Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Epidermolyse staphylococcique néonatale à transmission materno-fœtale - 28/04/08

Doi : AD-10-1999-126-10-0151-9638-101019-ART11 

C. Léauté-Labrèze [1],

J. Sarlangue [2],

L. Pedespan [2],

H.-P. Doermann [3],

A. Taïeb [1]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 1
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Abstract

Introduction

L'épidermolyse staphylococcique aiguë ou SSSS (Staphylococcal Scalded Skin Syndrome) est due à l'action de l'exfoliatine A ou B excrétée par certaines souches de Staphylococcus aureus. Ce syndrome est exceptionnel dans les premières heures de vie, nous rapportons un cas dû à une contamination materno-fœtale.

Observation

Chez un nouveau-né prématuré de 1 760 g, survenait à 6 heures de vie de vastes décollements bulleux superficiels sur un fond érythémateux faisant évoquer une épidermolyse staphylococcique aiguë. Il s'agissait d'une 3 e grossesse chez une femme de 40 ans ayant eu une fièvre à 39°C, 24 heures avant la césarienne. Chez la mère, les hémocultures et les prélèvements vaginaux mettaient en évidence un Staphylococcus aureus identique à celui isolé secondairement chez l'enfant. Les deux souches de staphylocoques possédaient les gènes des exfoliatines A et B et avaient le même antibiotype et le même génotype par « Random-PCR ». L'évolution était favorable sous antibiothérapie et traitement symptomatique, aucune complication septique n'était observée.

Commentaires

Staphylococcus aureus est le plus souvent responsable d'infections nosocomiales chez le nouveau-né. Le germe est alors transmis par le personnel hospitalier, ou par l'entourage familial, en général la mère. Une contamination périnatale est plus rare, liée à la présence du germe dans la filière génitale maternelle. Dans notre observation, la survenue d'une épidermolyse staphylococcique aiguë chez l'enfant et pas chez la mère, alors que les souches de Staphylococcus aureus étaient identiques, pourrait s'expliquer par une concentration sanguine élevée d'exfoliatines chez le nouveau-né en rapport avec une contamination périnatale massive et une élimination probablement lente et peu efficace de la toxine.

Abstract

Neonatal staphylococcal scalded skin syndrome and materno-fœtal staphylococcus aureus infection.

Introduction

The staphylococcal scalded skin syndrome (SSSS) is due to exfoliative toxins A or B excreted by some strains of Staphylococcus aureus . This syndrome is exceptional in the first hours of life. We report a case of SSSS due to materno-fetal infection.

Case report

At 31 weeks of pregnancy a 40-year-old mother was febrile (39°C) and a premature rupture of the amniotic sac occurred the following day. SSSS was diagnosed at 6 hours of life in the newborn, a 1760 g female. Staphylococcus aureus grew on the blood and vaginal bacterial cultures of the mother, as well as, from cultures of skin, nose, throat, and umbilical catether in the newborn. The strains of Staphylococcus aureus isolated in the mother and the child had identical characteristic antibiotype and genotype by Random-PCR. The genes for both exfoliatins A and B were present. Epidermisation was rapidly obtained and no septicemia or septic complication was noted.

Discussion

Staphylococcus aureus is usually responsible for nosocomial infections which occur in the early newborn period. In most cases, the infection is transmitted by a carrier who manipulates the child (family, visitors, nurse or medical staff). In our case, onset of SSSS early after birth suggested a perinatal transmission, due to lower genital tract infection in the mother. The presence of SSSS in the child and not in the mother may be explained by a massive perinatal infection and low elimination of the toxin in the newborn resulting in higher concentrations of exfoliative toxins in the blood.


Plan



© 1999 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 126 - N° 10

P. 713 - octobre 1999 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Histoplasmose disséminée révélée par des érosions linguales et amygdaliennes chez un malade immunocompétent
  • E. Clyti, Ch. Aznar, P. Couppie, D. Sainte-Marie, C. Lemoine, M. Huerre, B. Carme, R. Pradinaud
| Article suivant Article suivant
  • Eruption maculopapuleuse d'apparition retardée induite par le tamoxifène
  • V. Descamps, F. Bouscarat, M. Boui, Y. Marck, B. Lebrun-Vignes, B. Crickx, S. Belaich

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.