Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Efficacité des immunoglobulines polyvalentes dans le pemphigus vulgaire juvénile résistant - 15/01/19

Doi : 10.1016/j.annder.2018.09.221 
T. Mansoul , M. Saadi, A.S. Chehad
 Dermatologie, CHU de Constantine, Algérie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 2
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le pemphigus vulgaire (PV) est une maladie bulleuse auto-immune définie par la production d’auto-anticorps dirigés contre les systèmes de jonction interkératinocytaires. Les enfants sont très rarement atteints. Le traitement repose sur la corticothérapie générale seule ou en association avec les immunosuppresseurs. Nous rapportons un cas d’un pemphigus vulgaire juvénile résistant aux traitements classiques ayant nécessité le recours aux immunoglobulines intraveineuses polyvalentes.

Observations

Un enfant de 8 ans était hospitalisé pour une dermatose bulleuse acquise évoluant depuis 2 mois. À l’examen, il présentait des bulles flasques et des érosions recouvertes de croûtes touchant le visage, le tronc et les membres. Le signe de Nikolsky était positif. Des érosions muqueuses très douloureuses touchant les muqueuses buccale, anale et génitale complétaient le tableau clinique. Le diagnostic de pemphigus vulgaire était confirmé par l’étude histologique, qui montrait un clivage intra-épidermique supra-basal avec acantholyse. Une corticothérapie générale était instaurée à raison de 1mg/kg/j de prednisone puis augmentée à 2mg/kg/j en l’absence d’amélioration. Devant l’absence de contrôle de la maladie, l’azathioprine était introduite à la posologie de 2mg/kg/jour. Le décollement cutané s’étendait à plus de 30 % du tégument, avec une altération importante de l’état général de l’enfant. Finalement, des cures mensuelles d’immunoglobulines humaines polyvalentes étaient instaurées à la posologie de 2g/kg répartis sur 3 jours successifs, permettant le contrôle rapide de la maladie avec cicatrisation quasi complète des lésions dès la première cure. Le patient a bénéficié de 3 cures au total, permettant la dégression de la corticothérapie sans rechute avec un recul de 6 mois (Annexe A).

Discussion

Quatre-vingts cas de PV ont été décrits chez l’enfant de moins de 16 ans, dont seulement huit cas chez l’enfant de cinq ans et moins. La rareté du PV juvénile et sa présentation clinique inaugurale parfois atypique en font une maladie rarement évoquée d’emblée, source de retard diagnostique et thérapeutique. Le traitement du PV de l’enfant repose habituellement, comme chez l’adulte, sur la corticothérapie générale à la dose de 1 à 2mg/kg/jour. En cas d’une corticorésistance, d’une corticodépendance ou d’effets secondaires importants le traitement fait appel à des agents immunosuppresseurs ou immunomodulateurs. Dans ce contexte, les immunoglobulines polyvalentes semblent une option thérapeutique intéressante dans la prise en charge des PV sévères.

Conclusion

Le pemphigus vulgaire juvénile reste rare, sa prise en charge est parfois difficile, les immunoglobulines polyvalentes sont une alternative intéressante dans les formes sévères et résistantes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Immunoglobulines polyvalentes, Pemphigus vulgaire, Enfant


Plan


 Les illustrations et tableaux liés aux abstracts sont disponibles à l’adresse suivante : https://doi.org/10.1016/j.annder.2018.09.221.


© 2018  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 145 - N° 12S

P. S165-S166 - décembre 2018 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Efficacité du rituximab dans la dermatose à IgA linéaire de l’enfant (DIGAL) : à propos d’un cas
  • C. Leblais, B. Catteau, F. Jouen, A. Lambilliotte, D. Staumont-Sallé, S. Duvert-Lehembre
| Article suivant Article suivant
  • Éruption bulleuse aiguë du visage
  • M. Lamiaux, M. Levavasseur, C. Scalbert, E. Martin de Lassalle, S. Dubucquoi, F. Jouen, E. Hachulla, S. Duvert-Lehembre, D. Staumont-Sallé

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.