Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Consommation de médicaments psychotropes par les travailleurs indépendants français en activité - 11/04/11

Psychotropic medication use by French active self-employed workers

Doi : 10.1016/j.lpm.2010.10.026 
Philippe Ha-Vinh 1, , Pierre Régnard 1, Laurent Sauze 2
1 Service médical de la Caisse régionale Provence-Alpes du Régime social des indépendants, 13002 Marseille, France 
2 Agence régionale de santé Provence-Alpes Côte d’Azur, département observations et études, 13285 Marseille cedex 8, France 

Philippe Ha-Vinh, Service médical, Régime social des indépendants Provence Alpes, 29, boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 1
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Intérêt du travail

Chez les travailleurs indépendants (artisans, commerçants, industriels et professions libérales), la consommation de médicaments psychotropes et les différences entre secteurs d’activité professionnelle n’ont jamais été étudiées. C’est un préalable aux actions préventives contre les addictions, le stress et les accidents par trouble de la vigilance au travail.

Méthodes

La base d’affiliation à l’assurance maladie des travailleurs indépendants a été analysée pour les travailleurs en activité âgés de 18 à 60 ans dans la région Provence Alpes Côte d’Azur. Les consommateurs étaient identifiés par le remboursement en 2009 d’anxiolytiques, antidépresseurs, hypnotiques, neuroleptiques, lithium, médicaments de la dépendance à l’alcool ou aux opiacés ; les témoins étaient tirés au sort à partir de leur clef de numéro de sécurité sociale. Une régression logistique multivariée cas-témoin ajustée sur le genre, l’âge et le lieu de résidence a été effectuée pour rechercher des différences de consommation entre professions.

Résultats

Les consommateurs d’anxiolytiques, d’antidépresseurs ou d’hypnotiques étaient les plus nombreux (906 ; 557 et 446 consommateurs pour 10 000 personnes couvertes-année respectivement). Les antidépresseurs, les neuroleptiques et les médicaments de la dépendance aux opiacés étaient les trois postes de dépense les plus élevés pour l’assurance maladie (584 505 ; 169 947 et 151 201 € par an respectivement). Par rapport à un travailleur du bâtiment, un travailleur du commerce de détail d’habillement avait un odd ratio de 2,04 [95 %IC 1,46–2,85] pour la consommation d’anxiolytiques et de 2,29 [95 %IC 1,67–3,14] pour la consommation d’antidépresseurs, un travailleur de l’hôtellerie-restauration avait un odd ratio de 1,62 [95 % IC 1,19–2,22] pour la consommation de médicaments de la dépendance à l’alcool, un travailleur du secteur comptable juridique et financier avait un odd ratio de 0,05 [95 %IC 0,01–0,32] pour la consommation de médicaments de la dépendance aux opiacés.

Perspectives

Les professions positivement associées avec une consommation de psychotropes pourraient être ciblée lorsqu’on veut agir sur les addictions, le stress ou les troubles de la vigilance chez des travailleurs.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Interests of the study

In the self-employed workers population (shop keepers, craft men, industrialists and liberal professions), psychotropic medications use and discrepancies between occupational situations have never been evaluated before. It is nevertheless a prerequisite in preventive actions against addictions, stress and injuries caused by disorders of attentiveness at work.

Method

The French Self Employed Workers Health Care Insurance Fund affiliate members data base was analysed for active workers from 18 to 60 years of age living in the Provence Alpes Côte d’Azur Region.

From this population the cases were defined as having refunded ambulatory prescription of behind the counter psychotropic treatment during the year 2009 (anxiolytic, antidepressant, hypnotic, neuroleptic, lithium, alcoholic or opioid dependance therapy) and the randomised control sample was constituted by drawing the key of the social security number.

A case-control multivariate logistic regression adjusted for gender, age and place of abode was used for searching discrepancy between occupational situations.

Results

Anxiolytic, antidepressant or hypnotic consumers are the most numerous (906; 557 and 446 consumers per 10 000 persons-year respectively).

Antidepressant, neuroleptic and opioid dependance therapy are the three main posts of expense for the health insurance (584 505; 169 947 and 151 201 € per year respectively).

When compared to workers of the construction sector, workers of retail trade of clothes had an Odd Ratio of 2,04 [95%CI 1,46–2,85] for anxiolytics consumption and 2,29 [95%CI 1,67–3,14] for antidepressants consumption, workers in the sector of the hotel and catering had an Odd Ratio of 1,62 [95%CI 1,19–2,22] for alcoholic dependance therapy medicines consumption, workers in the accountant, legal and financial sector had an Odd Ratio of 0,05 [95%CI 0,01–0,32] for opioid dependence therapy medicines consumption.

Perspectives

Occupations associated with increased psychotropic medicines consumption are important to consider when assessing or fighting against psychotropic or addictive substance consumption, psychological stress and vigilance or attention perturbation at work.

Ce qui était connu

Le taux des personnes du régime général de Sécurité sociale ayant eu un remboursement en 2000 d’un anxiolytique, d’un antidépresseur ou d’un hypnotique était respectivement de 17,4 % ; 9,7 % et 8,8 %.
0,16 % de ces personnes ont eu un remboursement d’un traitement de substitution aux opiacés au cours du dernier trimestre 2000.
Parmi la main d’œuvre canadienne, la profession et les heures travaillées jouent un rôle sur la consommation de médicaments psychotropes.
Les antidépresseurs, les neuroleptiques et les traitements substitutifs aux opiacés sont de plus en plus prescrits en pratique de ville.

Ce qu’apporte l’article

Dans une population de travailleurs indépendants en activité (artisans, commerçants, industriels et professions libérales) le taux de personnes ayant eu en 2009 un remboursement d’anxiolytique, d’antidépresseur ou d’hypnotique était respectivement de 9 %, 5,5 % et 4,4 %.
0,16 % des travailleurs indépendants en activité ont eu un remboursement d’un traitement substitutif aux opiacés en 2009.
Au sein d’une population de travailleurs indépendants en activité le coût total pour l’assurance maladie des remboursements de traitements de substitution aux opiacés dépassait celui des anxiolytiques et était inférieur à celui des antidépresseurs et des neuroleptiques.
Chez les travailleurs indépendants, après ajustement sur l’âge et le sexe, des différences de consommation de médicaments psychotropes significatives entre les secteurs professionnels ont été observées.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 40 - N° 4P1

P. e173-e180 - avril 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Mesure systématique des index de pression systolique à la cheville pour le dépistage de l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs dans les services de médecine interne : comparaison aux recommandations de la Haute Autorité de santé. Étude prospective descriptive chez 106 patients
  • Julien Vinit, Philip Bielefeld, Géraldine Muller, Bernard Bonnotte, Bernard Lorcerie, Jean-François Besancenot, Béatrice Terriat
| Article suivant Article suivant
  • Version française des questionnaires de dépistage de l’autisme de haut niveau ou du syndrome d’Asperger chez l’adolescent : Quotient du spectre de l’autisme, Quotient d’empathie, et Quotient de systématisation. Protocole et traduction des questionnaires
  • Sandrine Sonié, Behrouz Kassai, Elodie Pirat, Sandrine Masson, Paul Bain, Janine Robinson, Anne Reboul, Bruno Wicker, Coralie Chevallier, Véronique Beaude-Chervet, Marie-Hélène Deleage, Dorothée Charvet, Catherine Barthélémy, Thierry Rochet, Mohamed Tatou, Valérie Arnaud, Sabine Manificat

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.