Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Hypercalcémies extraparathyroïdiennes - 17/06/15

[10-012-C-10]  - Doi : 10.1016/S1155-1941(15)64258-5 
M.-C. de Vernejoul a, , P. Houillier b
a Service de rhumatologie, Hôpital Lariboisière, Université Paris Diderot, Sorbonne Paris-Cité, Paris, France 
b Service d'explorations fonctionnelles, Hôpital Georges-Pompidou, Université Paris-Descartes, Sorbonne Paris-Cité, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 9
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Les hypercalcémies d'origine extraparathyroïdienne sont fréquentes. Elles peuvent être d'origine rénale, osseuse ou digestive. Les causes en sont variées, mais très largement dominées par les hypercalcémies des cancers. Le peptide apparenté à l'hormone parathyroïdienne (PTH-rP) sécrété par la tumeur cancéreuse est responsable du syndrome d'hypercalcémie humorale maligne des patients ne présentant pas de métastase osseuse. Le PTH-rP est aussi élevé dans de nombreux cancers solides s'accompagnant de métastases osseuses. L'ostéolyse maligne des métastases osseuses, seule ou associée au PTH-rP, est également responsable des hypercalcémies malignes. Enfin, de nombreuses hémopathies malignes s'accompagnent d'hypercalcémies dont les causes sont variées. Les hypercalcémies extraparathyroïdiennes non malignes sont plus rares. Elles comprennent, entre autres, des endocrinopathies, des maladies génétiques et les granulomatoses dues à une production excessive de 1,25-dihydroxyvitamine D. On insiste sur les hypercalcémies d'origine médicamenteuse dominées par les intoxications à la vitamine D. Le traitement est nécessaire si la calcémie est supérieure à 3,25 mmol/l. Il repose tout d'abord sur la réhydratation. Le type de traitement dépend bien de la cause et du mécanisme de l'hypercalcémie. Les bisphosphonates intraveineux qui diminuent la résorption osseuse permettent de faire régresser la plupart des hypercalcémies en 24 à 48 heures.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Peptide apparenté à l'hormone parathyroïdienne (PTH-rP), Cancers, Métastases, Vitamine D, Calcémie


Plan


© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Hyperparathyroïdies primitive et secondaire
  • C. Cormier
| Article suivant Article suivant
  • Cancer parathyroïdien
  • A.-C. Paepegaey, L. Bricaire, L. Groussin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.