Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Maladie de Kawasaki - 24/04/18

[19-1800]  - Doi : 10.1016/S2211-0364(18)85293-1 
F. Bajolle a, , L. Bergez a, D. Laux b, M. Bensemlali a
a Centre de référence « Malformations Cardiaques Congénitales Complexes - M3C », Hôpital Necker-Enfants malades, AP-HP, 149-161, rue de Sèvres, 75015 Paris, France 
b Unité d'explorations cardiologiques et des cardiopathies congénitales (UE3C), 33, avenue de Lowendal, 75015 Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 15
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

La maladie de Kawasaki est la vascularite la plus fréquente chez l'enfant. Classiquement, elle touche l'enfant de moins de 5 ans et, plus fréquemment, les garçons que les filles. Il peut exister des formes chez le jeune nourrisson de moins de 1 an qu'il ne faut pas omettre, car ces formes sont plus à risque d'anévrisme coronaire. La forme la plus précoce décrite concerne un nouveau-né de 6 semaines de vie. De cause inconnue, probablement due à l'exposition d'un agent étiologique ou environnemental couplée à une prédisposition génétique, sa physiologie fait intervenir des perturbations immunologiques majeures. Cette panvascularite touche essentiellement les artères de moyen calibre avec un tropisme électif pour les artères coronaires, dont l'atteinte fait toute la gravité. Ces anévrismes coronaires, visibles à l'échographie, surviennent souvent après plusieurs jours d'évolution, et sont fréquents en l'absence de traitement (25 versus 4 % en cas de traitement précoce). Le diagnostic est clinique et fait poser l'indication d'un traitement par immunoglobulines, par voie intraveineuse, associé à de l'aspirine à dose anti-inflammatoire. Le risque majeur est la survenue d'anévrismes coronaires géants susceptibles de provoquer, à la phase aiguë, une ischémie myocardique par thrombose coronaire. À plus long terme, des séquelles coronaires peuvent entraîner des complications tardives sous forme de sténoses ou de thromboses coronaires. Le diagnostic de maladie de Kawasaki impose une surveillance stricte par un cardiopédiatre. À long terme, le suivi doit être organisé en fonction de l'existence ou non d'une atteinte coronaire, selon un arbre décisionnel très précis.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Kawasaki, Vascularite systémique, Immunoglobulines, Anévrismes coronaires, Échographie cardiaque, Cardiopathie acquise


Plan


© 2018  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Pathologie vasculaire du sportif de haut niveau : endofibrose artérielle
  • J.-M. Chevalier, O. Rouvière
| Article suivant Article suivant
  • Maladie de Horton
  • J. Pouchot, J.-B. Arlet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.