Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pachymétrie cornéenne centrale dans la population pédiatrique par microscopie spéculaire non-contact : à propos de 405 cas - 03/06/08

Doi : JFO-03-2008-31-3-0181-5512-101019-200801139 

R. Coste,

E. Cornand,

D. Denis

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Pachymétrie cornéenne centrale dans la population pédiatrique par microscopie spéculaire non-contact : à propos de 405 cas

Objectifs : La pachymétrie cornéenne centrale est devenue incontournable dans l’interprétation de la pression intraoculaire. Le but de ce travail est de corréler les valeurs de la pachymétrie centrale mesurée par microscopie spéculaire non-contact chez l’enfant en fonction de la réfraction, de l’âge et du sexe.

Patients et méthode : Cette étude prospective s’est déroulée de mai 2005 à novembre 2006, et a inclus 405 yeux d’enfants (186 yeux de garçon et 219 de fille) venant en consultation d’ophtalmologie pédiatrique générale. L’âge des patients était compris entre 3 et 16 ans ; 3 groupes ont été formés en fonction de l’âge des enfants : « 3-4 ans », « 5-9 ans », « 10-16 ans ». La réfraction objective a été réalisée sous cycloplégie grâce à un auto-réfractomètre de type Nidek® ARK 700A, et les enfants classés en trois groupes de réfraction : « myopes », « emmétropes » et « hypermétropes ». La mesure de la pachymétrie a été pratiquée par microscope spéculaire non-contact de type Topcon® SP 2000P. Les critères d’exclusion ont été les antécédents de chirurgie oculaire et toutes les pathologies pouvant altérer la cornée. Les enfants porteurs de lentilles ont également été exclus de l’étude.

Résultats : L’âge moyen était de 8,2 ± 3,5 ans, et la réfraction moyenne, de +1,24 ± 4,02 D. La moyenne de la pachymétrie centrale était de 529 ± 32 µm [440 µm ; 629 µm]. Il existait une différence de pachymétrie significative en fonction du sexe (p = 0,004), avec une moyenne de 534 ± 32 µm chez les garçons et de 524 ± 31 µm chez les filles, sans différence de réfraction (p = 0,586) ou d’âge (p = 0,144) entre ces deux groupes. Concernant la réfraction, une différence statistiquement significative de pachymétrie était constatée respectivement entre les enfants emmétropes (523 ± 33 µm) et hypermétropes (533 ± 31 µm) (p = 0,045), et entre les enfants hypermétropes et myopes (520 ± 32 µm) (p = 0,005). Il n’y avait pas de différence entre les enfants emmétropes et myopes (p = 0,902). Il n’y avait pas de différence de pachymétrie en fonction de l’âge (p = 0,086).

Discussion : Les résultats de cette étude sont comparables dans l’ensemble à ceux retrouvés par la méthode ultrasonique (méthode de référence, mais nécessitant la plupart du temps chez l’enfant une anesthésie générale), en dehors des différences de pachymétrie entre les groupes de réfraction.

Conclusion : Bien que cette méthode de mesure ne soit pas la méthode de référence, elle nous semble mieux adaptée à l’enfant car outre sa fiabilité, elle s’effectue en un minimum de temps et de iatrogénicité, et sans stress chez l’enfant (méthode non contact).

Abstract

Central corneal thickness in a pediatric population using a noncontact specular microscope: a study of 405 cases.

Aim: Central corneal thickness has become very important in the interpretation of intraocular pressure. The aim of this study was to correlate pachymetry values in a pediatric population with age, sex, and refraction. To our knowledge, the scientific literature has not reported such information.

Patients and method: This prospective study was conducted from May 2005 to November 2006 and included 405 eyes (186 eyes in boys and 219 eyes in girls) in children undergoing a general pediatric ophthalmologic visit. Patient age ranged from 3 to 16 years; three age groups were formed: 3–4 years, 5–9 years, 10–16 years. Objective refraction with cycloplegic was measured using a Nidek® ARK 700 A autorefractometer and three refraction groups were formed. Pachymetry measures were taken using the Topcon® SP 2000P specular microscopy. Exclusion criteria were a history of ocular surgery, lens wearers, and any disease that could alter the cornea.

Results: The mean age was 8.21 ± 3.55 years, the mean refraction was +1.24 ± 4.02 D. The mean central pachymetry was 529 ± 32µm: 534 ± 31µm in the male group and 524±31µm in the female group, establishing a difference in pachymetry with no differences in refraction or age between the two groups. In the refraction groups, we found a significant difference in pachymetry between emmetropic (523±33µm) and hyperopic (533 ± 31µm) groups and between hyperopic and myopic groups (520 ± 32µm) (p =0.005). There was no difference between emmetropic and myopic groups (p =0.902), nor in pachymetry between age groups (p =0.086).

Discussion: Except for differences found in refraction groups, the results reported herein were similar to those found with the ultrasonic method (the reference method), but they had been obtained under general anesthesia in most studies.

Conclusion: Even though this is not the reference method of pachymetry measures, it seems more appropriate for children, because it is reliable, the measurements are taken quickly, they are noninvasive, and they do not cause the child undue stress (noncontact method).


Mots clés : Cornée , pachymétrie , épaisseur cornéenne , pression intraoculaire , réfraction , enfant , adolescent , microscopie spéculaire , non-contact

Keywords: Cornea , pachymetry , corneal thickness , intraocular pressure , refraction , age group , child , adolescent , specular microscopy , noncontact


Plan



© 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 31 - N° 3

P. 273-278 - mars 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Syndrome des taches blanches évanescentes et syndrome d’élargissement de la tache aveugle, confrontation électrophysiologique et angiographique
  • V. Martinet, G. Ducos de Lahitte, C. Terrada, C. Simon, P. LeHoang, B. Bodaghi
| Article suivant Article suivant
  • La thermothérapie transpupillaire des mélanomes choroïdiens
  • R. Forte, G. Cennamo

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.