Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Maladie veino-occlusive et hémangiomatose capillaire pulmonaire - 08/01/10

Doi : 10.1016/j.lpm.2009.09.013 
David Montani 1, 2, 3, , Peter Dorfmuller 1, 2, 3, Sophie Maitre 4, Xavier Jaïs 1, 2, 3, Olivier Sitbon 1, 2, 3, Gérald Simonneau 1, 2, 3, Marc Humbert 1, 2, 3
1 Univ Paris-Sud, Faculté de médecine, Kremlin-Bicêtre, F-94276, France 
2 AP-HP, Centre National de Référence de l’Hypertension Pulmonaire Sévère, Service de Pneumologie et Réanimation Respiratoire, Hôpital Antoine Béclère, Clamart, F-92140, France 
3 INSERM U999, Hypertension Artérielle Pulmonaire: Physiopathologie et Innovation Thérapeutique, Clamart - Le Plessis-Robinson, France 
4 Université Paris-Sud 11, Service de radiologie, Hôpital Antoine-Béclère, Assistance publique - Hôpitaux de Paris, F-92140 Clamart, France 

David Montani, Centre National de l’Hypertension Pulmonaire Sévère, Service de pneumologie, Hôpital Antoine Béclère, Assistance publique – Hôpitaux de Paris, Université Paris-Sud, 157 rue de la Porte de Trivaux, F-92140 Clamart, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Points essentiels

Dans la nouvelle classification des recommandations conjointes de l’European Respiratory Society (ERS) et de l’European Society of Cardiology (ESC) sur la prise en charge de l’hypertension pulmonaire, la maladie veino-occlusive (MVO) et l’hémangiomatose capillaire pulmonaire (HCP) sont individualisées au sein du groupe des hypertensions artérielles plumonaires (HTAP), du fait de leurs spécificités diagnostiques, pronostiques et de prise en charge.

Ces maladies sont caractérisées histologiquement par une atteinte prédominante au niveau veinulaire (MVO) et capillaire (HCP).

Leur prévalence exacte n’est pas connue, mais il est considéré qu’elles représentent entre 5 et 10 % des formes d’HTAP considérées initialement comme idiopathiques.

Leur aspect clinique et hémodynamique ne permet pas de les distinguer de l’HTAP idiopathique.

La confirmation diagnostique est anatomopathologique mais les biopsies pulmonaires sont à haut risque et ne sont donc pas recommandées. Une approche moins invasive intégrant la tomodensitométrie thoracique (opacités en verre dépoli centrolobulaires, lignes septales, adénopathies médiastinales), les gaz du sang (hypoxémie de repos), les épreuves fonctionnelles respiratoires [diffusion du monoxyde de carbone (DLCO) effondrée] et le lavage bronchoalvéolaire (hémorragie intra-alvéolaire occulte) permettent de dépister les sujets à risque d’avoir une MVO ou une HCP et d’éviter ainsi le recours à la biopsie pulmonaire.

Ces patients ont un pronostic sombre et sont à risque de développer des œdèmes pulmonaires sévères après initiation des traitements spécifiques de l’HTAP. La réponse aux traitements spécifiques étant limitée et le pronostic plus péjoratif, la transplantation pulmonaire reste le traitement de choix de la MVO et de l’HCP. Chez les patients les plus sévères, l’utilisation prudente de l’époprosténol intraveineux continu, pourrait constituer une bridge-therapy vers la transplantation pulmonaire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Key points

The new classification of pulmonary hypertension proposed in the joint European Society of Cardiology (ESC) and European Respiratory Society (ERS) guidelines, combines pulmonary veno-occlusive disease (PVOD) and pulmonary capillary hemangiomatosis (PCH) from separate categories into a single subcategory within pulmonary arterial hypertension (PAH) because of specific similarities in their diagnosis, prognosis, and management.

These diseases are characterized histologically by their predominant involvement of small pulmonary veins (PVOD) and capillaries (PCH).

Their precise prevalence is not known, but they are thought to account for 5 to 10% of the forms of PAH initially considered idiopathic.

They cannot be distinguished from idiopathic PAH by their clinical or hemodynamic presentation.

Only pathology examination can confirm the diagnosis, but lung biopsies are high-risk procedures and not recommended. A less invasive approach combining chest CT (centrilobular ground-glass opacities, septal lines, and mediastinal adenopathy), blood gases (resting hypoxemia), lung function tests [collapse in carbon monoxide diffusion (DLCO)] and bronchoalveolar lavage (occult intra-alveolar hemorrhage) makes it possible to screen the patients at risk of PVOD or HCP and thus avoid a lung biopsy.

These patients have a poor prognosis and are at risk of developing severe pulmonary edema after the initiation of specific treatment for PAH. In view of their limited response to specific treatment and poor prognosis, pulmonary transplantation remains the treatment of choice for PVOD and HCP. In patients with the most severe disease, the prudent use of continuous intravenous epoprostenol, can serve as bridge-therapy while awaiting a lung transplant.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2009  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 39 - N° 1

P. 134-143 - janvier 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Pneumopathie organisée
  • Bruno Crestani, Camille Taillé, Raphaël Borie, Marie-Pierre Debray, Claire Danel, Marie-Christine Dombret, Michel Aubier
| Article suivant Article suivant
  • Transient glycosuria during a urinary tract infection
  • Thomas A. Mavrakanas, Constantinos Tomos, Paraskevi Pratsiou, Ioanna Seventekidou, George Tzouvelekis

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.