Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Syndrome de Cushing canin (hypercorticisme spontané) - 23/06/08

[0700]  - Doi : 10.1016/S1283-0828(06)35956-X 
D. Rosenberg , P. De Fornel Thibaud, G. Benchekroun
Unité de médecine, École Nationale Vétérinaire d'Alfort, 7, avenue du Général-de-Gaulle, 94704 Maisons-Alfort, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 18
Iconographies 16
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le syndrome de Cushing est un ensemble de symptômes secondaires à un hypercortisolisme chronique. Il peut être lié à un adénome hypophysaire corticotrope ou plus rarement à une tumeur corticosurrénale. Dysendocrinie fréquente chez le chien, le syndrome de Cushing touche préférentiellement les individus âgés. Son expression clinique est polymorphe, associant des signes fréquents (polyuropolydipsie, signes cutanés, fatigue, etc.), et des symptômes et complications plus rares pouvant constituer des signes d'appels (troubles de la reproduction, pseudomyotonie, thromboembolies, etc.). La démarche diagnostique s'effectue en deux temps. L'hypercorticisme est tout d'abord affirmé (ou infirmé) grâce à l'emploi d'une ou plusieurs explorations fonctionnelles (test de stimulation de la cortisolémie par l'adrenocorticotrophic hormone [ACTH], freinage de la cortisolémie par la dexaméthasone à dose faible, etc.). Lors de diagnostic de syndrome de Cushing, l'origine (hypophysaire ou surrénale) de ce syndrome doit être précisée grâce à l'emploi d'explorations fonctionnelles ou d'examens d'imagerie, et caractérisée en termes d'extension lésionnelle par examen d'imagerie (des surrénales ou de l'hypophyse). Cette caractérisation précise du syndrome de Cushing permet de choisir entre les nombreux traitements désormais disponibles (mitotane ou trilostane lors d'origine hypophysaire, complétés par radiothérapie lors de macroadénome, hypophysectomie ; surrénalectomie ou traitement hypocortisolémiant palliatif lors d'origine surrénale). Les survies enregistrées, dans d'excellentes conditions, sont appréciables (généralement supérieures à 2 ans pour chacune de ces options thérapeutiques).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Syndrome de Cushing, Chien, Hypophyse, Surrénale, Cortisolémie, Mitotane, Trilostane, Radiothérapie, Hypophysectomie, Surrénalectomie

Plan


© 2006  Elsevier SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Hyperthyroïdie féline
  • Dan Rosenberg, Françoise Delisle, Patrick Devauchelle
| Article suivant Article suivant
  • Affections surrénaliennes chez le chat
  • M. Panizo

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.