Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Syndrome néphrotique - 09/09/08

[25-140-H-20]  - Doi : 10.1016/S0000-0000(08)45579-1 
G. Deschênes  : Professeur de pédiatrie
Hôpital Robert-Debré, 48, boulevard Sérurier, 75935 Paris cedex 19, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 15
Iconographies 11
Vidéos 0
Autres 5

Résumé

Le syndrome néphrotique est défini par une protéinurie supérieure à 0,25 g/mmol de créatinine associée à une hypoalbuminémie inférieure à 30 g/l. Il est la marque d'une maladie rénale glomérulaire. Les troubles secondaires représentent l'adaptation de l'organisme à une perte urinaire massive de protéines et comprennent une hyperlipidémie, une hypogammaglobulinémie, une rétention rénale de sodium et des oedèmes, une sensibilité aux thromboses, une sensibilité aux infections et dans les formes chroniques une dénutrition protéique avec une fonte musculaire et des troubles spécifiques en rapport avec la fuite de protéines plasmatiques fonctionnelles. Le mode de découverte le plus habituel est le syndrome oedémateux. Les signes d'une complication dangereuse pour le malade doivent être recherchés activement : un choc avec collapsus par hypovolémie, infection bactérienne systémique, thrombose ou embolie pulmonaire, une fièvre en rapport avec une infection bactérienne profonde (péritonite, méningite) ou septicémique, des douleurs abdominales pseudochirurgicales dont la cause est parfois inhabituelle (hypovolémie, varicelle, thrombose mésentérique), une tachypnée et une douleur thoracique en faveur d'une thromboembolie pulmonaire, une hypertension artérielle ou une insuffisance rénale aiguë oligoanurique en rapport avec la maladie rénale. Les causes du syndrome néphrotique dépendent très étroitement de l'âge du malade : les causes génétiques sont les plus fréquentes à la naissance et avant l'âge de 1 an, le syndrome néphrotique idiopathique dans sa forme corticosensible entre 18 mois et 10 ans, la glomérulonéphrite extramembraneuse secondaire à un cancer et la néphropathie diabétique à l'âge adulte.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Prednisone, Thromboembolie, Streptococcus pneumoniae, Lésions glomérulaires minimes, Ponction-biopsie rénale

Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Déshydratation aiguë du nourrisson par gastroentérite
  • P. Hubert
| Article suivant Article suivant
  • Douleur de hanche chez l'enfant
  • S. Jacopin, J.-L. Jouve, F. Launay

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.