Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Suivi thérapeutique pharmacologique de la quinine - 16/05/07

[90-45-0170]
Patricia Compagnon : Praticien hospitalier
service de pharmacologie, centre hospitalier universitaire de Rouen, 76031 Rouen cedex France
Bertrand Diquet : Professeur des Universités, praticien hospitalier
service de pharmacologie-toxicologie, centre hospitalier universitaire d'Angers, 49000 Angers  France
fr

Article en cours de réactualisation

Résumé

La quinine est un antipaludéen schizonticide indiqué dans le traitement de l'accès palustre simple et des formes graves de paludisme à Plasmodium falciparum (traitement de référence). La quinine est le plus souvent administrée en perfusions intraveineuses discontinues de 4 heures ou en perfusions continues, souvent précédées d'une dose de charge. Le relais peut généralement être pris par voie orale au bout de 2 ou 3 jours.

Le STP de la quinine est justifié par : une zone thérapeutique très étroite et variable; une grande variabilité pharmacocinétique intra-individuelle et interindividuelle; de nombreuses et importantes interactions médicamenteuses.

La pharmacocinétique de la quinine est caractérisée par une grande variabilité de l'absorption orale, de la liaison protéique, du volume de distribution et de la clairance métabolique (par le cytochrome P450 3A4) en fonction des individus, de la gravité et de l'évolution de la maladie. Le métabolisme conduit à un métabolite actif, la 3- hydroxy-quinine. En l'absence de dose de charge, l'état stable des concentrations plasmatiques n'est atteint qu'en 2 à 3 jours.

Les prélèvements sanguins sont effectués : en fin de dose de charge, puis en fin de perfusion de 4 heures (Cmax) et avant la suivante (Cmin) ou en cours de perfusion continue (Css). La concentration plasmatique de quinine est mesurée par chromatographie liquide à haute pression (HPLC). La zone thérapeutique est de 10 à 15 mg/L, sans dépasser 20 mg/L chez le patient impaludé. Chez le sujet convalescent, des concentrations plasmatiques supérieures à 15 mg/L peuvent entraîner une toxicité oculaire, auditive ou cardiaque.

Plan

fr

© 2004  Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Suivi thérapeutique pharmacologique de la rifampicine
  • Anne Limosin, Serge Bouquet, Georges Houin, Chantal Leguellec, Élisabeth Rey
| Article suivant Article suivant
  • Suivi thérapeutique pharmacologique des antiviraux/antirétroviraux
  • C. Solas, G. Peytavin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.