Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Psychotherapy and the real-life experience: From gender dichotomy to gender diversity - 11/12/08

Doi : 10.1016/j.sexol.2008.08.001 
W.O. Bockting, PhD 1
Program in Human Sexuality, Department of Family Medicine and Community Health, University of Minnesota Medical School, Suite 180,1300 South Second Street, 55454 Minneapolis, Minnesota, USA 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 14
Iconographies 5
Vidéos 0
Autres 0

Summary

Treatment of gender-identity disorders is guided by standards set forth by the World Professional Association for Transgender Health (WPATH). Although not absolute, WPATH’s eligibility criteria for hormone therapy and/or genital-reconstructive surgery include participation in psychotherapy. In addition, applicants for genital-reconstructive surgery are required to live at least one year full-time in the preferred gender role, a period referred to as the real-life experience (RLE). The rationale behind the RLE is to prepare the client as well as possible to make a fully informed decision about irreversible surgery. Psychotherapy can play an important role in planning the RLE and in developing resilience in coping with the inevitable psychosocial challenges. The tasks of the mental-health professional include assessment of gender identity and the impact of stigma on psychological adjustment; treatment of coexisting mental-health concerns; confronting internalized transphobia; giving permission to explore gender and sexuality; managing the gate-keeping role and offering support and advocacy during the RLE and beyond. Moreover, the desire to “change sex” in a binary way and the actual reality of living life as a gender variant person can be quite different; through facilitating a “coming-out” process, psychotherapy can aid in grieving the loss of the ideal to make room for a deeper level of acceptance of one’s transgender (as opposed to male or female) identity.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Le traitement des troubles de l’identité de genre est guidé par des standards issus de l’Association mondiale professionnelle pour la santé des transgenres (WPATH). Bien que non absolus, les critères d’éligibilité à un traitement hormonal et/ou à la chirurgie de conversion sexuelle de la WPATH incluent une participation psychothérapeutique. En outre, on demande aux candidats à une chirurgie de conversion sexuelle de vivre au moins un an à temps plein dans le rôle du genre préféré, période désignée par le nom d’expérience de vie réelle (EVR). Le raisonnement sous-jacent à l’EVR est de préparer le client aussi bien que possible à prendre sa décision en étant entièrement au fait de la réalité, s’agissant d’une chirurgie irréversible. La psychothérapie peut jouer un rôle important par la projection de l’EVR et le développement de la résilience face aux inévitables défis psychosociaux. Les tâches du professionnel de santé mentale incluent l’évaluation de l’identité de genre et de l’impact de ce stigmate pendant l’ajustement psychologique ; le traitement des problèmes de santé mentale de coexistant ; la confrontation à la transphobie internalisée ; la permission d’explorer le genre et la sexualité ; la gestion du rôle tenu et l’appui et les recommandation pendant l’EVR et son contexte. De plus, le désir « de changer le sexe » d’une manière binaire et la réalité de vivre comme une personne au genre variable peuvent être tout à fait différents ; en facilitant un processus de coming out, la psychothérapie peut faciliter le deuil de la perte de l’idéal pour faire place à un niveau plus profond d’acceptation de son identité de transgenre (en opposition à masculine ou féminine).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Resumen

El tratamiento de los trastornos de género está dirigido por estandares salidos de la Asociación Mundial Profesional para la Salud de los Trastornos de Género (WPATH). Aunque no definitivos, los criterios de eligibilidad a un tratamiento hormonal y/o a la cirugía de conversión sexual de la WPATH, incluyen una participación psicoterapéutica. Además, se pide a los candidatos a la cirugía de conversión sexual vivir al menos un año de dedicación permanente en el rol de género preferido, periodo designado por el numero de experiencia de vida real (EVR). El razonamiento subjacente al EVR es de preparar al cliente en la medida de lo posible a tomar una decisión estando enteramente acorde con la realidad, tratándose de una cirugía irreversible. La psicoterapia puede jugar un rol importante para la proyección de la experiencia de vida real y el desarrollo de la resistencia frente a los inevitables desafios psicosociales. Las tareas del profesional de salud mental incluyen la evaluación de la identidad de género y el impacto de este estigma durante el ajuste psicológico; el tratamiento de los problemas de salud mental; el tratameinto de los problemas de salud mental coexistentes; la confrontación a la transfobia internalizada; el permiso de explorar el género y la sexualidad; la gestión del rol desempeñado;el apoyo y las recomendaciones durante el EVR y su contexto. Además, el deseo de cambiar “de sexo” de una manera binaria y la realidad de vivir como una persona de género variable pueden ser completammente diferentes; la psicoterapia puede facilitar el duelo de la pérdida del ideal para hacer sitio a un nivel mas profundo de aceptación de su identidad de transgénero (en oposición a masculino y femenino).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Transgender, Transsexual, Sex reassignment, Real-life experience, Therapy

Mots clés : Transgenre, Transsexuel, Réassignation sexuelle, Expérience de vie réelle, Thérapie

Palabras clave : Transgénero, Transexual, Reasignación sexual, Experiencia de vida


Plan


© 2008  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 17 - N° 4

P. 211-224 - octobre-décembre 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Gender identity issues
  • K.R. Wylie
| Article suivant Article suivant
  • Trouble de l’identité de genre : quel est le rôle du psychiatre ?
  • A. Gorin-Lazard, M. Bonierbale, N. Magaud-Vouland, A. Michel, I. Morange, A.-S. Perchenet, C. Lançon

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.