Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

A rare case of paraplegia complicating a lumbar epidural infiltration - 29/11/10

Doi : 10.1016/j.rehab.2010.08.029 
L. Thefenne a, , C. Dubecq b, E. Zing b, D. Rogez c, M. Soula b, E. Escobar b, G. Defuentes b, E. Lapeyre c, O. Berets b
a Service de médecine physique et réadaptation, hôpital d’instruction des armées Laveran, BP 60149, 13884 Marseille cedex 13, France 
b Service de médecine interne et rhumatologie, hôpital d’instruction des armées Percy, 101, avenue Barbusse, 92140 Clamart, France 
c Service de médecine physique et réadaptation, hôpital d’instruction des Armées Percy, 101, avenue Barbusse, 92140 Clamart, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Abstract

Objective

We report the case of a patient who developed paraplegia following a low lumbar epidural steroid injection. Alternative approaches to (or alternative means of) performing transforaminal injections should be considered, in order to avoid devastating neurological complications.

Case report

A 54-year-old man (who had undergone surgery 14years earlier to cure an L5-S1 slipped disc with right S1 radiculopathy) presented with low back pain (which had begun 6weeks previously) and left S1 radiculopathy. During a second infiltration of prednisolone acetate, the patient reported feeling a heat sensation in his legs and concomitantly developed facial flushing. Immediately after the injection, the patient developed complete, flaccid T7 ASIA A motor and sensory paraplegia. Three days later, T2 magnetic resonance imaging (MRI) of the spine revealed a spontaneous hypersignal in the conus medullaris and from T6 to T9, suggesting medullary ischemia. Recovery has been slow; after 4months of treatment in a physical and rehabilitation medicine department, urinary and sensory disorders are still present (T7 ASIA D paraplegia). The patient can walk 200m unaided. Three months later, the MRI data had not changed.

Discussion

This is a rare case report of paraplegia following low lumbar epidural infiltration via an interlaminar route. The mechanism is not clear. Most of authors suggest that the pathophysiological basis of this type of complication is ischemia caused by accidental interruption of the medullary blood supply. Direct damage to a medullary artery, arterial spasm or corticosteroid-induced occlusion due to undetected intra-arterial injection could result in medullary infarction. This serious incident should prompt us to consider how to avoid further problems in the future. It also raises the issue of providing patients with information on the risks inherent in this type of procedure.

Conclusion

Despite the rarity of this complication, patients should be made aware of its potential occurrence. In the case reported here, the functional prognosis is uncertain.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Objectif

L’objectif est de rapporter un cas de paraplégie survenue au décours d’une injection épidurale lombaire basse de corticoïdes pour traiter une lomboradiculalgie S1 et de discuter les mesures à prendre pour éviter cet accident grave à partir de données de physiopathologie et d’une revue de la littérature.

Cas clinique

Il s’agit d’un homme de 54ans, opéré 14ans auparavant d’une cure de hernie discale L5-S1, pour une sciatique S1 droite, souffrant d’une lombosciatique gauche, depuis six semaines. Lors de la réalisation d’une seconde infiltration d’acétate de prednisolone, il signale une sensation de chaleur des membres inférieurs, concomitante d’un flush sur le visage. S’installe alors rapidement une paraplégie flasque T7 ASIA A. L’IRM médullaire au troisième jour montre un hypersignal médullaire spontané en T2 au niveau du cône et de T6 à T9, évoquant une myélite ischémique. La récupération est lente. Après quatre mois de prise en charge en médecine physique et de réadaptation (MPR), le patient peut marcher sans aide 200m. Ils persistent des troubles sensitifs et sphinctériens (paraplégie T7 ASIA D). Les images IRM sont inchangées à trois mois.

Discussion

C’est un cas rare de paraplégie survenant après une infiltration épidurale par voie interépineuse lombaire basse. L’hypothèse physiopathologique généralement retenue est celle d’une ischémie médullaire. Le mécanisme n’est pas clair : injection intravasculaire direct et embolie de microcristaux, atteinte vasculaire (dissection ou spasme d’une artère à visée médullaire), compression vasculaire extrinsèque ou hyperpression localisée dans l’espace épidural ? Cet accident grave doit permettre de définir les moyens pour éviter un nouvel accident. Il pose également le problème de l’information au patient.

Conclusion

Malgré sa grande rareté, cette complication grave mérite d’être connue du patient. Son pronostic fonctionnel est imprévisible.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Epidural injection, Medullary ischemia, Corticosteroids, Low back pain, Sciatica, Complications, Degenerative disc disease

Mots clés : Infiltration épidurale, Paraplégie, Corticoïdes, Lombosciatalgie, Complications, Hernie discale


Plan


© 2010  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 53 - N° 9

P. 575-583 - novembre 2010 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Somaesthetic perception of the vertical in spinal cord injured patients: A clinical study
  • R. Joassin, V. Bonniaud, J. Barra, A. Marquer, D. Pérennou
| Article suivant Article suivant
  • Anterior superior iliac spine avulsion in a young soccer player
  • I. Bendeddouche, B.B. Jean-Luc, S. Poiraudeau, A. Nys

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.