Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Complications bactériennes chez les usagers de drogues par injection - 10/04/21

Doi : 10.1016/j.therap.2021.01.047 
Sophie Roy 1, Céline Eiden 1, Simone Xatart 2, Maja Jurtela 3, Vincent Faucherre 2, Marie-Christine Picot 3, Jacques Reynes 4, Hélène Donnadieu-Rigole 5, Hélène Peyrière 1,
1 Centre d’Évaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance-Addictovigilance, CHU Montpellier, 191, avenue du Doyen-Gaston-Giraud, 34295 Montpellier cedex 5, France 
2 Équipe de Liaison et de soins en addictologie, CHU Montpellier, Montpellier, France 
3 Département de l’Information médicale, CHU Montpellier, Montpellier, France 
4 Département des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU Montpellier, Montpellier, France 
5 Département d’Addictologie, CHU Montpellier, Montpellier, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les usagers de drogues par voie injectable ont un risque important de développer des infections bactériennes, potentiellement graves liées à cette pratique [1].

Méthodes

Nous avons procédé à une analyse de cas de complications bactériennes liées à l’utilisation de substances psychoactives par voie injectable. Ces cas proviennent d’une démarche pluridisciplinaire entre l’Équipe de liaison et de soins en addictologie (ELSA), les services d’addictologie et des maladies infectieuses et le centre d’addictovigilance. Elle a été réalisée sur les cas d’infections bactériennes liées à l’injection, survenus entre 2012 et 2018, pris en charge en milieu hospitalier.

Résultats 144 cas d’infections bactériennes ont été analysés chez 117 usagers (80 % de sexe masculin) d’âge médian 40 ans (IQR25-75 : 34-47). Vingt-et-un patients ont présenté plus d’un épisode d’infection entre 2012 et 2018 (18 %). Parmi tous les cas, 56 % étaient des infections locales et 44 % des infections systémiques. Dans 50 % des cas, il y avait au moins un abcès, 33 % une infection de la peau et des tissus mous, 20 % une bactériémie/sepsis, 17 % une endocardite et 16 % une infection ostéo-articulaire. Les injections étaient majoritairement quotidiennes (77 %) et intraveineuses (88 %). Plus de la moitié des patients ont injecté de la cocaïne (51 %) et/ou des opiacés (58 %). L’injection d’au moins deux substances différentes semble favoriser la survenue d’infections systémiques, principalement lors de l’injection de cocaïne avec un opiacé (p<0,050 ; hors médicaments de substitution aux opiacés). Durant la période, 4 décès imputables à une infection bactérienne ont été rapportés, tous secondaires à une infection systémique.

Discussion

L’usage de substances psychoactives par injection est à l’origine d’un nombre important de complications bactériennes potentiellement sévères. Le recours à des injections répétées dans le temps était déjà connu comme pourvoyeur de développement d’infections mais il semblerait que la substance elle-même joue un rôle dans leur survenue. Des analyses plus précises sur les différents éléments favorisant le développement des infections sont nécessaires. Un renforcement des mesures de réduction des risques de ces patients doit permettre de limiter la survenue des infections, leur gravité ainsi que les rechutes.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2021  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 76 - N° 2

P. 180 - mars 2021 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • État des lieux de l’utilisation des traitements nicotiniques de substitution dans un centre hospitalier psychiatrique
  • Manon Pestourie, Laura Guirlé, Anne Colombe, Anne-Laure Debruyne, Emmanuelle Queuille
| Article suivant Article suivant
  • Evènements indésirables rapportés dans un contexte d’utilisation de cannabis ou de dérivés cannabinoïdes : exploration des données enregistrées dans Vigibase®
  • Emilie Jouanjus, Amélia Déguilhem, Sonia Mérad, Maryse Lapeyre-Mestre

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à cette revue ?

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.