Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Hyperéosinophilies et syndromes hyperéosinophiliques - 14/01/11

[13-009-A-10]  - Doi : 10.1016/S1155-1984(11)52510-5 
J.-E. Kahn a,  : Assistant, F. Legrand b : Assistant hospitalier universitaire, M. Capron c : Professeur des Universités, L. Prin b : Professeur des Université, praticien hospitalier
a Hôpital Foch, Service de médecine interne, 40, rue Worth, 92151 Suresnes cedex, France 
b Laboratoire d'immunologie, Faculté de médecine, place de Verdun, 59045 Lille cedex, France 
c Inserm U995, Université Lille 2, CHRU de Lille, boulevard du Professeur Jules-Leclercq, 59045 Lille cedex, France 

Auteur correspondant.

Article en cours de réactualisation

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 16
Iconographies 7
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Les éosinophiles sont classiquement retrouvés au cours d'affections parasitaires ou allergiques. Longtemps caractérisés par leur dualité fonctionnelle, bénéfique ou néfaste selon les cibles sur lesquelles s'exerce leur activité cytotoxique, les éosinophiles ont acquis au cours des dernières années un statut unanimement reconnu d'« acteurs » de la réponse immunitaire. Une hyperéosinophilie sanguine et/ou tissulaire impose une démarche méthodique d'investigations reposant sur l'anamnèse, le contexte clinicobiologique et les caractéristiques de l'hyperéosinophilie, qui permettent d'orienter le diagnostic. À côté des causes parasitaires, allergiques ou médicamenteuses qui sont les plus fréquemment observées, on identifie aussi des éosinophilies au cours d'affections variées (maladies de système, hémopathies ou cancers). Quand l'enquête étiologique demeure néanmoins infructueuse, l'hypothèse d'un syndrome hyperéosinophilique doit être systématiquement évoquée, en raison de la sévérité potentielle de ses atteintes viscérales, en particulier cardiaques, d'autant que des progrès considérables ont été récemment réalisés non seulement dans la physiopathologie mais aussi dans la prise en charge thérapeutique de ce syndrome.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Éosinophile, Hyperéosinophilie, Parasitose, Syndrome hyperéosinophilique, FIP1L1PDGFRalpha, Interleukine 5


Plan


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Aplasies médullaires constitutionnelles
  • V. Mialou, T. Leblanc, R. Peffault de Latour, J.-H. Dalles, G. Socié
| Article suivant Article suivant
  • Neutropénies constitutionnelles et acquises
  • J. Donadieu, O. Fenneteau

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.