par le faux chenal ce qui va entraîner une hypoperfusion. La survenue de telles complications relèvera d’une discussion pluridisciplinaire pour décider d’un traitement endovasculaire par stent couvert, fenestration ou stents périphériques. Le suivi radiologique se fera par scanner ou IRM à 48–72heures puis 7jours, un mois, trois mois, six mois puis tous les ans en l’absence de complication. Cette prise en charge doit bien sûr être associée à un bilan étiologique adapté et à la prise en charge des facteurs de risques cardiovasculaires.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Dissection aortique, Suivi, Traitement médical


Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 43 - N° 2

P. 92 - mars 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Maladies rares et dilatation de l’aorte ascendante, mise au point
  • T. Mirault
| Article suivant Article suivant
  • Hématomes pariétaux, ulcères de l’aorte : quelle prise en charge ?
  • G. Ledieu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.