Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Traumatisme crânien et insuffisance hypophysaire - 02/04/08

Doi : 10.1016/S0003-4266(06)72604-X 
B. Delemer 1, P. Touraine 2,
1 Service d’Endocrinologie, Unités 62, CHU de Reims Hôpital Robert Debré, Avenue du Général Koenig, 51092 Reims Cedex 
2 Service d’Endocrinologie et Médecine de la Reproduction, Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, 47-83 Bd de l’Hôpital, 75651 Paris Cedex 13 

Tirés à part : P. Touraine.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Jusqu’à peu, les déficits hypophysaires étaient considérés comme survenant rarement dans les suites de traumatisme crânien (TC). La plupart du temps, il s’agissait de descriptions très ponctuelles de quelques cas cliniques. Pourtant, à partir des années 2000, plusieurs études ont souligné la survenue de déficits hypophysaires chez les patients survivant à leur TC. Ces déficits sont décrits parfois en phase aigüe, dans les mois qui suivent et évoluent à distance du TC. Parmi ces déficits, le déficit somatotrope a été trouvé le plus fréquemment. Cependant, la plupart de ces études ont été menées sur des populations d’effectif réduit et la description des déficits hormonaux, le plus souvent fondée sur des dosages hormonaux statiques. Les études les plus récentes ont confirmé que la description de déficits hypophysaires parmi les patients ayant vécu un TC n’était pas rare et concernait jusqu’à 50 % de la population évaluée. Cette association a également été décrite parmi les patients ayant eu une rupture d’anévrysme cérébral. Enfin des études prospectives ont permis de souligner l’extrême variabilité de l’évolution de ces patients. Compte tenu du fait qu’il s’agit le plus souvent de jeunes adultes, la description de ces déficits hypophysaires apparaît importante car elle peut contribuer à la symptomatologie décrite par ces patients et peut faire discuter une hormonothérapie substitutive appropriée qui demande à être évaluée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Until recently, hypopituitarism was not considered as a potential consequence of traumatic brain injury (TBI) since only few case reports were described. However, since 2000, preliminary studies have underlined such an association. Hypopituitarism may occur during the acute phase of TBI, months after or even many years later. Among the multiple deficiencies, GH deficiency appears to be the most frequently observed. However multiple bias are described in such studies, especially the small number of patients analyzed and the diagnosis relying on baseline values. Most recently, some studies analyzed 50 to 100 patients confirming that up to 50% of patients may be affected by such an association and underlined the necessity to propose a prospective evaluation since the evolution of hypopituitarism is highly variable during follow-up. It also appears necessary to describe this association to allow when necessary to secondarily propose hormonal substitutive treatment which might be discussed in such a context.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Traumatisme crânien, insuffisance hypophysaire, insuffisance somatotrope, insuffisance gonadotrope, diabète insipide

Key words : Traumatic brain injury, pituitary insufficiency, somatotrope insufficiency, gonadotrope insufficiency, diabetes insipidus


Plan

Plan indisponible

© 2006  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 67 - N° 4

P. 310-315 - septembre 2006 Retour au numéro

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.