Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Infiltrations d’anesthésiques locaux pour l’analgésie postopératoire chez l’adulte. Résultats d’une enquête nationale de pratique - 10/02/12

Doi : 10.1016/j.annfar.2011.10.017 
M. Beaussier a, , H. Bouaziz b, F. Aubrun c, A. Belbachir d, M. Binhas e, S. Bloc f, R. Fuzier g, D. Jochum h, K. Nouette-Gaulain i, X. Paqueron j

les membres du comité douleur–ALR de la Sfar1

  Comité Douleur–ALR de la Sfar. H. Bouaziz (président), F. Aubrun, A. Belbachir, M. Binhas, S. Bloc, G. Boccara, P. Cuvillon, E. Eisenberg, D. Fletcher, R. Fuzier, D. Jochum, K. Nouette-Gaulain, X. Paqueron.

a Département d’anesthésie-réanimation chirurgicale, hôpital Saint-Antoine, université Pierre-et-Marie-Curie, Paris-6, AP–HP, 184, rue du Faubourg-Saint-Antoine, 75571 Paris cedex 12, France 
b Département d’anesthésie-réanimation chirurgicale, hôpital central, 54035 Nancy, France 
c Département d’anesthésie-réanimation chirurgicale, hôpital Croix-Rousse, 69004 Lyon, France 
d Département d’anesthésie-réanimation chirurgicale, hôpital Cochin, AP–HP, 75014 Paris, France 
e Département d’anesthésie-réanimation chirurgicale, hôpital Henri-Mondor, AP–HP, 94010 Créteil, France 
f Service d’anesthésie, hôpital privé Claude-Galien, 91480 Quincy-sous-Sénart, France 
g Département d’anesthésie-réanimation chirurgicale, hôpital Purpan, 31089 Toulouse, France 
h Département d’anesthésie, hôpital Albert-Schweitzer, 68003 Colmar, France 
i Département d’anesthésie-réanimation chirurgicale, hôpital Pellegrin, 33076 Bordeaux, France 
j Service d’anesthésie, clinique de Centre, 16800 Soyaux, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

L’infiltration locale est une technique analgésique qui s’intègre dans une prise en charge multimodale de la douleur postopératoire (DPO). Sa pratique actuelle sur notre territoire n’est pas connue. Le comité douleur–ALR de la Sfar a voulu évaluer cette pratique.

Méthode

Enquête postale nationale destinée aux chefs de service des départements d’anesthésie, à partir d’un fichier d’établissement de santé représentatif. Le questionnaire comportait 36 questions sur la pratique de l’infiltration, incluant les indications, les modalités, les produits utilisés et l’analyse des obstacles au développement de ces techniques. Résultats en moyenne [IC95 %].

Résultats

Un total de 120 questionnaires a été retourné (taux de réponse=32 %). L’échantillon était représentatif en termes de répartition géographique et de types d’établissements. L’infiltration cicatricielle était incluse dans 85 % [79–91] des protocoles de prise en charge de la DPO. Toutes chirurgies confondues, les infiltrations locales en injections uniques sont réalisées couramment (systématiquement/très souvent/souvent) dans 58 % [49–67] des centres. Concernant l’infiltration continue cicatricielle, elle était réalisée couramment dans 18 % [11–25] des cas. La réticence des équipes chirurgicales était encore forte, principalement par défaut d’informations et par crainte de l’infection locale. L’instillation intrapéritonéale après cœlioscopie était peu pratiquée, au contraire de l’infiltration intra-articulaire après arthroscopie du genou, pratiquée couramment dans 60 % [50–70] des centres.

Conclusion

L’infiltration cicatricielle en injection unique paraît avoir trouvé sa place dans les protocoles de prise en charge de la DPO. Les techniques d’infiltration continues sont rarement réalisées. Les réticences chirurgicales et un manque d’information sur l’efficacité constituent les principaux obstacles au développement.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Background and objective

Local wound infiltration is a component of multimodal postoperative (p.o.) analgesia. Its implementation in current clinical practice remains unknown. Pain and Regional Anesthesia Committee of the French Anaesthesia and Intensive Care Society (Sfar) aimed to appraise its practice.

Method

Postal sample survey based on representative sample of national activity were sent to heads of anaesthesiology departments. The questionnaires included 36 items on single-shot and continuous wound infiltrations (CWI) with considerations about modality of administration, drugs and development limitations. Results in mean [CI95 %].

Results

Response rate was 32 % (n=120). Sample was in accordance with national representation of health institutions. Local infiltration was included in 85 % [79–91] of the p.o. analgesia protocols. Regardless of the surgery, single-shot wound infiltration and CWI were used in more than 50 % of the patients by respectively 58 % [49–67] and 18 % [11–25] of the responders. However, a significant part of the surgeons remained reluctant to CWI. Lack of information and fear of septic complications were the most reported barriers. Peritoneal instillation after laparoscopy was rarely performed, in contrast with intra-articular infiltration after knee arthroscopy, performed systematically or very frequently by 60 % [50–70] of the responders.

Conclusion

The practice of local wound infiltration for p.o. analgesia seems presently well established, especially for single-shot injections. CWI is less commonly performed. Several surgical reluctances remain to be overcome. Better information about effectiveness and safety are likely to still improve their practices.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Douleur postopératoire, Analgésie locorégionale, Analgésie locale, Infiltration cicatricielle, Instillation intrapéritonéale

Keywords : Pain, Postoperative, Local analgesia, Infiltration, Wound infiltration, Intraperitoneal instillation


Plan


 Ce travail a bénéficié d’un soutien financier du laboratoire Astra-Zeneca.
 Les résultats ont été présentés en abstract au congrès national de la Société française d’anesthésie et de réanimation (Sfar), à Paris en septembre 2010.


© 2011  Société française d’anesthésie et de réanimation (Sfar). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 31 - N° 2

P. 120-125 - février 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Évaluation préhospitalière du désir d’accès aux soins de réanimation chez les sujets âgés
  • R. Pirracchio, S. Gallula, C. Broche, C. Ogereau, D. Payen
| Article suivant Article suivant
  • Facteurs prédictifs de non-conformité d’antibioprophylaxie chirurgicale au cours d’un audit clinique prospectif
  • A.-M. Simon, A.-C. Dzierzek, F. Djossou, P. Couppie, N. Blaise, M. Marie, A. Mahamat

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.