Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traitement chirurgical des fuites caverno-veineuses - 10/03/19

Doi : 10.1016/j.jdmv.2018.12.030 
E. Allaire 1, , M.-N. Labastie 2, 3, H. Sussman 3, R. Virag 3
1 Clinique Geoffroy Saint Hilaire, 59, Rue Geoffroy-Saint-Hilaire, 75005 Paris, France 
2 Hôpital Henri-Mondor, 94010 Créteil, France 
3 CETI, 8, rue de Duras, 75008 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Les traitements pharmacologiques de la dysfonction érectile (DE) augmentent l’apport sanguin dans les corps caverneux, mais 30 % des patients y résistent. L’incapacité à retenir le sang dans les corps caverneux est la cause la plus fréquente de résistance aux médicaments. Cette rétention est assurée par un système complexe, sollicité lors du remplissage par les artères. L’efficacité de ce système veino-occlusif conditionne le maintien de l’érection, en réponse aux stimulations neuro-psychologiques, dans un environnement vasculaire et hormonal satisfaisant. Les fuites caverno-veineuses (FCV) sont drainées de la veine dorsale profonde vers le plexus de Santorini, et/ou de veines superficielles vers les veines fémorales, par l’intermédiaire de réseaux complexes, soit congénitaux, lors de DE primaires, soit de développement plus tardif, dans les DE secondaires. L’évaluation fonctionnelle et morphologique permet de faire le diagnostic de FCV, tout en objectivant l’inefficacité des traitements pharmacologiques. De multiples techniques chirurgicales ont été proposées, visant à diminuer les FCV : ligatures, exérèse veineuse et l’occlusion par embolisation. L’évaluation de l’efficacité de cette chirurgie est sujette à controverse parce que les techniques d’évaluation préopératoire et de sélection des patients, ont considérablement varié avec le temps, et parce que les techniques sont très variables d’une série à l’autre. Les plus récentes rapportent des résultats à la fois très bons et durables. Ces résultats sont obtenus avec des protocoles chirurgicaux volontiers complexes et adaptés aux patients. Le traitement chirurgical des FCV a l’avantage théorique de cibler de manière spécifique un mécanisme physiopathologique de DE. La reproductibilité des meilleures séries cliniques reste à confirmer, grâce à un suivi objectif. De nombreuses recherches restent à conduire, pour mieux comprendre le rôle de chaque élément anatomique participant à la chaîne veino-occlusive, identifier les déterminants du développement des circuits de drainage veineux aberrants, et poursuivre l’amélioration des techniques opératoires. En conclusion, les patients résistant aux traitements pharmacologiques de la DE doivent être évalués pour rechercher une FCV, car une chirurgie adaptée peut leur être proposée, avec des chances importantes de les faire sortir d’une situation d’échec thérapeutique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Dysfonction érectile, Fuite caverno-veineuse


Plan


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 2

P. 107-108 - mars 2019 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Dysfonctionnement érectile par fuites caverno-veineuses. Apport du caverno-scanner
  • P. Hauet, R. Virag, S. Ordureau
| Article suivant Article suivant
  • Hématopoïèse clonale de signification indéterminée (CHIP) : intérêt en médecine vasculaire
  • L. Garçon

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.