Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Continuous glucose monitoring after kidney transplantation in non-diabetic patients: Early hyperglycaemia is frequent and may herald post-transplantation diabetes mellitus and graft failure - 24/10/13

Doi : 10.1016/j.diabet.2012.10.007 
A. Wojtusciszyn a, , b, d , G. Mourad c, J. Bringer a, b, E. Renard a, b
a Department of Endocrinology, Diabetes, Nutrition, Lapeyronie Hospital, CHU Montpellier, 391, avenue du Doyen-Giraud, 34295 Montpellier cedex 5, France 
b Institute of Functional Genomics, UMR CNRS 5203, Inserm U661, University of Montpellier, Montpellier, France 
c Department of Nephrology, Montpellier University Hospital, Montpellier, France 
d Institute of Research in Biotherapies, Montpellier University Hospital, Montpellier, France 

Corresponding author. Tel.: +33 6 07 06 96 02, +33 4 67 33 83 86; fax: +33 4 67 33 61 53.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Abstract

Objectives

New onset of diabetes after transplantation (NODAT) is a known complication of renal transplantation, but early glycaemic status after transplantation has not been described prospectively. This study aimed to assess blood glucose (BG) levels immediately following kidney transplantation in non-diabetic subjects and to explore their relationship to later graft outcomes and NODAT occurrence.

Patients and methods

Over a 9-month period, 43 consecutive non-diabetic patients who received a kidney transplant were prospectively investigated. During the first 4 days after transplantation, fasting BG was measured and the 24-h BG profile assessed by continuous glucose monitoring (CGM). Capillary BG was measured on hospital admittance and at least four times a day for CGM calibration thereafter. All adverse events were recorded, and fasting BG and HbA1c were assessed at 3, 6 and 12 months and at the last visit to our centre.

Results

Immediately following renal transplantation, capillary BG was 12.2±3.8mmol/L. On day 1 (D1), fasting BG was 9.9±4.3mmol/L and decreased to 6.0±1.5mmol/L on D3. The CGM-reported mean 24-h BG (mmol/L) was 10.2±2.4 on D1, 7.7±1.3 on D2 and 7.5±1.1 on D3. From D1 to D4, 43% of patients spent>12h/day with BG levels>7.7mmol/L. While morbidity during the 3 months following transplantation appeared unrelated to BG, the first post-transplantation capillary BG measurement and fasting BG on D1 tended to be higher in patients who developed diabetes 3 months later. Tacrolimus treatment was associated with a higher incidence of dysglycaemia at 3 and 6 months. After a mean follow-up of 72 months, NODAT was frequently seen (18.6%), and was associated with tacrolimus medication (P<0.01) and a higher rate of renal transplantation failure (RR: 3.6, P<0.02).

Conclusion

Hyperglycaemia appears to be a nearly constant characteristic immediately following transplantation in non-diabetic kidney recipients. Higher BG values could identify patients at risk for later post-transplant diabetes and graft failure.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectifs

L’évolution glycémique dans les suites immédiates de la greffe rénale n’a pas été évaluée de façon systématique et prospective, alors que le diabète post-transplantation est reconnu comme une de ses complications secondaires. Le but de notre étude était de décrire de façon prospective le statut glycémique de patients non diabétiques dans les suites immédiates d’une greffe rénale et d’en étudier les conséquences sur le risque de complications et de survenue d’un diabète post-transplantation.

Patients et méthodes

Pendant une période de neuf mois, 43 patients non diabétiques consécutivement hospitalisés pour transplantation rénale ont été évalués au cours des quatre premiers jours suivant la greffe par mesure quotidienne de la glycémie plasmatique à jeun et mesure continue du glucose par CGMS®. La glycémie capillaire était mesurée au retour du bloc puis quatre fois par jour pour étalonnage de l’enregistrement CGMS®. Les complications présentées par les patients ont été notées et la glycémie à jeun ainsi que l’HbA1c ont été mesurées à trois, six et 12 mois post-transplantation et lors de la dernière visite du patient dans notre centre.

Résultats

La glycémie capillaire était de 12,2±3,8mmol/L au retour du bloc opératoire. La glycémie à jeun était de 9,9±4,3mmol/L à j1 et 6,0±1,5mmol/L à j3. Les données CGMS® indiquaient une moyenne glycémique (mmol/L) sur 24h de 10,2±2,4 à j1; 7,7±1,3 à j2 ; 7,5±1,1 à j3. Au cours de l’enregistrement CGMS®, 43 % des patients passaient plus de 12heures par jour avec une glycémie>7,7mmol/L. À trois mois, la morbidité de la transplantation n’était pas liée aux niveaux glycémiques initiaux. La première glycémie capillaire postopératoire et la glycémie à jeun à j1 tendaient à être plus élevées chez les patients qui présentaient un diabète à trois mois. L’immunosuppression par tacrolimus était associée à une fréquence plus élevée d’anomalies de la glycémie à trois et six mois. Après un suivi moyen de 72 mois, le diabète post-transplantation était fréquent (18,6 %), particulièrement chez les patients traités par tacrolimus (P<0,01) et associé à un taux d’échec de transplantation plus important (RR=3,6 ; P<0,02).

Conclusion

Nos résultats démontrent la quasi-constance de l’hyperglycémie en période post-greffe rénale immédiate chez des patients non diabétiques. Les valeurs les plus élevées de la glycémie dans cette période pourraient signaler un risque plus tardif de diabète et d’échec de transplantation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : New onset of diabetes after transplantation, Kidney transplantation, Continuous glucose monitoring, Hyperglycaemia

Mots clés : Diabète post-transplantation, Transplantation rénale, Mesure continue du glucose, Hyperglycémie


Plan


© 2012  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 39 - N° 5

P. 404-410 - octobre 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Avoidance of weight gain is important for oral type 2 diabetes treatments in Sweden and Germany: Patient preferences
  • A.F. Mohamed, J. Zhang, F.R. Johnson, I. Duprat Lomon, E. Malvolti, R. Townsend, C.J. Östgren, K.G. Parhofer
| Article suivant Article suivant
  • Effects of tactile massage on metabolic biomarkers in patients with type 2 diabetes
  • P.E. Wändell, J. Ärnlöv, A. Nixon Andreasson, K. Andersson, L. Törnkvist, A.C. Carlsson

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.