Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Examen mycologique en dermatologie - 28/03/07

[98-075-B-10]  - Doi : 10.1016/S0246-0319(07)41295-X 
M. Feuilhade de Chauvin , C. Lacroix
Laboratoire de mycologie, Hôpital Saint Louis, 1, avenue Claude-Vellefaux, 75475 Paris cedex 10, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 11
Iconographies 16
Vidéos 0
Autres 1
Article archivé , publié initialement dans le traité EMC Dermatologie
et remplacé par un autre article plus récent: cliquez ici pour y accéder

Résumé

L'examen mycologique demeure l'outil indispensable pour confirmer ou infirmer le diagnostic d'une dermatomycose, qu'elle soit superficielle ou sous-cutanée. Les dermatomycoses superficielles sont très fréquentes en pratique dermatologique mais leur symptomatologie est souvent commune avec d'autres affections ou infections cutanées. Il n'est donc pas possible de poser un diagnostic de certitude après un simple examen clinique. La réalisation d'un examen mycologique ne se discute pas lorsqu'un antifongique systémique doit être proposé comme dans le traitement d'une teigne du cuir chevelu et de la barbe ou d'une onychomycose. Il est indispensable lorsqu'un traitement prescrit sur l'aspect clinique des lésions est en échec ou si les lésions cutanées récidivent. Les mycoses sous-cutanées, beaucoup plus rares, sont souvent difficiles à traiter et nécessitent une identification correcte du champignon responsable. La qualité d'un examen mycologique dépend avant tout de la qualité du prélèvement sur le site infecté mais aussi de la compétence du biologiste dans la lecture de l'examen direct, dans l'identification du champignon isolé sur les milieux de culture et dans l'interprétation des résultats. Cet examen est peu traumatisant et d'un coût négligeable en regard de celui d'un traitement prescrit sur une erreur diagnostique. Sa positivité permet de prescrire un traitement adapté au champignon responsable. Sa négativité justifie d'envisager une autre étiologie des lésions observées.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Examen mycologique, Prélèvement, Dermatophytose, Candidose, Onychomycose, Mycoses sous-cutanées

Plan


© 2007  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.