Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Corrélation entre clairance liquidienne alvéolaire et sRAGE plasmatique dans un modèle murin de syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) par instillation d’acide chlorhydrique - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.227 
R. Blondonnet 1, 2, , M. Jabaudon 1, 2, G. Clairefond 1, J. Audard 1, 2, V. Sapin 1, J.-M. Constantin 1, 2
1 EA 7281-R2D2, faculté de médecine, université d’Auvergne 
2 Réanimation adultes et unité de soins continus, département d’anesthésie-réanimation, CHU Estaing, Clermont-Ferrand, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le récepteur des produits de glycation avancée (RAGE) est un récepteur transmembranaire exprimé à la surface des pneumocytes de type I dont l’activation semble fortement impliquée dans l’atteinte pulmonaire du syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) [1]. sRAGE est la forme soluble principale de RAGE, qui agit principalement comme un leurre empêchant l’activation du récepteur transmembranaire, et ainsi l’initiation d’un signal inflammatoire [2]. L’évaluation fonctionnelle du pneumocyte de type I est possible par la mesure de la clairance alvéolaire liquidienne [3] (alveolar fluid clearance [AFC]). L’objectif de notre travail expérimental était de rechercher une corrélation entre les variations d’AFC et les concentrations plasmatiques de sRAGE dans un modèle murin de SDRA par lésion alvéolaire directe.

Matériel et méthodes

Étude expérimentale animale sur 41 souris mâles CD-1, comparant un groupe « HCl » subissant une instillation orotrachéale d’acide chlorhydrique et un groupe contrôle « Sham » de souris indemnes. Le jour de l’instillation déterminait le j0. À des temps spécifiques (j0, j1, j2, j4), les souris recevaient, sous anesthésie générale, une instillation intratrachéale d’albumine bovine avant d’être mises sous ventilation mécanique durant trente minutes. Après sacrifice, le liquide alvéolaire et le sang étaient prélevés. L’AFC était calculée par la différence de concentrations en protéines bovines dans le liquide alvéolaire avant (H0) et à la fin de la période de ventilation (H30). Les concentrations plasmatiques de sRAGE étaient mesurées par Elisa et pondérées sur les protéines plasmatiques totales.

Résultats

L’AFC initiale était de 35% sur 30minutes dans le groupe HCl et était significativement altérée à j1 (p=0,02) pour atteindre 16 % sur 30minutes. Ses valeurs rejoignaient ensuite celles du groupe contrôle avec le temps. Les concentrations plasmatiques de sRAGE étaient significativement plus élevées chez les souris agressées que chez les contrôles à j1 (p=0,03) et à j2 (p=0,02). Une corrélation significative entre l’AFC et les concentrations plasmatiques de sRAGE plasmatique était retrouvée (coefficient de Spearman –0.49 (IC95 % [–0,70: –0.19] p=0,04)) (Fig. 1).

Discussion

Nos résultats suggèrent que la mesure de l’AFC dans notre modèle murin est un marqueur fiable de l’évaluation fonctionnelle du pneumocyte de type 1 chez la souris. L’agression alvéolaire semble être corrélée avec les variations de sRAGE plasmatique, dont nous décrivons pour la première fois une cinétique d’évolution en modèle murin. L’élévation importante du sRAGE plasmatique à j1 pourrait être le reflet de cette phase d’agression épithéliale maximale. Ces résultats permettent d’envisager la poursuite de travaux expérimentaux sur les liens entre l’activation de la voie RAGE et les mécanismes impliqués dans l’agression alvéolaire aiguë et sa résolution.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A137 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Validation expérimentale d’un nouveau dispositif d’extraction du CO2 basé sur une plate-forme d’épuration extra-rénale
  • T. Godet, A. Combes, E. Zogheib, M. Jabaudon, E. Futier, A.S. Slutsky, J.-M. Constantin
| Article suivant Article suivant
  • Effet de la fermeture percutanée d’un foramen ovale perméable sur l’hypoxémie des patients de réanimation
  • L. Pajot, J. Petit, S. Rézaiguia-Delclaux, C. Pilorge, A. Imbert, F. Stephan

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.