Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Recurrent unexplained syncope may have a cerebral origin: Report of 10 cases of arrhythmogenic epilepsy - 16/06/09

Doi : 10.1016/j.acvd.2009.02.014 
Claude Kouakam a, , Christine Daems b, Laurence Guédon-Moreau a, Arnaud Delval b, Dominique Lacroix a, Philippe Derambure b, Salem Kacet a
a Department of cardiology, arrhythmologic centre, Lille university hospital, Lille, France 
b Department of clinical neurophysiology, epileptic centre, Lille university hospital, Lille, France 

Corresponding author. CHRU, service de cardiologie A, hôpital cardiologique, boulevard du Pr. J.-Leclercq, 59037 Lille cedex, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Summary

Background

Despite thorough investigation, ∼15–20% of syncope cases remain unexplained. An underrecognized cause of syncope may occur when partial epileptic discharges profoundly disrupt normal cardiac rhythm, including cardiac asystole, the so-called arrhythmogenic epilepsy (AE).

Aim

To report initial results of observations of AE in patients with recurrent, unexplained, traumatic and/or convulsive syncope.

Methods

Ten patients aged 49±20 years (median 49.5 years; nine women) underwent complete cardiological (including ambulatory Holter electrocardiogram (ECG), echocardiography and head-up tilt test [plus electrophysiology in four patients]) and neurological (including standard electroencephalogram [EEG], computed tomography [CT] and magnetic resonance imaging scan [MRI]) assessments.

Results

After initial evaluation, neurocardiogenic syncope was suspected in six patients with tilt-induced hypotension±bradycardia. Further evaluation (prolonged inpatient video-EEG/ECG monitoring) was undertaken because of non-diagnostic syncope or uncertainty about the diagnosis of neurocardiogenic syncope. While monitored in the neurophysiology lab, a syncopal episode similar to the spontaneous episodes recurred in all 10 patients. Cardiac asystole preceded by partial seizure of temporal onset was documented in nine patients; a second-degree atrioventricular (AV) block with a cardiac rhythm of 30 beats per minute preceded by partial seizure of temporal onset was noted in one patient. Eight patients were treated successfully with antiepileptic drugs; two were refractory to antiepileptic therapy and required pacemaker implantation. No patient had recurrent syncope during a median follow-up of 102.5 months (mean 82.2±42; range 16–128 months).

Conclusions

In patients with recurrent, unexplained, traumatic and/or convulsive syncope, AE should be considered as a possible aetiology.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Rappels

Environ 15 à 20 % des syncopes demeurent inexpliquées malgré un bilan étiologique exhaustif. Des anomalies du rythme cardiaque à type de bradycardie et parfois d’asystole prolongée peuvent survenir lors de crises d’épilepsie partielle. Ces épilepsies arythmogènes pouvant être à l’origine d’authentiques syncopes, sont méconnues et rarement décrites.

Méthodologie et résultats

Dix patients d’âge moyen 49±20 ans (médiane 49,5 ans, 9F/1H) ayant une histoire de syncopes récidivantes inexpliquées, brutales, traumatiques et/ou convulsivantes ont bénéficié d’un bilan exhaustif cardiologique (Holter ECG de 24heures, échodoppler cardiaque, test d’inclinaison et étude électrophysiologique endocavitaire chez 4 patients), et neurologique (EEG standard, scanner et IRM cérébrale). Au terme de cette évaluation initiale, une origine neurocardiogénique était suspectée chez six patients chez lesquels le test d’inclinaison a induit une hypotension±bradycardie, sans toutefois reproduire les symptômes cliniques. En raison de la sévérité du tableau clinique et de l’absence de certitude diagnostique, un monitoring vidéo-EEG prolongé a été entrepris dans le service de neurophysiologie, en complément du bilan initial. Pendant l’enregistrement vidéo-EEG, une syncope, similaire aux épisodes habituels, est survenue chez chacun des dix patients. Chez neuf patients, une asystole précédée d’une décharge épileptique partielle temporale a été documentée, chez un patient un BAV du deuxième degré Mobitz 2 avec un rythme d’échappement à 30bpm, également précédé d’une décharge épileptique temporale. Huit patients ont pu être traités efficacement par des médicaments antiépileptiques, et deux patients avec syncopes réfractaires ont été implantés d’un pacemaker. Aucun des dix patients n’a présenté de récidive de syncope au terme d’un suivi médian de 102,5 mois (moyenne 82.2±42 mois, extrêmes 16 à 28 mois).

Conclusion

Chez des patients souffrant de syncopes sévères traumatiques et/ou convulsivantes, l’épilepsie arythmogène doit être considérée comme une étiologie possible.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Syncope, Asystole, Temporal lobe epilepsy, Antiepileptic drugs

Mots clés : Syncope, Asystole, Épilepsie temporale, Traitement antiépileptique


Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 102 - N° 5

P. 397-407 - mai 2009 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Determinants and prognostic impact of compliance with guidelines in reperfusion therapy for ST-segment elevation myocardial infarction: Results from the ESTIM Midi-Pyrénées Area
  • Sandrine Charpentier, Christine Sagnes-Raffy, Maxime Cournot, Jean-Pierre Cambou, Jean-Louis Ducassé, Dominique Lauque, Jacques Puel
| Article suivant Article suivant
  • Financial impact of coronary stenting in emergency for acute coronary syndromes
  • Delphine Nidegger, Damien Metz, Christophe Vacter, Sophie Tassan-Mangina, Alain Deschildre, Michel Gawron, Jacqueline Bourgeois

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.