S'abonner

Impact des processus cognitifs sur la ventilation spontanée et en condition de dyspnée expérimentale - 17/02/23

Doi : 10.1016/j.rmr.2022.11.074 
J. Taytard 1, 2, , C. Gand 1, M.C. Niérat 1, C. Straus 1, 3, T. Similowski 1, 4
1 Sorbonne université, Inserm, UMRS1158 neurophysiologie respiratoire expérimentale et clinique, Paris, France 
2 AP–HP, groupe hospitalier universitaire AP–HP-Sorbonne université, site Armand-Trousseau, service de pneumologie pédiatrique, Paris, France 
3 AP–HP, groupe hospitalier universitaire AP–HP-Sorbonne université, site Pitié-Salpêtrière, service d’exploration fonctionnelles de la respiration, de l’exercice et de la dyspnée (département R3S), Paris, France 
4 AP–HP, groupe hospitalier universitaire AP–HP-Sorbonne université, site Pitié-Salpêtrière, département R3S, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’impact de la charge cognitive sur certaines activités motrices a déjà été démontré. Ce phénomène pourrait être expliqué par des interférences cognitivo-motrices s’inspirant du principe de la double tâche. Celui-ci postule que lorsque deux tâches mettant en jeu les mêmes circuits corticaux sont réalisées simultanément, elles se trouvent dégradées. L’impact de processus cognitifs sur la respiration a peu été étudié. Pourtant, cette dernière peut, dans certaines situations (parole, chant), chez les patients atteints du syndrome d’Ondine ou lorsque des sujets sains sont soumis à une dyspnée expérimentale, être le fruit d’une commande motrice corticale. Une étude récente a montré que la réalisation de tâches cognitives entraînait chez les patients atteints du syndrome d’Ondine une altération de la respiration en ventilation spontanée (VS), illustrée par la survenue d’apnées et de désaturations. Nous avons par ailleurs montré une dégradation de tâches cognitives faisant appel aux capacités attentionnelles chez les sujets sains soumis à une dyspnée expérimentale [1].

L’objectif de cette étude était d’observer l’impact de tâches cognitives sur la respiration de sujets sains, en ventilation spontanée et en situation de dyspnée expérimentale.

Méthodes

Etude ancillaire issue d’une étude portant sur l’impact de la dyspnée expérimentale sur l’activité corticale et les performances cognitives. Les Résultats rapportés ici sont ceux des enregistrements ventilatoires de 25 sujets sains (12 hommes ; 19,5–51,5 ans). Volume courant (VT), volume minute (VE), temps inspiratoires (TI), expiratoires (TE) et totaux (TTOT), fréquence respiratoire (FR) et Pression partielle expirée en CO2 (PETCO2) ont été enregistrés en VS et lors de l’application d’une charge inspiratoire à seuil (CIS). Les enregistrements ont été réalisés au repos et lors de la réalisation de tests cognitifs : Paced Auditory Serial Addition Test (PASAT 1 et 2), Trail Making Test version B (TMTB), et test de Corsi.

Résultats

La variabilité respiratoire est significativement augmentée lors de la réalisation des tests cognitifs, pour l’ensemble des variables respiratoires et l’ensemble des tests. Elle est cependant moins importante en ventilation avec CIS comparée à la VS. La charge cognitive entraîne une augmentation significative de la fréquence des apnées dans les deux conditions ventilatoires (Fig. 1).

Conclusion

Cette étude montre que les tâches cognitives entraînent une augmentation de la variabilité respiratoire. Ceci est vrai pour les tâches verbales (PASAT 1 et 2), probablement du fait de la mise en jeu de circuits corticaux moteurs et de la contrainte de la ventilation par la parole, mais cet effet est également observé lors des tests cognitifs non verbaux. Des Résultats similaires ont été rapportés dans une revue de la littérature datant de 2016 [2]. L’augmentation de la fréquence des apnées en condition de charge cognitive, y compris en ventilation non contrainte, constitue en revanche un résultat original.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2022  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 40 - N° 2

P. 148 - février 2023 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Répercussion sur le réseau neuronal respiratoire de l’effet aggravant de l’exposition à l’HIC sur la fibrose pulmonaire
  • Z. Maakoul, C.H. Yegen, D. Marchant, C. Planès, E. Boncoeur, N. Voituron
| Article suivant Article suivant
  • La mutation Kcnk3 altère les régulations ventilatoires chémosensibles chez le rat
  • C.H. Yegen, M. Lambert, D. Montani, M. Humbert, C. Planès, E. Boncoeur, N. Voituron, F. Antigny

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.


Tout le contenu de ce site: Copyright © 2024 Elsevier, ses concédants de licence et ses contributeurs. Tout les droits sont réservés, y compris ceux relatifs à l'exploration de textes et de données, a la formation en IA et aux technologies similaires. Pour tout contenu en libre accès, les conditions de licence Creative Commons s'appliquent.