Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Risque de pneumonie chez les patients BPCO sous corticothérapie inhalée : à propos de 166 cas - 10/01/21

Doi : 10.1016/j.rmra.2020.11.189 
N. Reguig 1, , Y. Amchich 2, M. Ouassari 1, I. Ouerdja 1, A. Rhanim 1, A. Jniene 1, L. Herrak 1, L. Achachi 1, M. El Ftouh 1
1 Service de pneumologie, centre hospitalier Ibn Sina, Rabat, Maroc 
2 Service de pneumologie, hôpital militaire d’instruction Mohamed V, Rabat, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les corticostéroïdes inhalés sont prescrits comme traitement de fond de la BPCO tenant compte des symptômes. Des études ont montré que l’excès de leur utilisation expose au risque de pneumonie. Le but de notre travail est de comparer le risque de survenue de pneumonie chez deux groupes de patients présentant une exacerbation de BPCO d’origine infectieuse.

Méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective menée au service de pneumologie de l’hôpital Ibn Sina de Rabat incluant 166 patients hospitalisés pour exacerbation de BPCO entre janvier 2017 et décembre 2019. On a défini deux groupes : G1 patients ne recevaient pas de CSI, G2 en recevaient.

Résultats

Parmi 166 dossiers d’exacerbations de BPCO recensés, 127 patients présentaient une exacerbation d’origine infectieuse ; G1 n=75, G2 n=52. Les principales molécules prise par les patients du G2 étaient la fluticasone en association fixe avec les B2 mimétiques de longue durée d’action chez 39 patients, 6 patients étaient sous béclométasone en association avec les bronchodilatateurs, 4 patients étaient sous budésonide seule ; alors que la molécule prise n’était pas précisée chez 3 patients. La prescription était à des doses moyennes (500 à 1000μg/j), la durée de traitement était variable avec une moyenne de 4 ans. Les patients des 2 groupes présentaient des signes cliniques d’infection, une hyperleucocytose et une CRP élevée. Un foyer pulmonaire à la radiographie thoracique a été objectivé chez 18 patients du G1 (p=24 %) contre 20 patients du G2 (p=38 %).

Conclusion

En concordance avec les résultats de la littérature, nos résultats soulignent le risque de pneumonie chez les patients BPCO sous CSI. D’où la nécessité de respecter les recommandations du traitement par CSI chez les patients BPCO.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 13 - N° 1

P. 94 - janvier 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les comorbidités dans la BPCO : à propos de 166 cas
  • N. Reguig, Y. Amchich, M. Ouassari, I. Ouerdja, A. Rhanima, A. Jniene, L. Achachi, L. Herrak, M. El Ftouh
| Article suivant Article suivant
  • Exacerbation aiguë infectieuse bactérienne de BPCO : étude des biomarqueurs de l’infection bactérienne
  • P.P. Koumeka, M. Bougadoum, G.S. Moussounda Mpika, S. Ait Batahar, L. Amro

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.