Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Étude des marqueurs de cohérence textuelle dans le délire - 01/01/01

M.C.  Castillo * ,  A.  Blanchet*Correspondance et tirés à part

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 3
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Dans cette étude, nous nous sommes intéressés à la cohérence textuelle des discours délirants. Nous avons procédé à deux expérimentations en utilisant des entretiens cliniques de type diagnostique réalisés avec trois groupes de patients (schizophrènes, paranoïaques et sujets présentant divers troubles délirants). Dans la première expérimentation, nous avons comparé les corpus non délirants aux corpus délirants chez un même patient et nous avons étudié si les phases délirantes de son discours montraient une cohérence textuelle plus importante ou moins importante que la cohérence textuelle des phases non délirantes. Cette première expérimentation nous a montré que les phases délirantes pouvaient apparaître comme davantage cohérentes que les phases non délirantes. Dans la seconde expérimentation, nous avons analysé les conditions d'usage d'un marqueur de cohérence textuelle qui est apparu comme particulièrement saillant en phase délirante : le pronom relatif. Les résultats ont montré que le pronom relatif semble apparaître comme un marqueur de construction délirante dans sa fonction d'attribution de propriété des objets indéfinis.

Mots clés  : cohérence textuelle ; discours délirant ; implicite communicationnel ; pronom relatif ; psychose.

Abstract

This research compares the markers of textual cohesion in delusional phases versus non delusional phases in the discourse of the same subject. We have made two experiments. In the first one we have shown that delusional phases contain as many markers of textual cohesion as non delusional phases. One of the considered markers varies in a significant manner : the use of relative pronouns increases in delusional phases. In the second experiment we have analysed the conditions of the use of relative pronouns in the delusional phases. We have concluded that relative pronouns could be considered as markers of the delusional construction which consists in attributing properties to undefined objects of the world.

Mots clés  : delusions ; pragmatics ; relative pronouns ; textual coherence.

Plan



© 2001  Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 159 - N° 7

P. 496-504 - septembre 2001 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Trouble mental et criminalité : revue critique des recherches épidémiologiques
  • N. Combalbert, A.M. Favard, M.A. Bouchard
| Article suivant Article suivant
  • Openin'g session

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.