Article

3 Iconography
Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 30,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    6 3 0 0


Revue du rhumatisme
Volume 81, n° 1
pages 23-28 (janvier 2014)
Doi : 10.1016/j.rhum.2013.04.015
accepted : 29 April 2013
Maladie à IgG4
 

Elisabeth Palazzo a, , Clémence Palazzo b, Maxime Palazzo c
a Service de rhumatologie, hôpital Bichat, 46, rue Henri-Huchard, 75018 Paris, France 
b Service de rééducation fonctionnelle, hôpital Cochin, 75014 Paris, France 
c Service de gastroentérologie-pancréatologie, hôpital Beaujon, 92110 Clichy, France 

Auteur correspondant.
Résumé

La maladie à IgG4, entité anatomoclinique reconnue sur le plan international sous le terme consensuel d’IgG4-related disease , est en fait une maladie ancienne identifiée par les différents spécialistes d’organe sous de nombreuses dénominations (syndrome de Mikulicz, thyroïdite de Riedel, fibrose rétropéritonéale…). Sa présentation clinique est polymorphe car elle peut toucher un ou plusieurs organes le plus souvent dans la même région anatomique, de manière synchrone ou métachrone. Les principaux organes concernés sont le pancréas et les voies biliaires, les glandes salivaires, lacrymales, les ganglions médiastinaux et le rétropéritoine. Il s’agit d’une maladie rare dont l’incidence est inconnue dans les pays occidentaux et évaluée entre 0,2 et 1 pour 100 000 au Japon. Elle est plus fréquente chez l’homme de plus de 50 ans. Elle est souvent associée à une élévation du taux des IgG4 sériques supérieur à 1,35g/L. Elle est caractérisée sur le plan anatomique par une augmentation de volume parfois pseudotumorale des organes atteints due à une infiltration de lymphocytes T et de plasmocytes qui expriment IgG4, une fibrose en arabesque et des lésions de thrombophlébite oblitérante. Elle est sensible à la corticothérapie avec un risque de rechute qui conduit alors à l’utilisation d’immunomodulateurs principalement l’azathioprine, le méthotrexate et de façon plus récente le rituximab. Il ne s’agit pas d’une maladie auto-immune liée à des autoAc d’isotype IgG4 ni d’une maladie à immun complexe. Une atteinte articulaire spécifique a été exceptionnellement rapportée.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : IgG4-related disease , Maladie à IgG4, IgG4, Pancréatite auto-immune, Rituximab, Arthritis



 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article, mais la référence anglaise de Joint Bone Spine avec le DOI ci-dessus.



© 2013  Société Française de Rhumatologie@@#104156@@
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline