Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Douleur inguinale isolée après prothèse totale de hanche et souffrance de l'ilio-psoas - 16/04/08

Doi : RCO-12-2001-87-8-0035-1040-101019-ART8 

T. Ala Eddine [1],

F. Remy [1],

C. Chantelot [1],

F. Giraud [1],

H. Migaud [1],

A. Duquennoy [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le but de ce travail prospectif était de préciser : la fréquence des douleurs inguinales attribuables à une souffrance de l'ilio-psoas parmi des prothèses totales de hanche (PTH) douloureuses, les critères diagnostiques de ses symptômes et les résultats d'une démarche thérapeutique originale.

Résumé

Une étude prospective sur 206 PTH douloureuses a identifié neuf (4,3 %) tableaux cliniques évocateurs d'une souffrance de l'ilio-psoas, chez 9 patients âgés en moyenne de 50 ans (38-65 ans). Pour ces 9 cas, il n'existait aucun signe de descellement et une ponction a permis d'écarter une infection. Le délai moyen de survenue après la pose de la prothèse était de 7,3 mois (1 à 48 mois). Le signe clinique évocateur était une douleur inguinale déclenchée par la flexion active de la hanche. Le diagnostic était confirmé par la sédation des douleurs après une infiltration extra-articulaire au bord antérieur de la cupule sous contrôle tomodensitométrique.

Résumé

Sept patients sur 9 ont été complètement soulagés de leurs symptômes : 4 fois après une infiltration thérapeutique (xylocaïne et corticoïdes retard) dont une itérative, et 3 fois après ténotomie du tendon terminal de l'ilio-psoas. L'examen clinique au recul n'a pas identifié de perte de la force de flexion de la cuisse sur le bassin.

Résumé

Le test infiltratif constitue le critère essentiel pour confirmer le diagnostic et représente le premier geste thérapeutique permettant la guérison complète. La ténotomie, indiquée en cas de récidive, a permis une guérison complète 3 fois sur les 4 cas où elle a été pratiquée. Un changement de cupule n'est pas obligatoire puisque par infiltration ou une simple ténotomie de l'ilio-psoas une guérison complète a été observée 7 fois sur 9, y compris en présence d'un debord de la cupule retrouvé 6 fois sur les 9 cas.

Abstract

Anterior iliopsoas impingement after total hip arthroplasty: diagnosis and conservative treatment in 9 cases

Purpose of the study

Impingement of the iliopsoas muscle due to a protruding acetabular component is an uncommon cause of pain after total hip arthroplasty. Diagnostic signs may be misleading and therapeutic management has varied, leading to divergent findings reported in the literature. The purpose of this prospective work was to determine the frequency of groin pain due to iliopsoas impingement (with or without an identified causal mechanism) in patients with painful total hip arthroplasties and to identify diagnostic criteria that can be used to determine the appropriate therapeutic strategy.

Material and methods

This prospective study was conducted between 1998 and 2000 and included 206 painful total hip arthroplasties. From this series, we excluded cases where pain was related to loosening (139 cases, 67 %), infection (45 cases, 21.7 %), bursitis on trochanteric sutures (2 cases, 1 %), and aortic aneurysm with gluteal claudication and resulting from a lombosacral disorder (10 cases, 4.8 %). This left 9 cases (4.3 %) with a clinical picture suggestive of iliopsoas impingement. These 9 patients (mean age 50 years, age range 38 - 65) had 8 uncemented press-fix cups and 1 cemented cup with an acetabular mesh. Mean delay to the development of pain after the arthroplasty procedure was 7.3 months (1 - 48 months). The most suggestive clinical sign was groin pain triggered by active flexion of the hip and flexion of the hip against force with a painful arc measuring 30° to 70°. None of these 9 patients had any sign of material loosening and puncture aspiration ruled out infection. The final diagnosis was confirmed by sedation of pain after extra-articular infiltration at the anterior border of the cup (overhanging cup in 6/9 cases) under computed tomographic guidance.

Results

Infiltrations with xylocaine and long-release corticosteroids led to complete sedation of pain in 4 out of 9 patients and partial sedation in 1 other. Recurrent pain led to terminal tenotomy of the iliopsoas in 4 patients, that provided total sedation in 3 and partial sedation in 1. In all, successful pain relief was achieved in 7 out of 9 cases: 4 after infiltration (repeated in 1 cases) and 3 after tenotomy. At last follow-up physical examination has not identified any loss of flexion force.

Discussion and conclusion

Irritation of the iliopsoas muscle can be the cause of pain in 4.3 % of patients experiencing pain after total hip arthroplasty. The delay to symptom onset is variable but there appears to be a pain-free period after implantation. An anatomic element (anterior cup overhang) is not necessary for diagnosis since the infiltration test was positive in 1 out of 3 cases without any identified acetabular factor. The infiltration test is an important element for positive diagnosis and should be the first therapeutic measure taken. We achieved success in 4 out of 9 cases. Tenotomy is indicated in case of recurrence, providing complete cure in 3 out of 4 cases in our series. Cure may be achieved without changing the cup by simple infiltration or tenotomy of the iliopsoas that led to complete cure in 7 out of 9 cases in our series, even in patients with an overhanging cup (6 out of 9 cases). An elective procedure might be indicated if a specific anomaly is identified (overly long screw, cement leakage) or for a screwed cup. The infiltration test should however be performed beforehand to confirm the diagnosis.


Mots clés : Hanche , prothèse de hanche douloureuse , cupule cotyloïdienne , ténotomie de l'iliopsoas

Keywords: Total hip arthroplasty , pain , iliopsoas , cup , tenotomy


Plan



© 2001 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 87 - N° 8

P. 815-819 - décembre 2001 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Comportement d'une tige fémorale droite en arthroplastie totale primaire non cimentée de la hanche chez les patients de moins de 65 ans
  • F. Bonnomet, C. Delaunay, P. Simon, Y. Lefebvre, P. Clavert, A.I. Kapandji, J.-F. Kempf
| Article suivant Article suivant
  • Le conflit ilio-psoas – prothèse dans les arthroplasties totales de hanche douloureuses
  • S. Bricteux, L. Beguin, M.-H. Fessy

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.