Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Évaluation du ratio Ca total/Ca ionisé comme marqueur d’accumulation de citrate, en comparaison au dosage de la citratémie plasmatique, au cours de l’hémodialyse continue au citrate - 30/08/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.07.516 
C. Blayau 1, , C. Ridel 2, S. Ouahabi 3, C. Taconet 1, M. Garnier 1, M. Hafiani 1, J.-P. Fulgencio 1, M. Fartoukh 1, F. Bonnet 1, G. Lefèvre 3, C. Quesnel 1
1 Réanimation médico-chirurgicale 
2 Urgence néphrologique et transplantation rénale 
3 Service de Biochimie, Hôpital TENON, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

L’anticoagulation régionale au citrate des circuits d’épuration extra-rénale est une technique recommandée en réanimation. Son principal risque est l’accumulation de citrate au niveau plasmatique en cas de défaut de métabolisation hépatique. Actuellement, l’accumulation de citrate est détectée indirectement par l’élévation du ratio calcium total sur calcium ionisé (CaT/Cai>2,5) associée ou non à une acidose métabolique. Le dosage direct du citrate plasmatique (CP) est une méthode de référence pour détecter son surdosage mais n’est pas utilisé en routine. Le but de notre étude est d’évaluer chez des patients de réanimation la validité du ratio CaT/Cai comme méthode diagnostique d’accumulation de citrate en comparaison avec le dosage direct de la CP.

Matériel et méthodes

Cette étude prospective non-interventionnelle, validée par un comité de protection des personnes, a été menée sur 6 mois dans une unité de réanimation médico-chirurgicale. Les patients inclus ont bénéficié d’une hémodialyse continue au citrate sur un moniteur Multifiltrate Fresenius®. Le dosage de CP (méthode enzymatique Biosentec®) a été réalisé en aveugle en complément des tests de routine de monitorage : dosage CaT/Cai, ionogramme sanguin. Une valeur de citratémie supérieure à 0,9mmol/L définissait l’accumulation de citrate. La corrélation entre les valeurs de CP et le ratio CaT/Cai a été analysée par test de Spearman. La sensibilité (Se) et la spécificité (Sp) d’un ratio de CaT/Cai>2,5 seul ou associé à une acidose métabolique ont été déterminés pour prédire l’accumulation de citrate. L’analyse de la courbe ROC a permis de déterminer le ratio CaT/Cai optimal pour prédire une accumulation en citrate dans notre cohorte.

Résultats

Chez 30 patients, 112 dosages de CP ont été réalisés. La valeur médiane de CP était de 0,43mmol/L [0,05–2,15mmol/L] et celle du ratio CaT/Cai de 2,08mmol/L [1,86–3,34mmol/L]. Sur la cohorte, 7 patients (23 %) ont présenté un surdosage en citrate (CP>0,9mmol/L). La majorité de ces patients présentait une défaillance hémodynamique et hépatocellulaire, et pour 2 d’entre eux une défaillance respiratoire sévère associée. Il existait une corrélation entre le ratio CaT/Cai et la CP (Rho=0,57, p<0,0001) (Fig. 1). Dans la cohorte, le ratio CaT/Cai>2,5 avait une Se=57 %, Sp=87 % pour prédire une accumulation en citrate. En considérant l’association CaT/Cai>2,5 et acidose métabolique, on retrouvait une Se=57 %, Sp=91,3 %. La réalisation d’une courbe ROC a permis de déterminer que le ratio optimal pour prédire l’accumulation de citrate était CaT/Cai>2,31. Ce ratio avait une Se=100 %, Sp=82 % (Fig. 1).

Discussion

Une accumulation en citrate est détectable chez 1 patient sur 5 notamment lors de défaillances multi-viscérales. Un seuil de 2,31 du ratio CaT/Cai semble plus adapté que celui actuellement recommandé pour détecter l’accumulation en citrate. L’alternative serait d’utiliser en routine la CP en particulier chez les patients à risque.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° S2

P. A305-A306 - septembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • AKI après chirurgie cardiaque : majoration du risque d’insuffisance rénale chronique
  • D. Legouis, A. Hertig, J.L. Fellahi, J.L. Hanouz
| Article suivant Article suivant
  • Le fer injectable n’induit pas plus de stress oxydant chez les patients de réanimation que chez des volontaires sains
  • S. Lasocki, P. Piednoir, C. Couffignal, E. Rineau, C. Schilte, G. Dufour, X. Duval, F. Driss

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.