Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Caractérisation du profil biométrique oculaire d’une population myope fort : la myopie forte correspond-elle à un phénotype homogène ? - 12/04/11

Doi : 10.1016/j.jfo.2010.11.011 
S. Auriol a, b, , J. Butterworth a, M. Macé a, W. Meng a, F. Malecaze a, c, d
a Inserm U563, hôpital Purpan, CHU de Toulouse, BP 3028, 31024 Toulouse cedex 3, France 
b Service d’ophtalmologie/département rétine, hôpital Rangueil, CHU de Toulouse, 1, avenue Jean-Poulhés, TSA 50032, 31059 Toulouse cedex 9, France 
c Service d’ophtalmologie, hôpital Purpan, CHU de Toulouse, BP 3028, 31024 Toulouse cedex 3, France 
d Université Toulouse III Paul Sabatier, 118, route de Narbonne, 31062 Toulouse cedex 9, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Notre étude a pour but de mieux caractériser le phénotype de la myopie forte en analysant le profil biométrique oculaire d’une population myope forte et ainsi de vérifier l’existence d’un réel phénotype homogène pouvant caractériser la myopie forte.

Patients et méthodes

Nous avons analysé les caractéristiques biométriques de 718 yeux de myopes ayant une erreur réfractive supérieure à5dioptries. Les paramètres biométriques (kératométrie, longueur axiale et pression intraoculaire) ont été comparés en fonction du sexe et du degré du trouble réfractif.

Résultats

Il existe une hétérogénéité des profils biométriques entre hommes et femmes. Le phénotype myopique des hommes est dominé par une élongation isolée du globe oculaire alors que celui des femmes est la résultante d’une élongation de l’œil et d’une augmentation de la puissance cornéenne. Cette différence de phénotype est d’autant plus vraie que l’on se situe à des niveaux intermédiaires de myopie (entre −5 et −10 dioptrie). Au-delà de 15dioptries, ces phénotypes semblent se rejoindre en un modèle déterminé essentiellement par la longueur du globe oculaire.

Conclusion

Les myopes forts, tels qu’on les définit actuellement, ne présentent pas un phénotype homogène du fait, essentiellement, de différences entre les deux sexes ; cette homogénéité n’est en fait retrouvée qu’à partir de 15 dioptries d’erreur réfractive.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Purpose

High myopia is a public health problem because of its high prevalence and is a major cause of blindness. The physiopathology of myopia remains unknown and mechanisms causing the disease are most probably complex, combining acquired environmental and genetic factors. The most recent data suggest that genetic determinisms of high myopia could be highly dependent on subject phenotype. The aim of this study was to analyse the ocular components of a high myopic population to verify whether high myopia corresponds to a homogeneous phenotype.

Patients and methods

We analysed the biometric characteristics of 718 myopic eyes with a spherical equivalent of less than −5 diopters. The biometric parameters (corneal radius, axial length, and intraocular pressure) were compared controlling for sex and the degree of myopia.

Results

We found a difference between the phenotype of males and females. For men, axial length was the only determinant of the myopic phenotype, whereas for women, the myopic phenotype was determined by axial length and corneal radius. This difference between the phenotypes was more evident for myopia with a spherical equivalent greater than −10 diopters (moderate myopia). This difference between males and females disappeared in myopia less than −15 diopters.

Conclusion

There are intersex differences considering the high myopia phenotype at a spherical equivalent less than −5 diopters. However, this difference disappears for extremely high myopia with a spherical equivalence of less than −15 diopters.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Myopie, Dégénérescence myopique, Réfraction, Biométrie oculaire, Phénotype, Recherche génétique

Keywords : Myopia, Degenerative, Refraction, Ocular biometry, Eye, Phenotype, Genetic research


Plan


© 2011  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 34 - N° 4

P. 217-228 - avril 2011 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Editorial Board
| Article suivant Article suivant
  • Influence des pathologies de la surface oculaire sur le traitement du glaucome
  • C. Van Went, E. Brasnu, P. Hamard, C. Baudouin, A. Labbé

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.