Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prostate Specific Antigen (PSA), encore combien de dégâts ? - 02/05/12

Doi : 10.1016/j.lpm.2011.12.011 
Alain Braillon 1, , Catherine Hill 2, Gérard Dubois 3
1 27, rue Voiture, 80000 Amiens, France 
2 Institut Gustave-Roussy, service de biostatistique et d’épidémiologie, 94800 Villejuif, France 
3 Hôpital Nord, santé publique, 80054 Amiens cedex 1, France 

Alain Braillon, 27, rue Voiture, 80000 Amiens, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Key points

Screening for prostate cancer has been widely promoted since the early 1990s despite the lack of evidence of its efficacy.

The US Preventive Services Task Force recommended against PSA screening because there is sufficient evidence that the harms of screening outweigh its benefits.

Yet more than half of French doctors are in favor of screening and the use of PSA assays continue to grow, by 4.6% between 2009 and 2010.

The sale of a rapid immunological test for PSA, intended for home use, can only aggravate a situation already out of control.

The role of the French authorities in the present situation cannot be ignored.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Points essentiels

Le dépistage du cancer de la prostate a été largement promu depuis le début des années 1990 malgré l’absence de preuves de son efficacité.

L’US Preventive Services Task Force vient de prendre position contre le dépistage du cancer de la prostate par le PSA car il y a assez de certitude sur le fait que les complications du dépistage l’emportent sur les avantages.

Pourtant, plus de la moitié des médecins français restent favorables au dépistage systématique et le nombre de dosages de PSA continue de croître, de 4,6 %, entre 2009 et 2010.

La vente en pharmacie d’un test immunitaire pour le dosage du PSA, à domicile en dix minutes, ne peut qu’aggraver une situation déjà hors contrôle.

Le rôle des autorités de santé dans cette nouvelle exception française ne peut être ignoré.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 41 - N° 5

P. 482-485 - mai 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Outils neuropsychologiques en pratique neurologique
  • Catherine Thomas-Antérion
| Article suivant Article suivant
  • Une filière de soins animée et coordonnée pour les patients victimes d’accidents vasculaires cérébraux
  • France Woimant, Jean-Marc Léger

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.