Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Épidémiologie du dopage - 01/01/01

P  Laure * *Correspondance: DRDJS, BP 69, 54139 St-Max cedex, France ; tél : 03 83 21 96 47

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Selon une récente revue de la littérature, 3 à 5 % des enfants et adolescents sportifs recourent à des produits dopants (ce chiffre augmente avec l'âge) et de 5 et 15 % des sportifs adultes amateurs. Ces pourcentages sont plus élevés chez les hommes, les 20-25 ans, les compétiteurs et il augmente avec le niveau des compétitions (surtout de haut-niveau). Mais 1 à 5 % des sportifs de loisirs disent recourir au dopage. Les principales classes de produits consommées sont les stimulants, les produits enrichis en protéines (non interdits par le ClO), la créatine (non interdite), les antalgiques (non interdits), le cannabis, les corticoïdes et les stéroïdes anabolisants. Ces consommations sont volontiers associées à celle d'autres substances (alcool, tabac, cocaïne, cannabis, etc.). Chez les non sportifs, les données sont encore parcellaires. Tous les travaux soulignent le sentiment de facilité des usagers de pouvoir se procurer n'importe quels produits. Leurs deux principales sources d'approvisionnement sont les professionnels de la santé (y compris à leur insu) et le marché clandestin.

Mots clés  : Dopage ; épidémiologie.

Abstract

Epidemiology of doping in sport. According to a recent review of the literature, 3 to 5 % of the children and sports teenagers resort to products drugs (this value increases with the age) and 5 to 15 % of amateurs adult sportsmen. These percentages are higher at the men, at people aged 20-25 years, at the competitors and increase with the level of competitions (especially of hight-level). But 1 in 5 % of the sportsmen practising as leisure activities tell to resort to doping. The main classes of drugs used, whatever the age of the user, are stimulants, products enriched in proteins (not forbidden by the IOC), creatine (not forbidden), pain-killers (not forbidden), cannabis, corticoids and anabolic steroids. These consumptions are often associated to that of other substances (alcohol, tobacco, cocaine, cannabis, etc.). All the studies underline the feeling of ease of the users to get whatever drugs they want. The two main sources of supply are health professionals and black market.

Mots clés  : doping in sport ; epidemiology.



© 2001  Publié par Elsevier Masson SAS.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 16 - N° 2

P. 96-100 - mars-avril 2001 Retour au numéro

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.