Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La myopathie cortisonique - 13/12/10

Doi : 10.1016/j.rhum.2010.04.022 
Rosa Maria Rodrigues Pereira , Jozélio Freire de Carvalho
Faculdade de Medicina da Universidade de São Paulo, Disciplina de Reumatologia, Av. Dr. Arnaldo, 455, 3° andar, sala 3105, 01246-903 São Paulo, Brésil 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 4
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

La myopathie cortisonique, caractérisée par une faiblesse musculaire indolore, une asthénie et une amyotrophie, constitue un effet indésirable de la corticothérapie. Elle est la plus fréquente des myopathies iatrogènes d’origine médicamenteuse. Sa fréquence est de 60 % et elle a été très décrite plus souvent avec l’utilisation de glucocorticoïdes fluorés. Les glucocorticoïdes ont un effet catabolique direct sur le muscle, diminuant la synthèse protéique et augmentant le taux du catabolisme des protéines, conduisant ainsi à l’atrophie musculaire. Il est important en pratique clinique de faire la distinction entre myopathie cortisonique et myopathie inflammatoire. Son traitement repose sur la diminution de la posologie, et si possible l’arrêt, de la corticothérapie. Les glucocorticoïdes fluorés, comme la dexaméthasone, devraient être remplacés par des glucocorticoïdes non fluorés comme la prednisone. Des traitements non validés pourraient être essayés comme l’IGF-I, les acides aminés branchés, la créatine, les androgènes comme la testostérone, la nandrolone et la déhydroépiandrostérone ou encore la glutamine.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Myopathie, Glucocorticoïdes, Faiblesse musculaire, Muscle, Atrophie des fibres de type II


Plan


 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article, mais sa référence anglaise dans le même volume de Joint Bone Spine (doi:10.1016/j.jbspin.2010.02.025).


© 2010  Société Française de Rhumatologie. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 77 - N° 6

P. 575-578 - décembre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Relation entre indice de masse corporelle et coxarthrose : revue systématique et méta-analyse de la littérature
  • Liying Jiang, Jiesheng Rong, Yingchen Wang, Fulan Hu, Chundan Bao, Xia Li, Yashuang Zhao, Tianzun Tao
| Article suivant Article suivant
  • Épidémiologie des fractures liées à l’ostéoporose en France : revue de la littérature
  • Desmond Curran, Milka Maravic, Philippe Kiefer, Valérie Tochon, Patrice Fardellone

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.