Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Tumeurs neuroendocrines hypophysaires (PitNETS) GH/prolactine : différences diagnostiques et thérapeutiques - 30/09/20

Doi : 10.1016/j.ando.2020.07.019 
P. Caron, Pr
 Service d’endocrinologie et maladies métaboliques, Pôle cardio-vasculaire et métabolique, CHU Larrey, Toulouse, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Sur les données de l’ontogénèse hypophysaire et de l’examen anatomopathologique, on décrit : - les PitNETS mammo-somatotropes avec un seul type cellulaire sécrétant GH et prolactine, - les PitNETS mixtes avec sur le plan immuno-histochimique 2 populations cellulaires responsable chacune d’une sécrétion de GH ou de prolactine, - plus rarement les PitNETS acidophiles à cellules souches. Sur le plan clinique, plus de 25 % des patients ayant un adénome somatotrope présentent une hyperprolactinémie liée à une co-sécrétion de prolactine (>100ng/ml) ou à une déconnexion en cas de macro-adénome. Parmi les patients ayant un prolactinome, une hypersécrétion GH/IGF-1 est retrouvée chez 20 % à l‘étape diagnostique, chez moins de 5 % des patients traités et contrôlés par les agonistes dopaminergiques. Sur le plan thérapeutique, chez les patients présentant une acromégalie, une hyperprolactinémie doit faire envisager un traitement primaire par les agonistes dopaminergiques si l’hypersécrétion somatotrope est modérée. Chez les patients ayant un prolactinome, une hypersécrétion GH/IGF-1 au diagnostic ou au cours de la surveillance doit faire envisager une adénomectomie ou une association agoniste dopaminergique et analogue de la somatostatine. Sur le plan pronostique, l’examen anatomo-pathologique précise les caractéristiques moléculaires (Ki67, nombre de mitoses, p53) des PitNETS GH/prolactine orientant leur traitement post-opératoire (radiothérapie hypophysaire, thérapie ciblée). Au total, la connaissance des PitNETS GH/prolactine impose :

– un dosage de la prolactine chez tous les patients présentant une acromégalie,

– une évaluation de la fonction somatotrope au diagnostic et au cours du traitement médical d’un prolactinome pour un diagnostic précoce d’une acromégalie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2020  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 81 - N° 4

P. 133 - septembre 2020 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les actions pléiotropes de la prolactine
  • N. Binart
| Article suivant Article suivant
  • Surveillance de la croissance des enfants : de l’empirisme à l’intelligence artificielle
  • P. Scherdel, B. Heude, A. Werner, R. Brauner, B. Frandji, M. Chalumeau

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.