Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Principes de la kinésithérapie passive - 06/12/14

[26-135-A-10]  - Doi : 10.1016/S1283-0887(14)48298-7 
F. Bridon  : Directeur, A. Bertin : Cadre formateur, responsable pédagogique, P. Déat : Cadre formateur, responsable pédagogique
 Institut de formation en massokinésithérapie, Centre hospitalier Jacques-Lacarin, boulevard Denière, 03200 Vichy, France 

Auteur correspondant.

Article en cours de réactualisation

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

pages 12
Iconographies 8
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Les techniques passives trouvent culturellement leurs applications dans le cadre de la prévention ou de la restauration des restrictions de mobilité articulaire. Pourtant, il faut reconnaître leurs apports dans le domaine neuromusculaire. Chaque technique produit des effets biomécaniques et physiologiques au niveau des éléments constitutifs de l'articulation et des éléments périarticulaires. Elle requiert si possible une participation mentale du patient et sollicite ainsi ses zones corticales. Ces notions constituent les principes académiques prérequis à l'acte thérapeutique. Les principes méthodologiques assurent la maîtrise de l'acte de mobilisation effectué par le praticien. Ils reposent, entre autres, sur l'installation du patient et le positionnement du kinésithérapeute, mais aussi sur la connaissance des différents types de techniques passives ainsi que de leurs modalités pratiques. La technique passive peut alors être manuelle (mobilisations globale, analytique ou spécifique, posture) ou alors instrumentale (pouliethérapie ou mobilisation passive continue). La maîtrise de l'acte thérapeutique n'est envisageable que si les objectifs de soins ont été déterminés au préalable. Pour cela, une démarche diagnostique (évaluation quantitative et qualitative) concourt à l'identification des buts de la mobilisation passive au sein de l'écologie et du projet de soins du patient. Cette maîtrise passe également par une quête de validation de la technique employée dans les conditions cliniques dans lesquelles le kinésithérapeute effectue son acte (Evidence Base Practice).

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Mobilisation passive, Articulation, Mobilité articulaire


Plan


© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Massage shiatsu
  • J.-M. Lardry
| Article suivant Article suivant
  • Techniques de gain articulaire
  • J.-L. Guillemain

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’achat d’article à l’unité est indisponible à l’heure actuelle.

Déjà abonné à ce traité ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.