Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Troubles endocriniens à distance d’une agression cérébrale : quel retentissement ? Quel bilan ? - 26/06/12

Pituitary insufficiency after traumatic brain injury: Consequences? Screening?

Doi : 10.1016/j.annfar.2012.04.015 
S. Ciancia
Rééducation et réadaptation fonctionnelles, hôpital Henry-Gabrielle, hospices civils de Lyon, 20, route de Vourles, 69230 St-Genis-Laval, France 

Résumé

L’existence de troubles endocriniens au décours de traumatismes crâniens graves a longtemps été considérée comme une complication rare. Pourtant, plusieurs études récentes ont mis en évidence un déficit antéhypophysaire chez près de 30 % des patients à un délai de un an après le traumatisme, les déficits gonadotropes et somatotropes étant les plus fréquents. Ces déficits pourraient contribuer aux déficiences physiques et neuropsychologiques des patients victimes d’un traumatisme crânien (TC). Leur retentissement reste cependant peu étudié, et si la prise en charge des déficits corticotropes et thyréotropes est bien codifiée, les indications des traitements gonodatropes et somatotropes restent moins bien définies. Une adaptation des stratégies de dépistage, tenant compte de ces données, a été proposée récemment.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Traumatic brain injury has been considered for long as a rare cause of hypopituitarism. Recent studies have already shown a prevalence of 30% of pituitary dysfunction following moderate or severe head injury that may persist into the chronic phase of recovery, hypogonadism and GH deficiency being the most common hormonal deficiencies. Hypopituitarism may impede recovery and contribute to chronic disability in these patients. However, there are limited data available regarding the impact of hypopituitarism, and the indications of hormonal replacement (especially GH replacement and hypogonadism treatment) still remain to be defined. The screening strategy for TBI – induced hypopituitarism has recently been revised.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Insuffisance hypophysaire, Traumatisme crânien, Hormone de croissance, Hypogonadisme, Qualité de vie

Keywords : Pituitary insufficiency, Traumatic brain injury, Growth hormon, Hypogonadism, Quality of live


Plan


 Texte présenté aux 33es Journées de l’association de neuroanesthésie-réanimation de langue française, Marseille, 17–18 novembre 2011.


© 2012  Société française d’anesthésie et de réanimation (Sfar). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 31 - N° 6

P. e117-e124 - juin 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Désordres hydroélectrolytiques des agressions cérébrales : mécanismes et traitements
  • G. Audibert, J. Hoche, A. Baumann, P.-M. Mertes
| Article suivant Article suivant
  • Mesure de la pression intracrânienne sans capteur : comment et pour qui ?
  • C. Dubost, J. Motuel, T. Geeraerts

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.