Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Kératites amibiennes - 07/10/14

Doi : 10.1016/j.jfo.2014.05.004 
N. Bouheraoua a, , b , A. Labbé b, c, d, C. Chaumeil e, Q. Liang f, L. Laroche a, b, V. Borderie a, b
a Service d’ophtalmologie 5, Centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingts, 28, rue de Charenton, 75012 Paris, France 
b Inserm, U968, UPMC Paris VI, UMR S 968, CNRS, UMR 7210, institut de la vision, 17, rue Moreau, 75012 Paris, France 
c Service d’ophtalmologie 3, Centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingts, 28, rue de Charenton, 75012 Paris, France 
d Service d’ophtalmologie, hôpital Ambroise-Paré, AP–HP, DHU View maintain, 9, avenue Charles-de-Gaulle, 92100 Boulogne-Billancourt, France 
e Service de biologie médicale, Centre hospitalier national d’ophtalmologie des Quinze-Vingts, 28, rue de Charenton, 75012 Paris, France 
f Beijing Institute of Ophthalmology, Beijing TongRen Eye Center, Beijing TongRen Hospital, Capital Medical University, Beijing, Chine 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Un diagnostic précoce et un traitement médical adapté sont essentiels pour garantir un bon pronostic dans les kératites amibiennes (KA). La KA devrait être suspectée dans tous les cas de traumatisme cornéen avec contamination tellurique ou avec de l’eau contaminée, ainsi que chez tous les porteurs de lentilles de contact. Le diagnostic de présomption de KA repose sur l’examen clinique et sur les données de l’examen en microscopie confocale mais le diagnostic de certitude ne sera fait que par l’identification d’Acanthamibes à l’examen direct sur lame, par l’analyse histologique des prélèvements, par l’identification de la présence d’ADN d’Acanthamibes par polymerase chain reaction (PCR), ou éventuellement par la culture, mais beaucoup moins sensible. Les KA doivent être traitées par des médicaments kysticides, la forme enkystée étant plus résistante au traitement que la forme trophozoïte. Le protocole de traitement utilisé associe un biguanide (PHMB à 0,02 % ou chlorhexidine à 0,02 %) et une diamidine (hexamidine à 0,1 % ou propamidine à 0,1 %). L’amélioration des méthodes diagnostiques et le développement de thérapies spécifiques des Acanthamibes pourraient améliorer le pronostic de ces infections.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Early diagnosis and appropriate therapy are key elements for a good prognosis in Acanthamoeba keratitis (AK). AK should be considered in any case of corneal trauma complicated by exposure to soil or contaminated water, and in all contact lens (CL) wearers. A presumptive diagnosis of AK can be made clinically and with in vivo confocal microscopy, although a definitive diagnosis requires identification of Acanthamoeba on direct scraping, histology, or identification of Acanthamoeba DNA by polymerase chain reaction (PCR). We use cysticidal drugs for treating AK because encysted forms are more resistant than trophozoites to treatment. The treatment protocol used a biguanide (PHMB 0.02 % or chlorhexidine 0.02 %) and a diamidine (propamidine 0.1 % or hexamidine 0.1 %). New diagnostic modalities and more specific topical anti-amoebic treatments would substantially benefit patients with AK.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Acanthamibes, Kératites, Cornée, Microscopie confocale, PCR, Kératoplastie

Keywords : Acanthamoeba, Keratitis, Cornea, PCR, Confocal microscopy, Keratoplasty


Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 37 - N° 8

P. 640-652 - octobre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Étude des anomalies péripapillaires en SD OCT dans la myopie forte
  • A. Chebil, B. Ben Achour, R. Maamouri, M. Ben Abdallah, L. El Matri
| Article suivant Article suivant
  • Prolifération vitréo-rétinienne : traitement curatif
  • C. Chiquet, F. Rouberol

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.