Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Influence de l’instillation de 2 ou 3 gouttes de cyclopentolate à 0,5 % sur la réfraction de l’enfant caucasien non strabique - 09/04/08

Doi : JFO-01-2008-31-1-0181-5512-101019-200800783 

F. Gadioux-Madern [1],

M.-L. Lelez [2],

L. Sellami,

M. Santallier [2],

F. Fourquet [3],

P.-J. Pisella [2],

S. Arsene [2]

Voir les affiliations

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Influence de l’instillation de 2 ou 3 gouttes de cyclopentolate à 0,5 % sur la réfraction de l’enfant caucasien non strabique

Introduction : Dans la pratique ophtalmologique quotidienne, la réfraction de l’enfant peut être réalisée sous cyclopentolate 0,5 %, à partir de 1 an, en l’absence de contre-indication. Le fait d’instiller à 3 reprises une goutte de collyre, à 5 minutes d’intervalle, avec mesure de la réfraction 45 minutes après, est d’une part consommateur de temps pour l’équipe infirmière et médicale, et d’autre part source de désagrément pour l’enfant. Nous avons cherché à déterminer si l’instillation de 2 gouttes de cyclopentolate à 0,5 % chez l’enfant caucasien non strabique, âgé de 4 à 13 ans, est aussi efficace que l’instillation de 3 gouttes en terme de cinétique et de profondeur de cycloplégie.

Patients et méthode : Nous avons mené une étude prospective, randomisée en simple aveugle, en cross-over, réalisée chez 36 enfants caucasiens non strabiques, âgés de 4 à 13 ans, au CHU de Tours entre le 1er mars et le 1er août 2003. Nous avons d’abord étudié le résultat réfractif de l’instillation de 2 gouttes de cyclopentolate à 0,5 %, que nous avons ensuite comparé avec celui obtenu en utilisant 3 gouttes de ce même produit. Nous avons enfin examiné la cinétique de la réfraction à partir de la même population. Deux protocoles d’instillation de 2 ou 3 gouttes de cyclopentolate à 0,5 % ont été réalisés à 1 mois d’intervalle, avec tirage au sort de l’ordre des protocoles. Le résultat réfractif a été comparé en termes de puissance de cylindre, d’axe et de sphère mesurés par un autokératoréfractomètre toutes les 15 minutes à partir de l’instillation qui a été réalisée à t0 et t10 min pour le premier protocole, ainsi qu’à t0, t5 et t10 min pour le second protocole.

Résultats : Les examens ophtalmologique et orthoptique pratiqués n’ont montré aucun trouble oculomoteur chez les enfants. La puissance et l’axe du cylindre n’étaient pas significativement différents d’un protocole à l’autre (0,05 ± 0,18 D pour la puissance ; 5 ± 22 pour l’axe) pour chaque sujet, tout au long de la cinétique. La variation de la sphère entre t0 et t30 min était de +1 ± 0,60 D quel que soit le protocole utilisé. Entre t30 et t90 min, celle-ci restait stable (0,01 ± 0,20 D). Les valeurs brutes moyennes de départ à t0 min ne faisaient pas ressortir de différence significative pour l’œil droit ou l’œil gauche : – 0,30 ± 0,20 D [min. : – 2,25 D ; max. : + 1,25 D) pour l’œil droit et – 0,37 ± 0,24 D [min : – 2 D ; max. : + 1 D] pour l’œil gauche.

Conclusion : L’instillation de 2 gouttes de cyclopentolate à 0,5 % chez l’enfant caucasien non strabique de 4 à 13 ans est aussi efficace que l’instillation de 3 gouttes en termes de cinétique et de profondeur de cycloplégie. L’examen de la réfraction peut alors être conduit par l’ophtalmologiste dès la 30e minute, jusqu’à la 90e minute après la 1re goutte avec la même fiabilité qu’avec la méthode de référence. En outre, la stabilité de l’astigmatisme tout au long de la cycloplégie doit être soulignée dans cette population. Dans le cas des enfants strabiques et/ou forts amétropes, du fait que l’on ne connaît pas à l’avance le résultat du premier examen, nous recommandons une conduite à tenir différente pour le premier examen, à savoir 3 instillations et 2 pour les suivants, à adapter selon les résultats du premier examen de la réfraction.

Abstract

Influence of the instillation of two versus three eyedrops of cyclopentolate 0.5% on refraction of Caucasian nonstrabismic children

Introduction: Children’s refraction can usually be measured using cyclopentolate 0.5%. Instilling three drops is time-consuming and inconvenient to both the clinical staff and the child. To remedy this situation, we investigated the refractive results of instilling two drops of cyclopentolate 0.5% at a 10-min interval compared with three drops at a 5-min interval in a group of a Caucasian nonstrabismic children. The kinetics of refraction in this population was also assessed.

Patients and methods: We conducted a randomized cross-over study on 36 children aged between 4 and 13 years from March 1st to August 1st, 2003 at the University of Tours School of Ophthalmology. In protocol I, two cyclopentolate eyedrops were instilled in both eyes at a 10-min interval. In protocol II, three eyedrops were instilled at a 5-min interval. The refractive results were evaluated in terms of sphere and cylinder strength and axis. We used an auto-kerato-refractometer every 15 min from the first instillation for both protocols until the 90th min.

Results: Before the first drop instillation, there was no significant influence on skiascopy results for both eyes (–0.30±0.20 D for the right eye; –0.37±0.24 D for the left eye). The strength and the axis of the cylinder were comparable and stable (–0.5±0.18 D for strength; 5°±22 for the axis) for all protocols and subjects tested. Sphere variation reached +1±0.6 D between t0 and t30 min for both protocols and remained stable between t30 and t90 min (+0.01±0.2 D).

Conclusion: Instilling two eyedrops of cyclopentolate 0.5% at a 10-min interval in Caucasian nonstrabismic children aged 4–13 years is as effective as instilling three eyedrops at a 5-min interval in terms of kinetics and depth of cycloplegia. In addition, skiascopy can be performed as early as 30 min after the first instillation and until the 90th minute with the same effectiveness. The stability of astigmatism should be underlined in this population. Since these refractive results cannot be extrapolated for strabismic and ametropic children, we recommend, especially for the latter, instilling three drops for the first exam and only two thereafter, depending on the results.


Mots clés : Cyclopentolate , réfraction , enfant

Keywords: Cyclopentolate , refraction , children


Plan



© 2008 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 31 - N° 1

P. 51-55 - janvier 2008 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Injection de toxine botulique dans les strabismes précoces. Efficacité et incidence sur les indications chirurgicales ultérieures
  • D. Thouvenin, C. Lesage-Beaudon, J.L. Arné
| Article suivant Article suivant
  • Caractéristiques socio-économiques, oculaires et systémiques des patients opérés de cataracte : particularités d’une population suburbaine en situation de précarité et mode de prise en charge en centre hospitalo-universitaire
  • R. Gineys, C. Rohart, G. Chaine

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.