Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Lyme borreliosis and other tick-borne diseases. Guidelines from the French scientific societies (II). Biological diagnosis, treatment, persistent symptoms after documented or suspected Lyme borreliosis - 31/05/19

Borréliose de Lyme et autres maladies vectorielles à tiques. Recommandations des sociétés savantes françaises. Argumentaire 2: diagnostic biologique, traitement, symptômes persistants au décours d’une borréliose de Lyme documentée ou suspectée

Doi : 10.1016/j.medmal.2019.05.001 
B. Jaulhac a, A. Saunier b, E. Caumes c, K. Bouiller d, J.F. Gehanno e, C. Rabaud f, S. Perrot g, C. Eldin h, T. de Broucker i, F. Roblot j, J. Toubiana k, F. Sellal l, F. Vuillemet l, C. Sordet m, B. Fantin n, G. Lina o, C. Sobas o, X. Gocko p, J. Figoni q, r, C. Chirouze d, Y. Hansmann s, V. Hentgen t, P. Cathebras u, M. Dieudonné v, B. Bodaghi w, J.P. Gangneux x, B. Degeilh x, H. Partouche y, C. Lenormand z, A. Sotto aa, A. Raffetin ab, J.J. Monsuez ac, C. Michel ad, N. Boulanger n, C. Lemogne ae, P. Tattevin af,

société française de dermatologie (SFD), société française de rhumatologie (SFR)

fédération française de neurologie (FFN)

société française de neurologie (SFN)

collège national des généralistes enseignants (CNGE)

collège de la médecine générale (CMG)

société nationale française de médecine interne (SNFMI)

société française de microbiologie (SFM)

collège National des professionnels en psychiatrie

collège national pour la qualité des soins en psychiatrie (CNPP-CNQSP)

association française de psychiatrie biologique et de neuropsychopharmacologie (AFPBN)

société de psychologie médicale et de psychiatrie de liaison de langue française (SPMPLLF)

société française de médecine du travail (SFMT)

société française de cardiologie (SFC)

société française de pédiatrie (SPD)

groupe de pathologies infectieuses pédiatriques (GPIP)

société française de rhumatologie et médecine interne pédiatrique (SOFREMIP)

Société française d’ophtalmologie (SFO)

société française de mycologie médicale (SFMM)

société française de parasitologie (SFP)

collège des universitaires de maladies infectieuses et tropicales (CMIT)

collège national professionnel fédération française d’infectiologie (CNP-FFI)

collège national des obstétriciens et gynécologues (CNOG)

société française d’étude et de traitement de la douleur (SFETD)

société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF)

a Laboratoire de bactériologie et cnr des Borrelia, faculté de médecine et centre hospitalo-universitaire, 67000 Strasbourg, France 
b Médecine interne et maladies infectieuses, centre hospitalier, 24750 Périgueux, France 
c Maladies infectieuses et tropicales, hôpital La Pitié-Salpêtrière, 75013 Paris, France 
d Maladies infectieuses et tropicales, centre hospitalo-universitaire, UMR CNRS 6249 Université Bourgogne Franche Comté, 25000 Besançon, France 
e Médecine du travail, centre hospitalo-universitaire, 76000 Rouen, France 
f Maladies infectieuses et tropicales, centre hospitalo-universitaire, 54100 Nancy, France 
g Centre d’étude et de traitement de la douleur, hôpital Cochin, 75014 Paris, France 
h Maladies infectieuses et tropicales, ihu méditerranée infection, centre hospitalo-universitaire Timone, 13000 Marseille, France 
i Neurologie, hôpital Delafontaine, 92300 Saint-Denis, France 
j Maladies infectieuses et tropicales, centre hospitalo-universitaire, inserm U1070, 86000 Poitiers, France 
k Service de pédiatrie générale et maladies infectieuses, hôpital Necker–Enfants Malades, AP–HP, 75014 Paris, France 
l Département de neurologie, hôpitaux civil, 68000 Colmar, France 
m Rhumatologie, centre hospitalo-universitaire, 67000 Strasbourg, France 
n Médecine interne, hôpital Beaujon, université Paris Diderot, Inserm UMR 1137 IAME, 92110 Clichy, France 
o Microbiologie, centre hospitalo-universitaire, 69000 Lyon, France 
p Département de médecine générale, faculté de médecine, 42000 Saint-Etienne, France 
q Maladies Infectieuses et tropicales, hôpital Avicenne, 93022 Bobigny, France 
r Santé publique France, 94410 St Maurice, France 
s Maladies infectieuses et tropicales, centre hospitalo-universitaire, 67000 Strasbourg, France 
t Pédiatrie, centre hospitalier, 78000 Versailles, France 
u Médecine interne, hôpital Nord, centre hospitalo-universitaire, 42000 Saint-Etienne, France 
v Centre Max Weber, CNRS, Université Lyon 2, 69000 Lyon, France 
w Ophtalmologie, hôpital La Pitié-Salpêtrière, 75013 Paris, France 
x Laboratoire de parasitologie-Mycologie, UMR_S 1085 Irset université Rennes1-Inserm-EHESP, centre hospitalo-universitaire, 35000 Rennes, France 
y Cabinet de médecine générale, Saint-Ouen, département de médecine Générale, faculté de médecine. université Paris Descartes, 93400 Paris, France 
z Dermatologie, hôpitaux universitaires de Strasbourg et faculté de médecine, université de Strasbourg, 67000 Strasbourg, France 
aa Maladies infectieuses et tropicales, centre hospitalo-universitaire, 30000 Nîmes, France 
ab Maladies infectieuses et tropicales, centre hospitalier intercommunal, 94190 Villeneuve-St-Georges, France 
ac Cardiologie, hôpital René Muret, 93270 Sevran, France 
ad Médecine générale, 67000 Strasbourg, France 
ae Psychiatrie, hôpital européen Georges-Pompidou, AP–HP.5, Inserm U1266; Université Paris Descartes, 75015 Paris, France 
af Maladies infectieuses et réanimation médicale, hôpital Pontchaillou, centre hospitalo-universitaire, 35033 Rennes, France 

Corresponding author at: Service des maladies infectieuses et réanimation Médicale, CHU Pontchaillou, 35033 Rennes cedex, France.Service des maladies infectieuses et réanimation Médicale, CHU PontchaillouRennes cedex35033France

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le vendredi 31 mai 2019

Highlights

The serodiagnosis of Lyme borreliosis relies on a two-stage strategy: firstly, a screening test using an immune-enzymatic technique (ELISA), and secondly, in case of positivity, a confirmatory test using a western-blot technique for its better specificity. For erythema migrans, Lyme serology has poor sensitivity (30–40%) and should not be performed. Serological follow-up is not recommended. For neuroborreliosis, it is recommended to perform ELISA tests in simultaneous samples of blood, and cerebrospinal fluid, to test for intrathecal synthesis of Lyme antibodies.
Given the continuum between early localised, and disseminated borreliosis, and the efficacy of doxycycline for treatment of neuroborreliosis, doxycycline is preferred as first-line regimen for erythema migrans and neuroborreliosis. Treatment of articular manifestations of Lyme borreliosis relies on doxycycline, ceftriaxone or amoxicillin. In patients with persistent symptoms after adequate treatment of Lyme borreliosis, it is recommended not to repeat, or prolong, antibacterial treatment.
Some patients suffer from persistent and pleomorphic symptoms after documented or supposed Lyme borreliosis. Another condition is eventually diagnosed in 80% of them. Among these other conditions, the positive diagnosis of persistent somatic symptoms (PSS) relies on a careful diagnostic workout and will allow to initiate specific therapeutic interventions.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

The serodiagnosis of Lyme borreliosis is based on a two-tier strategy: a screening test using an immunoenzymatic technique (ELISA), followed if positive by a confirmatory test with a western blot technique for its better specificity. Lyme serology has poor sensitivity (30–40%) for erythema migrans and should not be performed. The seroconversion occurs after approximately 6 weeks, with IgG detection (sensitivity and specificity both>90%). Serological follow-up is not recommended as therapeutic success is defined by clinical criteria only. For neuroborreliosis, it is recommended to simultaneously perform ELISA tests in samples of blood and cerebrospinal fluid to test for intrathecal synthesis of Lyme antibodies. Given the continuum between early localized and disseminated borreliosis, and the efficacy of doxycycline for the treatment of neuroborreliosis, doxycycline is preferred as the first-line regimen of erythema migrans (duration, 14 days; alternative: amoxicillin) and neuroborreliosis (duration, 14 days if early, 21 days if late; alternative: ceftriaxone). Treatment of articular manifestations of Lyme borreliosis is based on doxycycline, ceftriaxone, or amoxicillin for 28 days. Patients with persistent symptoms after appropriate treatment of Lyme borreliosis should not be prescribed repeated or prolonged antibacterial treatment. Some patients present with persistent and pleomorphic symptoms after documented or suspected Lyme borreliosis. Another condition is eventually diagnosed in 80% of them.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Le sérodiagnostic de borréliose de Lyme repose sur une stratégie en deux temps: un premier test de dépistage immuno-enzymatique (technique ELISA), puis en cas de positivité, une confirmation par immuno-empreinte (western blot), de meilleure spécificité. Dans l’érythème migrant, la sérologie ne doit pas être demandée (faible sensibilité: 30–40 %). La séroconversion se fait en 6 semaines, avec apparition des IgG (sensibilité et spécificité>90 %). Le suivi sérologique n’est pas recommandé et le succès thérapeutique est évalué sur l’évolution clinique. Pour les formes neurologiques, il est recommandé de faire simultanément une recherche d’anticorps dans le sang et le liquide cérébrospinal (ELISA) avec recherche de synthèse intrathécale. Compte tenu de la continuité entre les formes localisées et disséminées précoces et de l’efficacité de la doxycycline en cas de neuroborréliose, elle est privilégiée en première intention pour le traitement de l’érythème migrant (durée 14jours; alternative: amoxicilline) et des neuroborrélioses (durée 14jours si précoce et 21jours si tardive; alternative: ceftriaxone). Le traitement des formes articulaires repose sur la doxycycline, la ceftriaxone ou l’amoxicilline pendant 28jours. En cas de symptômes persistants après une borréliose de Lyme bien traitée, il est recommandé de ne pas répéter ou prolonger l’antibiothérapie. Certains patients présentent des symptômes persistants et polymorphes après une borréliose de Lyme documentée ou supposée. Un autre diagnostic est porté chez 80 % d’entre eux.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Lyme borreliosis, Western blot, Neuroborreliosis, Erythema migrans, Persistent somatic symptoms

Mots-clés : Borréliose de Lyme, Western blot, Neuroborréliose, Érythème migrant, Symptomatologie somatique persistante


Plan


© 2019  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.